Un homme de 84 ans perd une partie de son cerveau

© Autre

En Irlande du Nord, deux médecins sont tombés sur un cas peu courant. Un octogénaire s'est présenté avec les symptômes d'un AVC. Il avait en fait une partie du cerveau remplie d'air…

PUB

Chutes, perte d'équilibre… ces symptômes sont courants chez les octogénaires. Lorsqu'une faiblesse sur la moitié du corps s'y ajoute, l'inquiétude est souvent de mise. C'est pour cette raison qu'un homme de 84 ans s'est présenté à l'Antrim Area Hospital en Irlande du Nord (Royaume-Uni).

Si les symptômes dont souffre cet homme évoquent un AVC, sa situation médicale est en fait bien plus inattendue. Ses médecins ont eu la surprise de le découvrir. Et l'expliquent par le menu dans le BMJ Case Reports.

Arrivé à l'hôpital, l'octogénaire a expliqué sa situation aux professionnels de santé. Depuis plusieurs semaines, il chutait régulièrement. Trois jours plus tôt, il a commencé à souffrir de faiblesse du côté gauche. Le poussant à consulter.

"Une valve à sens unique"

Mais à part ces signes, l'homme ne remplit aucun critère de l'AVC. Il n'est pas confus, parle bien et son visage n'est pas touché. Rien dans son historique médical n'alerte les soignants : il souffre d'un glaucome et un polype a été retiré de son nez.

PUB
PUB

A l'imagerie, en revanche, l'origine du trouble est manifeste. Une large cavité s'est formée dans son lobe frontal, dans l'hémisphère droit du cerveau. D'une taille considérable – 9 centimètres – elle part de la plaque cribriforme, située légèrement au-dessus du nez.

Le constat ne s'arrête pas là. Les médecins repèrent aussi une tumeur au niveau de l'os ethmoïde, situé près des fosses nasales. C'est elle qui serait à l'origine de la cavité qui s'est formée dans le cerveau.

Selon les deux spécialistes, la tumeur a provoqué une érosion de la plaque cribriforme. Celle-ci est alors sensible aux variations de pression et agit comme "une valve à sens unique". L'air entre dans le cerveau, mais n'en ressort pas.

Il a refusé l'opération

La pression subie par le cerveau peut alors provoquer l'obstruction de certaines artères, provoquant des symptômes semblables à un AVC. Les symptômes d'une telle affection sont variés et peu spécifiques, notent les auteurs de cette étude. Ils vont de la simple céphalée aux crises de délire ou d'épilepsie, en passant par une agitation.

Une fois le diagnostic posé, l'octogénaire s'est vu proposer une chirurgie consistant à retirer l'excès d'air tout en opérant la tumeur. Il a refusé. Après un temps d'observation, l'homme est donc rentré chez lui avec des médicaments visant à prévenir un AVC.

L'équipe médicale lui a aussi conseillé de se rendre chez le médecin si les symptômes s'aggravaient. C'est en fait l'inverse qui s'est produit. 12 semaines plus tard, l'homme se portait mieux et ne souffrait plus de faiblesse du côté gauche.

Selon les auteurs, ce type de cavité peut se former après une infection des sinus ou des oreilles, mais aussi après l'apparition de tumeurs ou suivant une opération. Mais ils le reconnaissent eux-mêmes, peu de cas comparables à celui-ci ont été rapportés.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés