cgelitti
Portrait de cgelitti

Bonjour,

Je suis nouvelle dans ce forum.

Mon mari traverse une dépression depuis maintenant 9 mois. Il en a fait déjà une il y a environ 10 ans .Et aussi plus jeune mais je ne le connaissais pas !! A 20 ans, il a consulté son premier psy..

Etant excessif ,tempérament artiste et des tendances à dramatiser il a un terrain propice !! Il a suivi des thérapies de tous ordres, vu des psy, avec cohorte d'anxyolitiques etc....A mon avis les médocs peuvent aider momentanément (béquille) mais lui a continué à en prendre même quand son état dépressif s'était stabilisé, uniquement pour se rassurer, en prévention.Mais on voit le résultat ...!!!! Personnellement je ne crois pas aux médocs en général. J'essaie de l'orienter vers une forme de thérapie EMDR.

Je ne suis pas moi-même en dépression mais c'est très dur de tenir, de se protéger. Je me documente au maximum sur :la dépression, les manières d'appréhender les crises d'angoisses qu'il rencontre souvent,de canaliser les émotions (qui sont souvent d'ordre négatif chez lui), la façon de se comporter avec un dépressif.

J'essaye de tourner en positif le travail de recherche, le fait de m'instruire, de connaitre, de comprendre,de découvrir : Cela satisfait au moins le besoin que j'ai d'apprendre toujours plus, ma curiosité naturelle.Il faut bien que je cherche du positif à mon niveau et pour contre balancer ses réactions négatives.C'est une de mes méthodes pour m'aider moi-même. Cela me prend souvent la tête et c'est très difficile pour moi-même de tenir, garder le moral en vivant à ses côtés .Nous échangeons beaucoup, je l'écoute beaucoup et lui fait part de tout ce que je découvre sur la dépression, sur diverses explications, analyses, voir les choses d'une autre façon etc.... Il écoute avec attention, lit des livres que je lui conseille. J'essaye de le décentrer de lui-même car il est et a toujours été assez égocentrique.

Il a un RV avec un thérapeuthe EMDR.Je crois plus en ce genre de thérapie, personnellement : Jusqu'à présent il a toujours consulté des psychiatres (méthode classique et cohorte d'antidépresseurs).Enfin, on va essayer ! qui ne tente rien n'a rien , le seul hic : c'est cher et pas remboursé et ns "ne roulons pas sur l'or" !!!!

Mais, pour moi, je ressens maintenant le besoin d'avoir des échanges avec des personnes qui se trouvent dans ma situation de proche d'un dépressif, ne serait-ce que pour une aide morale et moins me sentir seule à porter ce fardeau.

Nous avons tous les deux 64 ans: je suis en retraite, lui bientôt mais pour l'instant, encore demandeur d'emploi.

Nous avons des "fils à la patte" qui ne contribuent pas à aider moralement : mon père âgé de 92 ans,semi-valide- d'un côté que nous devons aller voir tous les week-ends (la semaine il a quelqu'un à domicile) et les parents de mon mari (92 ans également) que nous allons voir une fois par mois, (plus éloignés).Je sais qu'il y a des situations pires et c'est ce que je me dis souvent ..... mais c'est dûret lourd à la longue d'être obligé de se retrouver avec eux (rabachages, problèmes de mémoire etc....) Mais que faire : J'estime que c'est à notre tour de les aider comme ils nous ont aidé au mieux !

J'ai tellement lu dans des forums des cas autrement plus pénibles que le nôtre que je ne veux pas donner l'impression de me plaindre.Seulement, parler, ou tout du moins écrire et avoir des réponses, des échanges pourrait peut-être m'aider à mieux tenir moralement au côtés de "mon dépressif". Je pense être assez tenace, avoir une certaine force de caractère mais nul n'est à l'abri d'une dépression

PUB
PUB