josy
Portrait de cgelitti
Bonjour je viens de lire votre dernier article sur la fibromyalgie où il est précisé que la maladie est reconnue depuis 1992. Reconnue par qui? J'ai été en procès avec la Sécurité Sociale pendant plus de 2 ans pour être mise en incapacité de travail et j'ai obtenu gain de cause, n'étant plus en mesure de travailler mais je ne suis pas déclarée officiellement souffrant de fibromyalgie mais de dépression invalidante, la Sécurité Sociale ne voulant pas entendre parler de fibromyalgie. Il est présicé dans différents articles que la prise d'anti-dépresseur apporte une amélioration. On a testé sur moi 8 sortes d'anti-dépresseurs qui ne m'apportaient aucun soulagement mais tous les effets secondaires notamment problèmes de plaquettes avec le Prozac, tremblements et troubles de la vue avec Zoltof. Je ne tolère aucun anti-dépresseur. La fibromyalgie m'a provoqué une hernie hiatale, des problèmes aux cordes vocales, j'étais par moments aphones et j'ai dû faire 20 séances chez un orthophoniste car avec le stress les cordes vocables étaient trop tendues et fonctionnaient mal. Je ne parle pas des problèmes digestifs, des douleurs qui depuis plusieurs semaines sont en train de s'accentuer au point de commencer à craindre qu'un jour je me retrouve en fauteuil roulant. J'ai 55 ans et la fibromyalgie a été la conséquence d'un cumul de stress et de certains évènements de ma vie. Mes proches ne comprennent pas forcément l'handicap occasionné par la maladie car j'étais auparavant quelqu'un de très dynamique, un peu trop puisque j'en subis les conséquences actuellement. Mon entourage ne comprend pas toujours mon humeur changeante dûe à la douleur et le caractère qui s'est modifié. Je suis devenue moins tolérante et je me replie sur moi même d'autant plus que depuis mon divorce, je vis seule depuis 13 ans. J'ai essayé l'acupuncture, la micro kiné mais sans résultats. Je me contente de prendre du Tranxène contre le stress et de l'Immovane, un hyptonique pour passer de bonnes nuits. J'ai supprimé tous les autres médicaments car mon foie n'arrivait plus à assimiler tous ces médicaments trop forts que je prends depuis 1998, date où un licenciement abusif a déclenché la maladie latente. J'espère que mon témoignage apportera un plus à quelqu'un. Bon courage à tous les fibromyalgiques qui lisent ce message. Nous nous sentons trop isolés car extérieurement la maladie ne se voyant pas certains regards laissent à penser que nous simulons ou exagérons nos souffrances. Je me suis même fachée avec une proche parente qui s'est permise de me dire que tout était dans la tête que je n'avais qu'à me secouer et faire du sport. Pas évident quand on fait des chutes de tension importantes et que l'on peine certains jours à marcher.Bisous à toutes et tous. Marie
PUB
PUB

Contenus sponsorisés