Diabétoporose : quand le diabète et l’ostéoporose sont liés

Diabétoporose : quand le diabète et l’ostéoporose sont liés

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Mardi 14 Juin 2016 : 17h08
Mis à jour le Lundi 15 Mai 2017 : 17h00

Le diabète peut fragiliser les os, et conduire à une réflexion sur l'ostéoporose associée. Une réalité quasi méconnue, y compris par les soignants. Pourtant, le seul fait d’avoir un diabète expose à un risque de fracture plus élevé et encore plus lorsque le diabète est mal contrôlé.  Désormais, dans le diabète de type 1 comme dans le diabète de type 2, au même titre que l’on surveille le cœur, les vaisseaux, les reins, les nerfs et les yeux, il faut penser aux os. 

 

© Fotolia

Fracturé et diabétique, rendez-vous chez le rhumatologue

Pour repérer les personnes diabétiques de type 2 à risque, les médecins se focalisent donc sur ceux qui sont déjà fracturés, ceux qui sont à risque de chutes (du fait de problèmes oculaires induits par le diabète, au surpoids, à la sensibilité perturbée en cas d’atteinte des nerfs des jambes) et ceux ayant des complications vasculaires. Ils doivent être adressés en priorité en consultation de rhumatologie pour un dépistage et éventuellement une prise en charge.

Dr Julien Paccou : « En cas d’ostéoporose, les diabétiques seront pris en charge de la même manière que des non-diabétiques mais avec un élément propre qui est un meilleur contrôle de leur glycémie à obtenir. C’est bon pour l’état général mais également pour l’os. Ensuite, il faut corriger certains facteurs de risque (arrêt du tabac, limitation de l’alcool, pratique d’une activité physique…) et mettre éventuellement en route un traitement antiostéoporotique si l’indication était retenue (molécules bisphosphonates, traitement hormonal substitutif de la ménopause chez la femme, dénosumab, raloxifène chez la femme). Il n’y a pas de raison de penser que les médicaments sont moins efficaces chez les diabétiques. La supplémentation en vitamine D et en calcium vaut pour tous. A fortiori chez les diabétiques de type 2 : étant généralement en surpoids, leur risque de carence en vitamine D est plus important qu’en population générale. »

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Mardi 14 Juin 2016 : 17h08
Mis à jour le Lundi 15 Mai 2017 : 17h00
Source :  (1) Shah Diabetes Med 2015 ; (2) Weber Diab Care 2015 ; (3) J Bone Miner Res 2015 ; 301338-46 ; (4) Chia-Ing Li et al, J Bone Miner Res. 2015 ; (5) J Bone Miner Res. 2015 Aug;30(8):1386-93 
D’après un entretien avec le Dr Julien Paccou, rhumatologue, service de rhumatologie du CHU de Lille, France 
A lire aussi
Fracture d’ostéoporose : cinq différences hommes/femmes Publié le 12/02/2016 - 16h02

L’ostéoporose et le risque de faire une fracture ostéoporotique ne sont pas l’apanage de la femme et ne sont pas forcément liés à la ménopause. L’homme en souffre aussi, moins souvent mais avec des conséquences plus sévères. Homme ou femme, la même maladie ?

Ostéoporose : les médicaments préviennent-ils les fractures ?Publié le 31/08/2010 - 12h39

Traiter l'ostéoporose signifie d'abord lutter contre le risque de fracture. Pour ce faire, il est essentiel de limiter la perte de densité osseuse par un mode de vie adapté et, le cas échéant, un traitement médicamenteux. S'il est correctement suivi, celui-ci permet souvent de stabiliser et...

Ostéoporose : le Frax évalue votre risque de fracture Publié le 17/06/2008 - 00h00

Il existe désormais un outil validé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) permettant de calculer le risque pour une personne donnée d'avoir une fracture liée à l'ostéoporose dans les dix ans. Ce modèle d'évaluation représente une aide précieuse pour les médecins.

Ostéoporose : le traitementPublié le 29/05/2006 - 00h00

L'ostéoporose, maladie du squelette caractérisée par une fragilité osseuse, conduit à une augmentation du risque de fracture. Du fait du vieillissement de la population, cette affection est extrêmement fréquente. Il convient de diagnostiquer l'ostéoporose à temps. Concernant les...

Plus d'articles