Compléments alimentaires : 4 grandes erreurs à éviter !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 25 Août 2008 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 09 Juin 2011 : 15h41
Le marché des compléments alimentaires est très large. Selon les périodes de notre vie et en fonction de situations particulières, nous sommes tentés d'y recourir, de faire le plein de vitamines et minéraux pour retrouver forme et bien-être. Attention toutefois, certains pièges sont à éviter.

Compléments alimentaires et médicaments ne font pas toujours bon ménage

Certains principes actifs présents dans des aliments (jus de pamplemousse, caféine, thé, crucifères) peuvent interférer avec des médicaments : efficacité diminuée ou inversement accrue, augmentation des effets secondaires, etc. C'est le cas souvent de certains antibiotiques, calmants, antidépresseurs ou anticoagulants comme notamment les anti-vitamines K, dont l'efficacité est diminuée lors de la consommation de crucifères (brocoli, chou-fleur) puisque ces légumes sont riches en vitamine K. Ce même type de problème pourrait se retrouver avec un complément alimentaire. Les aliments et les compléments à éviter lors d'un traitement médicamenteux sont précisés par le médecin et clairement indiqués sur la notice. Le cas échéant, une parade consiste à respecter un délai d'une à deux heures entre la consommation alimentaire et la prise du médicament.

Compléments alimentaires et alimentation déséquilibrée : attention aux excès !

Certains déséquilibres alimentaires sont peu compatibles avec les compléments alimentaires. Il s'agit essentiellement des régimes alimentaires déséquilibrés par les excès : si l'on mange certains aliments à l'excès, tandis que d'autres catégories alimentaires sont négligées, une complémentation peut avoir davantage pour effet de renforcer les excès et de provoquer des troubles, au lieu de combler les déficits. Avant de prendre un complément, il convient donc d'analyser son alimentation au préalable et de la réajuster si nécessaire, au risque de voir une complémentation provoquer de nouveaux troubles, à la place d'atténuer ceux qui étaient préexistants.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 25 Août 2008 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 09 Juin 2011 : 15h41
Source : Syndicat de la diététique et des compléments alimentaires, Conférence de presse, communication du Dr Michel Brack, Médecin attaché à l'Inserm, Paris, 26 juin 2008.
A lire aussi
Plus d'articles