Infection urinaire : attention à la fièvre !
Publié le 12 Mai 2015 par Dr Catherine Solano

Infection urinaire et fièvre : il faut consulter un médecin

Le médecin demande une analyse d’urine et en attendant les résultats, prescrit un traitement antibiotique. Mais il fait plus que cela : il estime si la pyélonéphrite est compliquée, auquel cas la personne doit être hospitalisée. Il en est ainsi notamment pour une femme enceinte, une personne n’ayant qu’un seul rein fonctionnel, une personne greffée rénale, une personne séropositive pour le VIH, ou encore une personne souffrant de vomissements empêchant le traitement antibiotique en comprimés, ou une pyélonéphrite où les bactéries diffusent dans l’organisme...

PUB

En pratique, en cas d’infection urinaire, il faut penser à prendre sa température

Quand une personne souffre d’une infection urinaire, si elle perçoit un malaise, si elle a trop chaud, trop froid, des frissons, il faut penser à prendre sa température, et d’autant plus s’il s’agit d’un enfant très jeune, ne sachant pas forcément s’exprimer.

PUB

Au total, la plupart des infections urinaires ne se transforment heureusement pas en pyélonéphrites. L’idéal est d’avoir une bonne hygiène de vie permettant de prévenir une grande partie des infections urinaires donc des pyélonéphrites. Il s’agit de bien boire suffisamment d’eau, ce qui lave régulièrement la vessie par l’intérieur, de toujours s’essuyer de l’avant vers l’arrière aux toilettes, de manger suffisamment de fibres pour éviter la constipation, d’aller uriner dès que l’envie se fait sentir, de ne pas garder une serviette hygiénique en place trop longtemps, et d’éviter de porter des protège-slips au quotidien.