Marie
Portrait de cgelitti
Bonjour,

je viens de comprendre aujourd'hui que je suis peut-etre atteinte de

fribromyalgie et après avoir lu les informations sur le web et vos

commentaires, je suis terrorisée et paniquée. Je sais pas comment gérer

la situation et rester optimiste.

Je ne suis peut-être pas atteinte mais il semble que je rassemble

quasiement tous les sympthomes et je souffre depuis déjà de

nombreuses années.

Les douleurs musculaires, insomnies et problèmes digestifs ont

commencé il y a 4 ans, pendant une période de stress continu, puis après

un très gros choc affectif, je suis rentrée dans une très très longue

période d'insomnie, qui s'est calmée 8 mois plus tard. Elles reviennent

régulièrement par contre. Les douleurs musculaires, fourmies dans les

membres, crampes n'ont fait que augmenter et restent constamment

présentes mais lorsqu'elles sont moins fortes. Je suis par ailleurs

migraineuse depuis toute petite. Elles augmentent bien entendu ces

dernières années. J'ai vécu une grosse période de fatigue il y a trois mois

comme si j'avais la maladie du sommeil, ensuite une migraine

ininterompue pendant un mois et la vue qui baisse. J'ai ensuite eu ce que

les médecins pensent avoir trouvé après 3 semaines une conjonctivote à

fausse membre, qui s'est traité en 2 semaines. Un mois plus tard tout

recommence. J'ai eu il y a 5 mois de grosses tentions musculaires dans

les cervicales et douleurs nerveuses dans les bras. J'ai aujourd'hui des

contractures musculaires aux cervicales constamment et une grande

quantité de boules de muscles dans le coup. J'ai la sensation d'avoir les

muscle des bras et jambes toujours contractés et je n'arrive jamais à me

sentir reposée. J'ai depuis de nombreuses années des troubles de la

mémoire et de la concentration. J'ai souvent l'impression de faire des

absence et d'être dans un état de flottement.

Je vous en prie, si vous pensez que c'est cela. Pouvez-vous me dire

comment réagir, comment agir pour que le développement de la maladie

ne soit pas trop rapide et que je vive encore ma jeunesse le plus

longtemps possible. Pensez-vous qu'il n'y a pas de point de retour, que je

vais simplement passer le reste de ma vie à souffrir de plus en plus?

Merci par avance

PUB
PUB