nne
Portrait de cgelitti
En 2000, ma fille naît. Elle est adorable. A 8 mois, je la fait garder le mercredi, par ma belle-mère que j?appréciais jusque là mais elle s?accapare ma fille (elle n?en a pas eu, juste 2 garçons) puis celle-ci à les fesses rouges et hurle quand je la change (elle a également la diarrhée) et fait des cauchemars. Alors je pense que ma belle mère lui fait du mal et là je ne la laisse plus seule avec elle, je la suit, je m?interroge, j?observe la réaction de ma fille, je ne dors plus...(et je culpabilise de m'angoisser et de surveiller de la sorte ma belle-mère qui me fait des reproches). J?en parle à ma mère qui ne m'aidera pas à la surveiller comme je lui avais démandé et qui pense que je m?inquiète trop. Puis comme je ne vois pas de réaction chez ma fille de refus de voir sa grand-mère, je relativise. Et mes parents sont alors méchants avec mon fils né en 2001, et je leur fait remarquer, m?interpose entre eux, en fait mon fils me ressemble : il fait des caprices ! Alors il est devenu insupportable pour mes parents. Puis les mois passent avec une tension toujours présente entre mes beaux parents et mes parents mais je me focalise sur les bons moments et je fais en sorte que mes enfants côtoient le plus possible leurs grand-parents. J?ai un mari en plus qui s?énerve souvent après les petits mais là encore je m?interpose et puis n?ayant pas repris le travail, je me retrouve à la maison et j?ai des problèmes d?insomnies, de dos et des allergies asthmatiques qui me font passer des hivers avec des rhino-pharyngites , des angines et des bronchites surtout depuis que mes enfants sont scolarisés dès qu?ils attrapent un virus, je l?attrape à mon tour. Alors je m?énerve plus facilement mais je reste avec un gros manque de confiance en moi (à cause de mes parents qui ne m?ont jamais écouté, ne m?ont jamais encouragé et qui ne m?ont pas donné d?affection). Je trouve que les enfants entre eux sont durs, les miens adorent l?école mais je trouve qu?il y a du laisser-aller au niveau de la surveillance, les enfants qui tapent : ils trouvent çà « normal ». J?en ai mare de cette vie remplie de violence tant psychique que physique. Alors oui je suis parano. !!

1-Je me surestime car je me trouve plus gentille et moins égoïste que la plupart des gens même si je n?ai pas confiance en moi (timidité, problème pour m?imposer lors d?une discussion).

2-Je me sens « harcelée » par la méchanceté des autres.

Bref dans ce qui suit, je possède les 2 premiers:

La personnalité (ou caractère) paranoïaque

Ce trouble affecte 0,5 à 2,5 % de la population générale. D'un point de vue sémiologique les personnalités paranoïaques se caractérisent par quatre traits fondamentaux qui entraînent à terme une in-adaptabilité sociale :

la surestimation pathologique de soi-même ; (oui)

la méfiance extrême à l'égard des autres ; (oui)

la susceptibilité démesurée ; (non mais des envies qui changent)

la fausseté du jugement. (non)

le trouble de la personnalité paranoïaque : état de méfiance soupçonneuse envahissante envers les autres dont les intentions sont interprétées de manière malveillante. La personnalité paranoïaque implique la présence d'au moins quatre des sept symptômes suivant :

le sujet s'attend, sans raisons suffisantes, à ce que les autres l'exploitent, lui nuisent ou le trompent. (souvent)

Il est préoccupé par des doutes injustifiés concernant la loyauté ou la fidélité de ces amis/associés. (parfois)

Il est réticent à se confier à autrui car il craint que l'information ne soit utilisée contre lui.(oui)

Il discerne des significations cachées, humiliantes ou menaçantes dans les événements anodins. (oui)

Il ne pardonne pas d'être blessé, insulté ou dédaigné. (par mes proches: oui)

Il perçoit des attaques contre sa personne ou sa réputation, auxquelles il va réagir par la colère ou la contre-attaque. (non)

Il met en doute de manière répétée et sans justification la fidélité de son conjoint. (non)

J?ai répondu et constaté que je possédais 4 des symptômes. Et vous qu?en pensez-vous ? De plus Je trouve dans ce forum qu?il y a un sacré quiproquo entre parano et pervers.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés