Le danger des médecines alternatives

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 07 Juillet 2004 : 02h00
S'ils ne sont pas toujours efficaces, les plantes et autres remèdes naturels ne font pas de mal ! Cette croyance n'est pas partagée par l'OMS, qui a enregistré en 20 ans, plus de 10.000 cas de complications chez des patients traités par les médecines dites « traditionnelles, complémentaires ou alternatives ».
PUB

Le centre d'observation de l'OMS, à Uppsala, note également une augmentation du nombre de cas de complications ces dernières années : les réactions indésirables ont plus que doublé en trois ans ! Même si les produits sont d'excellente qualité, encore faut-il correctement les utiliser. A défaut, de graves complications peuvent survenir. Les responsables du centre illustrent leurs propos d'exemples, comme des cas de pneumothorax provoqués par des acupuncteurs non qualifiés en Norvège, des paralysies provoquées par des thérapeutes manuels ou encore des hémorragies opératoires à la suite de consommation de ginkgo biloba.

Sans se déclarer hostile à ces médecines, à condition que les risques soient minimes, l'OMS a décidé de présenter ses recommandations concernant ces pratiques. Certaines invitent les pouvoirs publics à veiller à ce que les consommateurs disposent des informations nécessaires, à ce que les praticiens soient qualifiés et accrédités, à encourager les échanges entre praticiens traditionnels et classiques. Mais également, à encourager l'élaboration de normes de qualité et de recommandations thérapeutiques et à normaliser les critères de formation et de compétences des praticiens. Et enfin, l'OMS incite les consommateurs à participer activement à leur choix, en se posant au moins certaines questions clés : le traitement est-il adapté à la pathologie ? Est-il dispensé par un praticien possédant la formation ou les compétences requises ? Est-il accrédité ou diplômé ? La qualité du traitement a-t-elle été prouvée ? Quelles sont les contre-indications ? Etc.En d'autres termes, les patients doivent se renseigner avant de se soumettre à l'une ou l'autre des médecines alternatives.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 07 Juillet 2004 : 02h00
Source : Communiqué de presse de l'OMS, juin 2004, " Nouveaux principes directeurs de l'OMS visant à promouvoir l'usage rationnel des médicaments alternatifs ".
PUB
PUB
A lire aussi
Nouvelles règles pour la chirurgie esthétique Publié le 10/05/2005 - 00h00

La chirurgie purement esthétique se réorganise. Deux projets de décret visent à mieux encadrer la pratique de la chirurgie esthétique, comme le prévoyait la loi sur les droits des malades : autorisation des établissements, compétence des chirurgiens esthétiques, délais de réflexion et...

Mode d'emploi pour une meilleure prise en charge du diabète de type 2 Publié le 06/11/2000 - 00h00

La qualité de la prise en charge des patients atteints de diabète de type 2 s'améliore grâce au programme national mis en oeuvre par l'assurance maladie depuis le début de l'année 1999. Basé sur des entretiens individuels entre médecins conseils et praticiens, cette campagne de promotion des « bonnes pratiques » est efficace et bien perçue. Notamment, en un an, la prescription trimestrielle de l'hémoglobine glyquée est passée de 41 à 55%, montrant ainsi une progression des...

Le bon psy pour la bonne thérapie ! Publié le 17/06/2008 - 00h00

Quand la souffrance psychique que l'on ressent devient trop importante, quand on n'arrive pas à y faire face seul, ni avec l'aide de son entourage, on peut penser à aller consulter un psy. C'est un bon réflexe car chacun peut en avoir besoin à un moment ou un autre pour bénéficier d'une...

Plus d'articles