• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    1 avis
  • Commentaires (0)

Allergies aux anti-inflammatoires sur la peau

Allergies aux anti-inflammatoires sur la peauLes gels et crèmes anti-inflammatoires luttent contre certaines douleurs, mais peuvent provoquer des allergies cutanées.

De nombreux gels et crèmes anti-inflammatoires sont commercialisés en France. Certains d'entre eux ont fait l'objet d'études qui ont montré une certaine efficacité pour lutter contre la douleur locale. Ils sont utilisés dans les tendinites des membres supérieur et inférieur et dans les petits traumatismes, notamment les entorses. C'est le cas du diclofénac (Flector gel°, Voltarène Emulgel°, Xénid° gel) de l'ibuprofène (Dolgit° crème, Ibutop° gel, Intralgis° gel, Syntofène° gel, Tiburon° gel), du kétoprofène (Kétoprofène RPG° gel, Ketum° gel, Profénid° gel, Topfena° gel) et du piroxicam (Geldène° gel). Le bufexamac (Calmaderm° crème, Parfenac° crème) et l'enoxolone (Lelong irritations° pommade et P.O. 12° crème) sont également des anti-inflammatoires locaux, mais ils sont utilisés dans le traitement du prurit (envie de se gratter) lorsque la peau est enflammée.Certains de ces médicaments sont remboursables par l'Assurance maladie, mais tous peuvent être achetés sans ordonnance chez le pharmacien.

Les effets indésirables généraux sont très rares

La quantité de médicament qui passe dans le sang est très faible. Et par conséquent, le risque d'effets indésirables généraux (par exemple, ulcère d'estomac, éruption cutanée généralisée) est bien inférieur au risque qu'on prendrait avec le même médicament, avalé sous forme de comprimé ou de gélule. Cependant, quelques (rares) cas d'atteinte rénale, d'asthme ou d'hémorragie digestive ont été décrits après application d'un anti-inflammatoire sur la peau. De même, quelques cas d'intoxication ont été décrits après application d'une pommade à l'acide salicylique sur des lésions cutanées étendues de psoriasis.

L'eczéma en première ligne

Des observations d'effets indésirables dus aux anti-inflammatoires locaux sont très régulièrement publiées. Le kétoprofène (Kétoprofène RPG° gel, Ketum° gel, Profénid° gel, Topfena° gel) et le médicament le plus souvent cité. Il peut provoquer un eczéma qui débute à l'endroit où le gel a été passé sur la peau. Les lésions n'apparaissent parfois qu'après la fin du traitement (et jusqu'à 20 jours plus tard). Les troubles durent deux semaines en moyenne, et sont parfois graves, imposant même une hospitalisation. De relativement nombreux cas d'eczéma ont également été observés avec bufexamac (Calmaderm° crème, Parfenac° crème), si bien que l'eczéma est devenu une de ses contre-indications officielles. Mais des cas ont également été décrits avec tous les autres anti-inflammatoires utilisés par voie locale, sur la peau.


Cet article n'a pas fait l'objet de révision depuis cette date. Il figure dans le planning de mises à jour de la rédaction.

Sources : " Traitements par voie percutanée " In " GNP - Encyclopédie pratique du médicament 2000 éd. du Vidal, Paris 1999 : 1415-1420. Prescrire rédaction Dermatoses dues aux AINS topiques Prescrire 1999 ; 19 (201) : 836-837.

Trouvez-vous cet article intéressant ?