Cancers du sein : traités trop tard !

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 19 Juin 2000 : 02h00
-A +A
Les cancers du sein sont traités trop tard en France selon un communiqué de presse de la Sécurité Sociale qui déplore par ailleurs de nombreuses failles dans l'harmonisation des pratiques pour la prise en charge d'autres pathologies.

Alors qu'en Grande-Bretagne, la durée maximale de prise en charge du cancer du sein après son diagnostic est de 48 jours, celle-ci est en moyenne de 41 jours à Nancy, de 39 jours en PACA et de 38 jours en Auvergne. Par ailleurs la Sécurité Sociale note également que, contrairement aux recommandations de la Fédération Nationale de Lutte contre le Cancer, les chirurgiens ne prélèvent pas assez de ganglions (moins de 10) dans 27% des cas. Elle s'interroge enfin sur la disparité des pratiques qui font que 55% des chirurgies sont conservatrices en Hautes Alpes et Alpes de Haute Provence, alors que le taux est de 90% dans le secteur ouest des Bouches-du-Rhône. Il s'agit là d'un problème global qui touche d'autres domaines pathologiques comme le diabète ou les lombalgies.

Cependant, il convient de noter que si la Grande-Bretagne recommande un délai court de 14 jours c'est après qu'un scandale avait mis en évidence l'an dernier que la mortalité par cancer du sein était particulièrement élevée dans ce pays et que les délais de prise en charge étaient très longs.

Priorité au dépistage !

Mais la Sécurité Sociale met en avant un autre fait très préoccupant : 50% des femmes n'ont pas eu de mammographie avant le diagnostic de leur cancer du sein. Ceci est d'autant plus grave que le pronostic est directement lié au stade de la tumeur lors de sa découverte. Le plus regrettable est que les campagnes de dépistage organisées par exemple dans le Val-d'Oise, ont montré leur efficacité, la proportion de cancers diagnostiquée à un stade peu évolué (T0 et T1) étant passée de 51% en 1991 à 60% en 1995 chez les femmes de 50 à 69 ans. Plus que jamais, il convient que toute femme se préoccupe du dépistage de ce cancer.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 19 Juin 2000 : 02h00
Source : Des soins de qualité pour tous : faits marquants - CNAMTS - 13 juin 2000
A lire aussi
Survivre au cancer du poumon : la piste du scanner spiralé Publié le 16/01/2006 - 00h00

Pourquoi le cancer du poumon reste-t-il le plus meurtrier ? Face à l'impuissance des traitements, quels sont les moyens de diagnostic ? Une radiographie annuelle du thorax permet-elle un dépistage précoce ? Si oui, pourquoi le nombre de décès ne diminue-t-il pas ? Quelle est la place du scanner...

Femmes à risque de cancer du sein : chirurgie ou surveillance ? Publié le 07/11/2016 - 10h45

Pour réduire le risque de cancer du sein chez les femmes porteuses des mutations génétiques héréditaires BRCA, l’ablation des seins -mastectomie- n’est pas l’unique solution. La chirurgie préventive des ovaires et la surveillance méritent d’être envisagées. C’est un choix...

Plus d'articles