Verrue : les endroits les plus à risque
Publié le 03 Septembre 2018 à 9h01 par Audrey Vaugrente, journaliste santé
Validé par : Dr Claudine Blanchet-Bardon, Dermatologue

Ces petites excroissances de chair semblent pulluler sur le corps de certains enfants. Et les chiffres le confirment. La plupart de nos têtes blondes vont développer des verrues communes. Rondes, brunes et rugueuses, elles se situent généralement sur leurs mains.

Terriblement banal, cet événement est pourtant une hantise pour de nombreux parents, qui s'interrogent notamment sur les endroits les plus à risque de contagion. Faisons le point.

Tatamis, piscine et salle de sport…

Dans l'esprit collectif, un lieu de contagion qui domine nettement les autres : la piscine municipale. Une zone est même une source particulière de dégoût, le pédiluve. Pourtant, la contamination s'effectuerait plutôt au niveau du plongeoir, qui offre une surface rugueuse.

Les parents inquiets sont également rapides à accuser le tatami du cours de judo, le vestiaire de la salle de sport ou encore le sable de la plage… Bref, les zones à risque ne manquent pas. Mais inutile de s'imaginer capable d'épargner son enfant.

Dans les faits, "le virus responsable des verrues est partout : sur les carrelages des salles de bain, sur les tapis de judo, peut-être même sur la terre battue. Il est impossible d'y échapper", souligne le Dr Claudine Blanchet-Bardon, vice-présidente du Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV).

D'ailleurs, cette spécialiste attire l'attention des parents sur un risque souvent ignoré : "le virus peut être introduit à la maison ou à l'école par des porteurs apparemment sains." Il n'existe donc aucun refuge.

Comment le virus se propage

La contamination s'effectue d'une manière enfantine : il suffit d'entrer en contact avec une verrue ou les restes d'une verrue pour être à risque d'en développer une soi-même. Rien d'étonnant à cela, puisque c'est un virus qui la provoque.

"La verrue est une tumeur sans gravité causée par un papillomavirus qui se loge dans la partie superficielle de l'épiderme, explique le Dr Blanchet-Bardon. Elle desquame donc régulièrement."

Autrement dit, une partie contagieuse se détache en même temps que la peau, et tombe au sol. Un phénomène naturel, lié au renouvellement des cellules, qui peut être accéléré dans certaines conditions.

Fréquenter des lieux humides, comme les piscines ou les plages, favorise par exemple la desquamation. "En Méditerranée, dans la mesure où il n'y a pas de marées, le sable peut abriter le virus", illustre la dermatologue.

De même, les salles de sport sont particulièrement propices à ce processus. C'est pourquoi on accuse si facilement ces lieux. "Mais au final, toutes les zones sont à risque, rappelle Claudine Blanchet-Bardon. Le simple fait de marcher sur un carrelage peut suffire à être contaminé au niveau des pieds."

Pourquoi les enfants sont plus vulnérables

Mais face à ce risque, nous ne sommes pas tous égaux. Comme pour tous virus, notre système immunitaire apprend à force d'exposition. Les enfants sont donc davantage touchés par les verrues car leur organisme est moins bien protégé contre le papillomavirus.

Plus de la moitié des bambins présenteront donc ces excroissances sur les mains et environ un tiers au niveau des pieds.

"Si les adultes souffrent moins des verrues, c'est parce qu'ils ont fini par acquérir une immunité, ou bien parce que leur système immunitaire est enfin mûr", indique la dermatologue.

Mais même parmi les majeur.e.s, certaines personnes pourront souffrir de ces tumeurs sans gravité. Cela est généralement lié à une perte d'efficacité des défenses immunitaires, le plus souvent à cause d'une maladie.

En revanche, "chez une personne immunocompétente, le virus finira par disparaître en trois mois à trois ans en moyenne, et cela de manière spontanée, sans aucun traitement chez le dermatologue", indique Claudine Blanchet-Bardon.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La rédaction vous recommande sur Amazon :