nanou222
Portrait de cgelitti

Bonjour à tous, bon je vous avoue, je ne pense pas être déprimée mais plutôt démotivée. Car j'arrive quand même à être heureuse à certain moment, alors qu'une déprimé ne l'est jamais.

Ma vie n'est pas horrible mais je n'ai pas de but.

Je sais simplement que je dois me lever chaque matin et subir une journée encore et encore, inlassablement.

La vie devient une corvée, ouvrir les yeux, dire bonjour, sourire, dessiner, tout de vient une corvée.

Et même les petits bonheurs de la vie perdent de leur saveurs.

J'sais pas quoi faire je tourne en rond.

Ça a commencée il y a environ un an, c'était la fin de l'année, j'en ai parler à ma mère et au lieu de m'aider elle m'a dit qu'elle était dépassée et qu'elle ne savait pas quoi faire.

Depuis je suis bloquée, je ne peux plus en parler, si même ma mère, ma protectrice, ne peut rien pour moi, alors que puis-je faire ?

Bref, c'était bientôt les vacances alors j'ai laisser filer en me disant que ça irait mieux mais comme vous vous en doutez, ça a empirer.

À la fin des vacances je suis entrer en quatrième et là... C'était vraiment difficile.

Le stress, la solitude, la douleur pesait trop et je devenait de plus en plus exécrable, j'ai eu pas mal d'embrouilles avec des amies et parfois mes parents.

Je me dis que je suis vraiment pitoyable pour me plaindre sans raison, car c'est vrai que ma vie n'est pas horrible... Mais j'ai quand même mal...

J'ai l'impression de n'être qu'une pauvre gamine qui essaye d'avoir de l'attention et de l'amour mais qui ne sais pas s'y prendre.

Je me sens faible et pitoyable, je me fais pitier.

Vous allez sûrement me dire que c'est l'adolescence, mais si c'est vraiment ça, je dois simplement attendre, supporter quelques années et devenir adulte pour me sentir mieux ?

Toutes les solutions que j'imagine sont vouées à l'échec. Un peu comme des rêves d'enfants, comme si c'était possible que l'on vienne me tendre la main.

Je vous avoue que je n'attends pas réellement de réponse, je suppose que j'ai écrit ça pour me « soulager », alors à ceux qui on eu le courage de lire ce pavé.

Merci.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés