Cancer du sein : savoir se faire conseiller

Publié par Dr Sylvie Coulomb le Lundi 03 Décembre 2001 : 01h00
-A +A
Outre les aspects purement techniques et médicaux de la prise en charge, la femme atteinte d'un cancer du sein se pose de nombreuses questions et ne sait pas toujours à qui s'adresser. L'équipe médicale, la famille, les amis et les associations de patients sont autant d'interlocuteurs privilégiés. Voici quelques unes des questions que les femmes sont fréquemment amenées à se poser.

A qui en parler ?

Avoir un cancer constitue une situation angoissante dont il peut être difficile de parler, même à ses proches. Certaines répugnent à en parler aux personnes de leur entourage, de peur de les inquiéter. Pourtant, dans la grande majorité des cas, les personnes que l'on aime sont celles qui savent le mieux écouter, comprendre et aider. En ce qui concerne les enfants, l'attitude habituelle est de vouloir les protéger. Il est pourtant essentiel de leur parler, en choisissant le moment le plus propice et les mots adéquats. Bien sûr, le conjoint est la personne avec laquelle il est le plus facile de communiquer car il est sûrement celui qui vit le plus la maladie en même temps que sa femme. Certains se sentent parfois déboussolés ou maladroits, par peur de déranger ou de faire mal. Il est important de les rassurer à ce sujet.En dehors de l'entourage proche, les associations de patientes peuvent être d'un grand secours, en faisant part de leur expérience et en donnant des conseils adaptés. Le psychiatre ou le psychologue de l'hôpital sont également là pour aider les femmes à gérer leurs problèmes psychologiques.

Où dois-je être traitée ?

Le choix du lieu de traitement est important, l'objectif étant avant tout d'être prise en charge par une équipe soignante qui inspire toute confiance. La qualité des traitements ne dépend pas de la taille de l'établissement de soins (petite structure ou grand centre spécialisé) ou de son statut, public (centre hospitalier universitaire, centre hospitalier régional), privé (clinique) ou centre de lutte contre le cancer. D'ailleurs, le ministère de la Santé s'attache actuellement à fédérer ces établissements afin que tous les patients d'une même zone géographique puissent bénéficier d'une égale qualité de soins. Le point important est l'existence d'une équipe pluridisciplinaire (chirurgien, chimiothérapeute, radiothérapeute) au sein de l'établissement, ou alors que le médecin qui supervise le traitement soit en relation avec un centre spécialisé de référence.Pour cela, il est conseillé de s'informer auprès de son médecin traitant, généraliste ou gynécologue, ou encore auprès de personnes ayant été traitées pour cette maladie.

Publié par Dr Sylvie Coulomb le Lundi 03 Décembre 2001 : 01h00
A lire aussi
Cancer du sein : questions de femmes Publié le 28/12/2003 - 00h00

Quantités d'interrogations se dessinent autour du cancer du sein. Sport, grossesse, contraception, nouveaux traitements, recherche génétique… Il est essentiel d'y répondre.

Schizophrénie : les nouveaux traitements améliorent le pronostic Publié le 19/02/2001 - 00h00

La schizophrénie est une maladie psychotique grave, regroupant un ensemble de troubles mentaux polymorphes, dominé par un syndrome délirant et une désorganisation de la pensée. Elle peut entraîner une perturbation importante de la vie relationnelle, familiale et sociale. Elle frappe...

Schizophrénie Publié le 06/09/2001 - 00h00

La schizophrénie est une maladie du cerveau. Ce n'est pas une maladie de l'âme, ni un manque de volonté, ni une double personnalité (maladie très rare à laquelle on a longtemps et faussement associé la schizophrénie), mais bien un "défaut" de certains circuits neuronaux du cerveau.

Plus d'articles