flush
Portrait de cgelitti
Le médecin traitant est une opportunuité pour les médecins généralistes qui étaient voués à disparaître dans notre hexagone . En ville, de plus en plus de patients allaient directement vers un spécialiste et pour les maladies bégnines se soignaient par automédication et avec les conseils éclairés de leur pharmacien.

Dans la pratique quotidienne de la médecine, à l?heure actuelle, très peu de consultations se terminent sans une prescription afin que le client soit satisafait et qu'il revienne au moindre bobo , une ruse efficace pour garder la vache à lait

Les médecins généralistes sont " des spécialistes" des maladies hivernales et des bobos en tous genres. La grande majorité d'entre eux montrent un réel désintéret pour toutes les maladies plus graves car la bobologie est assez lucrative pour eux... alors à quoi bon se prendre la tête avec des maladies graves. Pour les maladies gravissimes, ils ne possèdent pas d'outils de diagnotic (seulement un abaisse langue ou à défaut une cuillère à café, un stétoscope qui peut seulement dépister un éventuel souffle au coeur et l'incontournable tensiomètre que l'on trouve aussi en vente sur la toile et à disposition de tous dans les pharmacies ), ni les compétences requises.

On va les voir, comme jadis on allait voir les guérisseurs, une médecine de confort mais pas d'urgence. Vous ne pouvez pas demander à "votre bobologue " (un barbarisme de Mouvence) de connaître ausi bien les spécialités médicales que les spécialistes correspondants...mais seulement quelques notions assez floues

Pourtant, chez les enfants et les adultes en bonne santé habituelle, les affections les plus fréquentes guérissent seules plus de neuf fois sur dix, sans autre traitement que du paracétamol contre la fièvre et la douleur. Alorq à quoi bon consulter? C?est par exemple le cas des rhinopharyngites, des otites, des grippes, des bronchites et des sinusites aiguës, des diarrhées, des vomissements ou des lumbagos. Les gouttes diverses, les comprimés à sucer, les sirops, les ralentisseurs ou les accélérateurs du transit gastro-intestinal ne raccourcissent en rien la maladie et ne préviennent aucunement les (rarissimes) complications. Leur effet sur l?intensité des symptômes, lorsqu?ils en ont un, est limité. Dans ces situations, les antibiotiques sont très généralement inutiles ou néfastes. Et les anti-inflammatoires n?agissent guère mieux que le paracétamol, en ayant de nombreux effets indésirables.

Dans de nombreux pays aussi riches que le nôtre, les patients ne consultent d?ailleurs généralement pas pour ces maladies, sauf en cas d?évolution défavorable au bout de plusieurs jours. D?où vient alors que chez nous, non seulement la consultation est si souvent considérée comme urgente, mais encore qu?elle se termine presque toujours par une prescription complexe de diverses potions magiques ?

N'hesitez pas à "court cicuitez" la case du médecin traitant" quand les symptômes qui vous inquiètent concernent des sphères très techniques et à demander d'emblée l'avis d'un spécialiste. Un nombre non négligeable de médecins arrogants refuset de demander de l'aide quand elle est nécessaire à leurs correspondants spécialistes. Gardez vous de ceux qui sen sentent outragés par votre demande d'un avis plus spécialisé ou qui vous le déconseille formellement en faisant les moralisateurs voire en vous réprimandant.

PUB
PUB