Mediator : l’État est aussi responsable

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 15 Juillet 2014 : 11h17
Mis à jour le Lundi 21 Juillet 2014 : 10h37
© Istock

L’affaire du Mediator nous faisait oublier depuis le début que c’est l’État qui est en charge de la sécurité du médicament et que sur ce point l’État français a gravement failli.

Comment expliquer que depuis le retrait du médicament des marchés espagnols et italiens en 2003 et 2005, ce produit a pu continuer à être commercialisé en France ?

En affirmant pour la première fois la responsabilité de l’État, le tribunal administratif rétablit l’un des grands principes de notre système de soins.

Publicité

Un grand espoir pour les victimes du Mediator

Cette nouvelle est très importante pour les malades et les médecins. L’ANSM et l’État sont clairement reconnus responsables de leur absence de décision en cas de mise en danger de la population par un médicament. Reste le problème des commissions qui statuent sur les décisions à prendre. On a beaucoup écrit sur la nécessité de l’absence de conflits d’intérêts avec les experts. Pourtant force est de constater que les experts les mieux informés sont souvent ceux qui ont travaillé sur les médicaments en cause. Une autre piste devrait donc être envisagée : que les décisions ne soient plus prises par consensus collectif, ce qui dilue la responsabilité de chacun, mais que chaque expert affirme sa position et la signe en son nom. Responsabiliser à tous les niveaux est essentiel pour accélérer le processus de prise de décision.

Publicité
Publicité

En attendant, les victimes du Mediator trouveront dans cette décision du tribunal administratif un véritable réconfort dans leur laborieuse démarche.

Source : JIM le 10/07/2014

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 15 Juillet 2014 : 11h17
Mis à jour le Lundi 21 Juillet 2014 : 10h37
PUB
PUB