Lyme : les dessous du prochain scandale sanitaire ?
© Istock

Maladie de Lyme chronique, la maladie qui n’ « existait pas » ?

Lorsque la maladie devient chronique (appelée alors neuroborréliose), il est rare d’en guérir définitivement. Les rémissions alternent avec les rechutes pendant des années.

Pour les formes avancées de la maladie ou en cas de présomption avec symptômes persistants malgré des tests négatifs, le médecin ne doit pas hésiter à prescrire un traitement antibiotique d’épreuve (1 mois de bêtalactamine, puis 1mois supplémentaire de doxycycline si cela ne suffit pas).

Dans 9 cas sur 10, les symptômes disparaissent : la piste infectieuse était la bonne.

Contrairement à ce qu’affirme une publication récente, les traitements antibiotiques à court terme (2 semaines) ne font pas aussi bien que sur le long terme (plus de 3 mois) (2).

Pr Christian Perronne : « Les recommandations américaines ayant désormais reconnu les formes chroniques de Lyme, on peut espérer que rapidement en France, les personnes ayant des formes chroniques puissent enfin être prises au sérieux et soignées.

Publicité
Publicité

L’idéal serait d’ouvrir des centres de santé spécialisés pour traiter les malades, mais aussi continuer à suivre ceux dont les symptômes persistent avec les années. Dans la borréliose de Lyme et les infections associées, le traitement chronique c’est un peu comme soigner à l’aveugle, c’est délicat (il faut combiner des antiparasitaires, des antifongiques etc.) et cela dépend de l’expérience des médecins dûment formés. Mais cela sauve des vies ».

Que faire en pratique pour prévenir la maladie de Lyme?

C’est l’été, partout en France, les tiques sont sorties de leur hibernation (d’octobre à mars). S'il vous prend l'envie d'une balade en forêt, près des bosquets et dans les herbes hautes, vigilance. De l'Alsace à la Normandie, aucune région -sauf absence de forêt- n'est épargnée par la présence de tiques, y compris en région parisienne comme le bois de Vincennes, qui en est infesté.

Quelques conseils :

  • Se vêtir de vêtements couvrant pour des balades en forêt.
  • Ne pas s’assoir dans l’herbe haute.
  • S’examiner consciencieusement au retour sans négliger les plis, le cuir chevelu, l’arrière des oreilles (elles peuvent se déplacer sur le corps). Les tiques se voient à l’œil nu.

A ne pas faire :

  • Enlever la tique en l’arrachant. Le rostre (le pic par lequel le parasite aspire le sang) resterait dans la peau. L’idéal est un tire-tique vendu en pharmacie, qui dévisse l’animal sans casser son rostre.
  • Ne pas employer d’éther ou d’alcool.
  • Les autotests ne sont pas tous évalués et ceux qui le sont ne semblent pas très fiables.
 
Mots-clés : Lyme, Borreliose, Tique
Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Mercredi 22 Juin 2016 : 16h52
Mis à jour le Mardi 28 Juin 2016 : 15h22
Source : (1) International Lyme and associated diseases society http://www.ilads.org; (2) N Engl J Med 2016; 374:1209-1220
Pour en savori plus : Fédération française contre les maladies vectorielles à tiques. http://ffmvt.org/
D’après un entretien avec le Pr Christian Perronne, chef du service maladies infectieuses de l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), l’un des spécialistes mondiaux de Lyme.