IrisOlano
Portrait de cgelitti

Bonjour à tous,

Je vais essayer de faire simple ...

- Notre fils de 10 ans souffre de TED, mais il n'est pas ASPERGER.

- Il a des angoisses depuis son plus jeune âge (sans qu'il ait été possible de trouver une cause à ces angoisses).

- Il manifeste son mal-être par des manies (qui sont vraiment envahissantes) et de l'agressivité.

- Il n'a pas été diagnostiqué hyperactif, mais il présente un déficit d'attention qui peut le gêner dans son travail.

- Il suit une scolarité normale (bonnes notes) et semble ne pas souffrir d'aller à l'école, même s'il na pas beaucoup d'amis.

- Depuis environ une année, on a l'impression que son état s'empire : les manies concernent maintenant des mots: on doit par exemple dire pardon pour tout et n'importe quoi. Si on ne s'exécute pas, il se met à crier très fort, aussi bien à la maison qu'au milieu d'un restaurant bondé ! Point important: cette tyrannie et ce harcèlement ne sont subis que par ses proches (son père, sa mère et son petit frère de 6 ans). On adopte des stratégies pour réduire ces épisodes (l'ignorer, ne pas céder à ses caprices, rester le plus zen possible ...), mais cela ne le fait pas changer. On a également l'impression lors de ces périodes de crise qu'il régresse mentalement (on lui donnerait 2 ou 3 ans alors qu'il en a 10).

Au niveau de la médication et du suivi, il a récemment commencé une psychothérapie (il y a env. 4 mois) avec une pédopsychiatre . Il a pris pendant deux mois du Ritalin (ce qui a réglé en partie son problème d'attention) et sa pédopsy lui a prescrit par palliers du Strattera pour la prochaine rentrée scolaire (à la place du Ritalin).

Notre situation est vraiment pénible et on ne sait pas comment améliorer les choses. Lorsque l'on demande plus d'aide à notre pédopsychiatre, elle mentionne le RISPERDAL pour calmer les crises, voire un PLACEMENT de plusieurs mois, histoire de prendre de la distance avec notre enfant.

Franchement, le RISPERDAL pour un enfant de 10 ans, ça nous fait un peu peur. Déjà pour le Ritalin, nous avions vraiment attendu le dernier moment ! Et un placement ? Séparer un enfant angoissé du cadre familial ?

Y a-t-il d'autres solutions ? Merci du fond du coeur à toutes les personnes qui se donneront la peine de répondre.

PUB
PUB