skly
Portrait de cgelitti

suite à mes 2 citations : 22/07 à 22h10 à Florence, 23/07 à 21h51 à tous. suivi médical : 98. 1° visite avec un neurologue et immédiatement orienté vers un centre de neurologie , contact avec un spécialiste que nous garderons jusqu'à fin 2008 . Parallèlement, contact avec le Service d'electrophysiologie , comportement du type BALINT. Visites au Centre de Neuropsychologie . Puis, mise en place des intervenants , toujours les mêmes jusqu'en 2008 : orthophoniste, kiné, médecin traitant et 2 visites annuelles avec le Professeur du CHU + les visites complémentaires de M. tout le monde . Pendant toute cette période, jamais le mot Alzheimer n'a été prononcé. seulement "atrophie cérébrale postérieure de type Benson. Je cite un compte rendu de l'orthophoniste du 20/02/09. ".... maintenant âgée de presque 72 ans... elle se montre désireuse de "travailler et toujours courageuse mais de plus en plus fatigable et "anxieuse.Ses troubles visuels sont massifs...... ses difficultés mnésiques "sont importantes et accentuées par une anxiété importante qui parasite "les informations qu'elle reçoit. Ces capacités cognitives sont très "restreintes.Elle se montrait très prolixe mais elle a maintenant du mal à "tenir une conversation car de façon récurrente elle a besoin d'être "rassurée.... elle est très désorientée dans le temps et l'espace. "Les derniers essais thérapeutiques n'ont pas été concluants car elle se "montrait de plus en plus angoissée et avait très peur d'être seule. Nous "poursuivons notre travail afin de conserver le plus possible ses capacités "de communication, de mémoire, de raisonnement et les séances constituent pour elle un repère." C'était le début de la fin du parcours.. A la même période, je notai sur mon journal : Effets de la maladie difficile à supporter(quelquefois à la limite de l'explosion, peur du drame) se traduisant par un bavardage incessant durant des heures, surtout l'après- midi , le soir et au coucher avec toujours les mêmes questions: J'ai peur? où je suis? je suis toute seule? Que vais je faire? et après? Je veux travailler ? . Une personnalité qui veut s'exprimer à tout prix et nous ne lui apportons aucune réponse parce que impuissant et fatigué. Une phrase de mon cardio dans son dernier compte-rendu et ce sera la fin qui a déclenché le processus de recherches d'une institution "...... "il a l'air effectivement plutôt épuisé tant physiquement que moralement " par cette situation et et si j'ai bien compris, il envisage de demander "au fils de sa compagne de faire les démarches nécessaires pour que "celle-ci puisse être accueillie en EPAD à proximité du domicile de son fils "sachant qu'il a lui même une possibilité de résidence à proximité ce qui "lui permettrait de la voir mais il ne ne sent plus la force d'en avoir la "charge exclusive. C'est d'ailleurs dans cet esprit qu'il m'a demandé "d'envoyer un double du courrier descriptif de son état cardio-vasculaire " au Docteur ...., le fils unique de sa compagne". J'ai cherché, j'ai trouvé, 15 mois déjà, je revis, j'ai eu peur.. mais je suis toujours là, ce qui me permet de vous dire : la limite du supportable et de l'insupportable est mal définie , ce qui peut être pris pour de la "lâcheté"est parfois du courage. Il faut "encore" vivre pour "donner" du bonheur . Sympathiquement vôtre. B.J.

PUB
PUB