Allergie aux médicaments : réelle ou supposée ?

Allergie aux médicaments : réelle ou supposée ?

Se manifestant généralement par des réactions cutanées, l'allergie aux médicaments est souvent sur-diagnostiquée à tort. Le comportement d'évitement qui s'ensuit n'est donc pas toujours justifié et peut poser problème. Il est essentiel de réaliser un bilan allergologique afin d'en avoir la preuve.

Différencier l'allergie supposée de l'allergie réelle aux médicaments

On a trop souvent tendance à associer urticaire et allergie, en oubliant que les infections et les maladies elles-mêmes peuvent aussi provoquer des éruptions de boutons. C'est ainsi que les allergies aux médicaments sont souvent sur-diagnostiquées. Par exemple, pour la pénicilline, l'exploration allergologique révèle l'absence d'allergie dans huit cas sur dix.

Certains médicaments à base de cortisone peuvent aussi entraîner une rougeur de la peau. D'autres, comme des antibiotiques de la famille des tétracyclines, sont susceptibles d'induire des réactions de photosensibilisations, tandis que les sirops codéïnés ou l'antibiotique Vancomycine peuvent libérer de l'histamine (substances produites par l'organisme, responsables de la plupart des réactions allergiques immédiates).

Toutes ces réactions ne signent pas forcément une allergie. Or, qu'elle soit réelle ou supposée, elle induit un comportement d'éviction avec le médicament incriminé. Et parfois, les médicaments alternatifs provoquent d'autres effets secondaires. D'où l'intérêt de rechercher s'il s'agit vraiment d'une allergie. Certes, en cas d'éruption cutanée, la bonne attitude est d'arrêter de prendre le médicament suspect. En revanche, l'arrêt à vie n'est souvent pas justifié, d'où l'intérêt de faire un bilan allergologique.

Quels sont les symptômes d'une allergie aux médicaments ?

Les plus fréquents sont les urticaires, viennent ensuite les oedèmes des paupières, les gonflements généralisés du visage et les petits boutons disséminés sur tout le corps qui ne démangent pas forcément. Mais les réactions sont très hétérogènes et peuvent aussi se manifester par de l'eczéma, des rougeurs diffuses et étendues avec de la fièvre ou encore provoquer des crises d'asthme, voire toucher des organes profonds comme les reins ou le foie.

Mis à jour par Isabelle Eustache le 16/05/2011
Créé initialement par Isabelle Eustache le 24/04/2006

Sources : 1er congrès français d'allergologie, Paris 12 au 14 avril 2006, communication du Pr Pascal Demoly, pneumologue et allergologue, Unité d'exploration des allergies à l'Hôpital Arnaud de Villeneuve, Centre Hospitalier Universitaire de Montpellier.

Trouvez-vous cet article intéressant ?