Difficile de prendre l'avion après un examen radiologique avec isotopes radioactifs

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 02 Août 2005 : 02h00
-A +A
Les personnes ayant passé un examen d'imagerie médicale utilisant des isotopes radioactifs, sont susceptibles de déclencher les alarmes des portiques des aéroports, et ce, jusqu'à plus de 30 jours après. Selon les auteurs de cette conclusion, il faudrait avertir les patients.

Partout dans le monde, les aéroports déploient des mesures visant à rendre leurs systèmes de détection des radiations plus sensibles. Or les personnes ayant passé un examen d'imagerie médicale avec injection d'isotopes radioactifs sont fortement susceptibles de déclencher les alarmes lors de leur passage au travers des portiques des aéroports. Et le risque de se retrouver en difficulté avec la sécurité des aéroports peut perdurer plus d'une trentaine de jours après l'examen.

Tous les médecins nucléaires connaissent cet effet inhérent à l'imagerie radio-isotopique. Selon les auteurs d'un article récemment publié, il serait temps d'avertir systématiquement les patients. A titre d'exemple est citée l'histoire d'un pilote qui, l'année passée, s'est retrouvé interrogé pendant plusieurs jours par la sécurité de l'aéroport de Moscou après avoir déclenché le signal d'alarme des portiques. Il avait tout simplement subi un examen cardiologique avec injection de thallium, une molécule radioactive classiquement employée pour visualiser le coeur. Le corps met environ trente jours pour éliminer ce produit. Le thallium n'est pas le seul isotope radioactif employé en imagerie médicale, susceptible de mettre en branle les alarmes aéroportuaires. Il en existe une dizaine, comme par exemple le technitium ou l'iode-131. L'examen cardiologique n'est pas non plus le seul examen employant de telles substances. Citons l'imagerie de la glande thyroïde, des os, ou encore du flux sanguin, sans oublier les traitements par radiothérapie.

Pour éviter de tels déboires dans les aéroports, les auteurs de cette publication suggèrent d'avertir systématiquement les patients après chaque examen isotopique et de leur fournir une carte indiquant l'isotope radioactif utilisé, la date et le lieu de l'examen, la durée de vie du produit injecté, la durée potentielle d'émission radioactive et les coordonnées des personnes pouvant attester de ces informations.

A savoir

Si les isotopes radioactifs injectés à une personne lors d'un examen peuvent déclencher les alarmes, ils ne présentent pas de risque pour le patient ou l'entourage.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 02 Août 2005 : 02h00
Source : The Lancet, 2005, Underwood R. et collaborateurs.
A lire aussi
Malades radioactifs : branle-bas de combat dans les aéroports Publié le 04/09/2006 - 00h00

À l'issue d'un traitement ou d'un examen spécifique, certains malades peuvent devenir « radioactifs » et le rester durant plusieurs jours. Ils sont alors susceptibles de déclencher l'alarme dans certains aéroports lorsqu'ils passent un portique de sécurité détectant la radioactivité.

Plus d'articles