cgelitti
Portrait de cgelitti
je suis issue d'un couple de nevrosé, ou il y a eu de la haine à la violence à l'humiliation aux délires et beaucoups d'autres difficultés qui sont venues s'y greffées.

J'ai donc grandit dans ce milieu des mon plus jeunes ages et j'ai du composer avec.

je n'en veu pas à mes parents, j'observai chez eux plus de dés?uvrement que de méchanceté, j'ai eu souvent un sentiment de pitié à leur egar,

j'ai toujours tenté d'imiter mes copains et amis pour m'inventer une vie, ils étaient mon modèle mes repères,

c'était épuisant car je devais cacher mon mal, mes malaises, mes souffrances et j'y mettais une énergie considérable, la peur d'être montre du doigt, de trahir les miens, ou simplement d'exister ;

si bien que j'ai du faire vivre deux personnages en moi, un avec tout ce qui pouvait représenter la normalité, et un autre qui reflétait ma vie. plutôt réserve et passif, je n'ai pas eu de difficulté à me contenir et me gérer.

j'ai pris mon indépendance à ma majorité, ce qui m'a obliger à m'affirmer et par la même occasion à réaliser l'étendue des dégâts,

il a fallut reprendre à zero, j'ai donc commencé par m'apprivoiser, fait sortir le venin, et exprimer tout ce qui était refoulé.

je fut très vite surpris de mes réactions, ça me dépassait quelques fois, d'un niveau affective très immature, j'ai beaucoup peiné à reconnaitre le sentiment d'amour, de colère, et les dissocier.

Ce qui m'a sauvé, je suppose c'est que j'ai développé une faculté d'autocritique et d'observation j'ai donc pu prendre du recul et me reconstruire avec ;

aujourd'hui je suis à l'heure du bilan, car j'ai réappris mon histoire, colmaté les brèches, corriger les fautes , et recolle les morceaux, mais le constat est triste, on m'a volé mon enfance, mon programme pour la vie, et ça pas moyen de réparer.

aujourd'hui j'ai 30 ans et je voudrai pouvoir tourner cette page définitivement, je n'y parvient pas car elle est écrite au recto/verso

aujourd'hui je suis un enfant sage, et posé, dans un corp d'adulte usé et fatigué.

J'ai déjà eu recours à l'aide psys, mais

ma démarche ici est autre, en réalité, j'ai besoin de faire vivre cette tranche de vie, c'est plus fort que moi je ne peu pas abandonner cet innocent, cet enfant, ses émotions, ses sens, c'est moi.

je souhaiterai avoir vos avis vos impressions vos conseils etc...

PUB
PUB

Contenus sponsorisés