Rhume des foins : à quelles périodes ?

Le rhume des foins est la forme d’allergie la plus fréquente. Elle concerne environ 20 % de la population. Mais quels sont, en cas de rhume des foins, les symptômes les plus souvent retrouvés ? Quand doit-on redouter l’apparition de cette allergie puisque, on le sait, les rhumes des foins sont périodiques ?

PUB

Comprendre le rhume des foins

Le rhume des foins (ou rhinite allergique ou pollinose) est une allergie saisonnière qui touche essentiellement les jeunes ayant entre 15 et 25 ans. Il s’agit d’une allergie au pollen (élément reproducteur de taille microscopique fabriqué par les organes mâles des plantes), celui-ci étant libéré au moment de la floraison. Ainsi, en présence de grandes quantités de pollen (ou de certains pollens en particulier en fonction des cas), l’organisme réagit de façon excessive, le pollen étant considéré comme un agent pathogène dangereux (il est en réalité inoffensif). En réaction, le système immunitaire libère de l’histamine, une substance qui va engendrer les symptômes caractéristiques de l’allergie, notamment en raison de la dilatation des vaisseaux qu’elle entraîne.

Rhume des foins: symptômes

Les symptômes les plus couramment observés en cas de rhume des foins sont ceux classiquement retrouvés en cas de rhino-conjonctivite. Ainsi, les personnes allergiques éprouveront un ou plusieurs des symptômes suivants:

PUB
PUB
  • larmoiements et irritation des yeux ;
  • nez bouché ou qui coule ;
  • démangeaisons ;
  • toux, éternuements et difficultés respiratoires (une forme d’asthme) ;
  • maux de tête ;
  • fatigue et difficultés à se concentrer.

Rhume des foins: périodes

Le rhume des foins ne survient pas à la même période pour tout le monde puisque cela dépend du pollen auquel on est sensible. La plupart des gens sont allergiques au pollen de graminées (les herbes qui pollinisent les prairies et les jardins) qui émettent du pollen essentiellement en mai et en juin (ou, en fonction des espèces, d’avril à août) et c’est typiquement ce que l’on appelle le rhume des foins. Les personnes allergiques au pollen d’arbres (chêne, platane, cyprès, frêne, bouleau, aulne, olivier, etc.), elles, développeront des symptômes allergiques en hiver (à partir de janvier) et au début du printemps. Ceux qui sont sensibles au pollen des herbacées (comme l’ambroisie notamment) en souffriront en été et au début de l’automne. Il faut tenir compte d’un décalage allant de 3 à 5 semaines selon qu’on se trouve au nord ou au sud de la France. A noter qu’il s’agit de grandes périodes qui peuvent fluctuer d’une année sur l’autre en fonction des conditions météorologiques (les saisons polliniques ont par ailleurs tendance à s'allonger et à apparaître de plus en plus précocement en raison du réchauffement climatique).

Limiter les symptômes allergiques du rhume des foins

Le plus simple pour anticiper les risques d’allergie liés au rhume des foins est de consulter régulièrement sur Internet le bulletin pollinique et la carte de vigilance que publie chaque semaine le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA). Une application mobile d’alertes polliniques («Alertes pollens») permet également, en fonction du lieu d’habitation, d’informer en temps réel sur la quantité de pollen présente dans l’air.

Publié par La Rédaction E-Santé le Vendredi 19 Octobre 2018 : 09h32