Des effets indésirables parfois graves avec les patchs

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 27 Novembre 2014 : 11h17
Mis à jour le Jeudi 27 Novembre 2014 : 12h13

Patch hormonal (contraception), à la nicotine (sevrage tabagique) ou antalgique (contre la douleur), l’utilisation d’un patch (dispositif transdermique) semble extrêmement simple. Il suffit de l’appliquer sur la peau pour que le principe actif du médicament diffuse.

Et pourtant, l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) met en garde contre des risques d’erreurs dont les conséquences sont potentiellement graves…

Savez-vous vous patcher en toute sécurité ?

Parmi les signalements d’erreurs recensés par l’Ansm, les trois quarts ont entraîné des effets indésirables, dont la moitié était grave, ayant nécessité une hospitalisation, une incapacité, voire un décès. Mais de quels types d’erreurs parle-t-on et quels sont les accidents les plus fréquents ?

PUB

Patchs : des erreurs à éviter

  • Attention à la chaleur : en cas de fièvre ou d’activité sportive, l’augmentation de la température corporelle peut entraîner une diffusion plus rapide du principe actif et donc mener à un surdosage. Prudence également en cas de forte chaleur et d’exposition au soleil. Porter un patch peut ainsi contre-indiquer, les bains chauds, les séances de sauna ou encore l’application d’une bouillotte.
  • Le patch n’est pas toujours compatible avec les examens IRM : c’est le cas des dispositifs transdermiques contenant des métaux qui peuvent provoquer une brûlure lors de ce type d’imagerie. Vous devez donc penser à signaler votre patch au radiologue.
  • Ne pas découper son patch, sauf si cette possibilité de découpe est précisée dans la notice.
  • Ne pas mettre son patch n’importe où, maisse reporter à la notice. Par exemple, l’application par erreur de patchs contenant des opioïdes (médicament permettant de lutter contre la douleur) au niveau du point douloureux a été rapportée. Autre exemple, les patchs hormonaux (estrogènes) ne doivent pas être collés sur les seins.
  • Autres consignes de sécurité :
    • Enlever le patch usagé avant de le remplacer.
    • Stocker les patchs hors de vue et de portée des enfants.
    • Rapporter les patchs usagés à son pharmacien pour une élimination sécurisée compatible avec l’environnement (notamment pour les patchs hormonaux) et limitant le risque d’exposition des enfants à des surdosages accidentels (ingestion de patchs usagés).
    • Ne pas oublier de préciser à son médecin que vous portez des patchs lors de toute nouvelle prescription afin de limiter les risques de surdosage et d’interaction médicamenteuse.

Vous n’imaginez pas tous les médicaments qui sont disponibles sous forme de patch, autant apprendre à bien les utiliser : traitement hormonal substitutif de la ménopause, antidouleur, traitement de la maladie d’Alzheimer, de l’angine de poitrine, sevrage tabagique, contraception, etc.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 27 Novembre 2014 : 11h17
Mis à jour le Jeudi 27 Novembre 2014 : 12h13
Source : Point d’information de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), 26 novembre 2014, http://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Dispositifs-transdermiques-patchs-attention-aux-erreurs-Point-d-information.
PUB
PUB
A lire aussi
Douleur de l'adulte : mode d'emploi des antalgiquesPublié le 01/09/2008 - 00h00

Mal de tête, douleur dentaire, brûlure, plaie, contusion, mal de ventre, crampe…, la douleur peut avoir de nombreuses origines. Quant à son traitement, il diffère en fonction de la nature de la douleur et de sa localisation. Ce qu'il faut savoir pour bien s'automédiquer avec les antalgiques.

Pédiatrie : bien utiliser les médicamentsPublié le 29/10/2002 - 00h00

La fréquence des erreurs d'utilisation des médicaments révèle une information insuffisante des familles. Chaque année, les 15 Centres Anti-poisons français reçoivent en moyenne 6.000 appels pour mésusage des médicaments en pédiatrie, soit le 3e motif d'appel. Ces erreurs d'utilisation sont...

Douleur : comment fonctionnent les patchs ?Publié le 10/04/2018 - 11h02

Il existe aujourd’hui des patchs antidouleur qui sont efficaces contre divers types de douleurs telles que les courbatures, les dorsalgies, les rhumatismes, etc. Mais comment fonctionnent-ils ? Quelles sont les indications et les limites de ces dispositifs antidouleur ?

Plus d'articles