Chirurgie de l'obésité : faut-il maigrir à tout prix avec l'anneau gastrique ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 20 Novembre 2002 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 22 Février 2013 : 10h56
De plus en plus de femmes sont prêtes à tout pour maigrir. Après les régimes et certaines opérations, nombre d'entre elles s'orientent vers la pose d'un anneau gastrique. Ces deniers temps, l'actualité nous a renvoyé une image assez négative de cette technique pouvant se révéler très dangereuse. Afin de faire le point sur ce sujet, nous avons interrogé le Dr Renaud Guichard, chirurgien digestif.

Quelle est l'efficacité de cette technique consistant à poser un anneau gastrique pour maigrir ?

Dr Renaud Guichard : Soyons clairs, cette technique est efficace mais risquée. Il faut donc bien connaître au préalable les éléments objectifs permettant de mettre en balance la nécessité de maigrir avec les moyens choisis et les risques parfois vitaux encourus. Commençons par la nécessité de maigrir.

Il est maintenant bien établi que le surpoids entraîne directement ou indirectement des problèmes de santé. Parmi les plus fréquents, on note :

  • l'insuffisance cardiaque,
  • l'hypertension artérielle,
  • le diabète,
  • le syndrome d'apnées du sommeil (arrêts respiratoires transitoires nocturnes),
  • les problèmes articulaires,
  • les phlébites,
  • les embolies pulmonaires.

A tel point que les compagnies d'assurance américaines, plus confrontées que nous à ce problème, ont dû établir des barèmes de risque médical en fonction du poids (pour adapter les primes). Il en résulte une classification assez simple basée sur l'indice de masse corporelle (IMC).

Selon les recommandations officielles américaines, une personne devrait essayer de perdre du poids pour améliorer sa santé et diminuer les risques à partir d'un IMC de 25, si elle a deux pathologies liées au surpoids (par exemple un diabète et une hypertension), et quelles que soient les pathologies associées à partir d'un IMC de 30. Au-delà de 40 d'IMC, on parle d'obésité « morbide », car il existe à court terme un risque vital lié au surpoids.

Parlons maintenant de cette technique de gastroplastie par anneau gonflable. Elle consiste à modifier la forme et la disposition de l'estomac, afin de créer une zone d'étranglement rendant difficile l'évacuation des aliments. Deux poches gastriques successives au lieu d'une sont ainsi formées. La première, de faible volume, se remplit donc très rapidement lors de l'ingestion des aliments, mais ne se vide que très lentement vers la poche suivante. Il en résulte une impossibilité à manger trop ou trop rapidement, au risque de douleurs et de vomissements. On comprend alors très facilement pourquoi la quantité totale de calories ingérées est plus faible.

L'intérêt de l'anneau gonflable est multiple :

  • on peut le poser par cœlioscopie,
  • le serrage de l'estomac peut se régler de l'extérieur par un boîtier situé sous la peau,
  • et surtout, cette technique estréversible, on peut enlever cet anneau. En effet, les anciennes techniques basées sur le principe de modification du volume gastrique ne permettent pas une telle souplesse d'utilisation, elles ne sont ni modulables ni réversibles.

Faut-il être prêt à tout pour maigrir ?

Certainement pas ! Rappelons que les techniques de gastroplasties ont toujours été réservées aux grands obèses. La raison principale est que toute chirurgie abdominale chez l'obèse est risquée sur le plan respiratoire et cardiovasculaire, et nécessite outre une équipe entraînée, un environnement de réanimation intensive.

L'arrivée de l'anneau a donné une fausse impression de facilité et d'innocuité, en raison de sa mise en place par cœlioscopieet de sa réversibilité. S'il est vrai que la cœlioscopie agresse moins l'organisme que la laparotomie (ouverture de la paroi abdominale), les complications majeures, même moins fréquentes, demeurent.

Par ailleurs, spécifiquement, la technique de pose d'un anneau gonflable en silicone autour de l'estomac a ses propres complications :

  • glissement de l'anneau,
  • distension de l'estomac au-dessus de l'anneau,
  • perforation de l'estomac,
  • passage de l'anneau dans l'estomac,
  • déplacement du boîtier,
  • infection du boîtier,
  • anneau mal supporté,
  • reflux acide dans l'œsophage, etc.

Au total, certaines personnes doivent se faire réopérer dans les jours ou les mois qui suivent la pose pour des raisons diverses, sans compter une éventuelle ablation de l'anneau prévue après une stabilisation de la perte du poids.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 20 Novembre 2002 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 22 Février 2013 : 10h56
A lire aussi
La chirurgie de l'obésitéPublié le 16/10/2000 - 00h00

Tombée en désuétude en raison de son caractère agressif, la chirurgie de l'obésité trouve un nouveau souffle avec le développement des techniques coelioscopiques réversibles et modulables. Elle reste toutefois réservée à des personnes dont l'obésité est un handicap quotidien et que les...

Chirurgie de l'obésité : anneau gastrique et/ou by-passPublié le 10/11/2008 - 00h00

La chirurgie de l’obésité, ou chirurgie bariatrique, consiste à diminuer la taille de l’estomac afin de restreindre l’absorption des aliments. on peut ainsi réduire l’apport calorique journalier jusqu’à environ 40%. la chirurgie de l’obésité est une intervention réservée en cas...

Comment ne plus être obèse ?Publié le 16/04/2002 - 00h00

Nombreuses sont les méthodes pour se délivrer de l'obésité. Certaines sont dangereuses. Mais en combinant celles qui ne le sont pas, on arrive à obtenir de bons résultats.

Plus d'articles