Bébé se fait attendre ? Ce sera un garçon !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 26 Décembre 2005 : 01h00
Mis à jour le Mardi 14 Mai 2013 : 14h34
-A +A
Pourquoi naissent plus de garçons que de filles ? Nombre de chercheurs ont tenté de répondre à cette question et nombre d'hypothèses ont été formulées sans avoir jamais pu être vérifiées. Une nouvelle explication vient d'être proposée, dont la conséquence est que plus l'enfant tarde à venir, plus la probabilité de mettre au monde un garçon s'élève…

La condition pour faire un garçon est d'apporter un spermatozoïde porteur du chromosome Y. Et là, c'est théoriquement la loi du hasard (que l'on a toujours tenté de défier sans jamais y réussir), car le sperme de l'homme contient les mêmes quantités de chromosomes X que Y. À côté des hypothèses, voici certains faits, purement constatés, qui suggèrent que le chromosome Y confère une certaine fragilité :

· les avortements spontanés sont plus fréquents chez les embryons ou foetus masculins ;

· la mortalité néonatale est un peu plus élevée chez les garçons que chez les filles.

Une telle fragilité étant apparemment incompatible avec plus de naissances masculines que féminines, on peut supposer qu'elle se trouve compensée plus en amont dans le processus de la conception. Afin de tester cette théorie, des chercheurs néerlandais ont analysé une série de données portant sur près de 5.000 femmes ayant donné naissance à un enfant entre 2001 et 2003, de façon naturelle et sans intervention médicale. Les auteurs ont constaté un lien entre le sexe des enfants et le délai d'apparition de la grossesse après arrêt de la contraception.

Parmi les 498 femmes (9,4%) qui ont mis plus d'un an à être enceintes, la probabilité de donner naissance à un garçon a été de 57,6%, contre 51,1% chez les femmes ayant réussi leur grossesse en moins de douze mois. Selon une modélisation mathématique, pour chaque année supplémentaire passée avant la conception, la probabilité de naissance d'un garçon est majorée de 4%. Comme explication, les auteurs suggèrent que la vitesse de déplacement des spermatozoïdes Y serait plus rapide que celle des spécimens X. Le retard à l'initiation d'une grossesse pourrait être un mucus cervical de mauvaise qualité, favorisant les spermatozoïdes ayant la meilleure mobilité, soit les porteurs du chromosome Y. Mais cette hypothèse reste à prouver et soulignons qu'elle va à l'encontre d'une autre constatation : lorsque les rapports sont plus fréquents lors des périodes clés (le délai de conception est donc généralement plus court), il naît un plus grand nombre de garçons...

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 26 Décembre 2005 : 01h00
Mis à jour le Mardi 14 Mai 2013 : 14h34
Source : British Medical Journal, 331 : 1437-38, 2005.
A lire aussi
Grossesse et fausse couche : c'est le stress ! Publié le 06/03/2006 - 00h00

La fausse couche lors des trois premières semaines de la grossesse est un évènement fréquent que les experts peinent à expliquer. Il semblerait aujourd'hui qu'une grande partie des cas de fausse couche soit tout simplement due au stress maternel.

Les pesticides attaquent notre système hormonal Publié le 21/12/2006 - 00h00

La France est le pays européen utilisant le plus de produits phytosanitaires par habitant. Or pesticides, herbicides, fongicides, provoquent des perturbations du système hormonal, démontrées chez les agriculteurs. De tels troubles endocriniens pourraient affecter la fertilité, le bon...

Sexe, bébés et tabac Publié le 30/04/2002 - 00h00

Stress, agents toxiques, alimentation sont susceptibles d'influencer la détermination du sexe d'un enfant au moment de sa conception. Il semblerait que le tabac fasse de même. Une étude vient en effet de montrer que les couples de fumeurs avaient plus de chance de faire des filles que des...

Plus d'articles