josy
Portrait de cgelitti
bonjour, je suis fibromyalgique depuis 8 ans officiellement. aujourd'hui je suis en invalidité. avant, je courrais de médecin, en psychiatre en passant par l'homéopathe, l'accupuncteur, le centre anti-douleurs. aujourd'hui, j'ai tout arrêter et je m'en explique : à chaque fois que l'on voit un spécialiste, on doit justifier que l'on souffre, expliquer, démontrer, mesurer la douleur, ce qui fait qu'entre chaque visite on ne fait qu'y penser car lors des consultations pour la douleur les questions posées, sont : a quel moment de la journée avez vous le plus mal ? sur une échelle de 1 à 10 mesurez votre douleurs , etc.. ces questions sont très utiles même nécessaire. mais après faut passer à autre chose. ce qui fait qu'au bout de 4 ans de spécialistes en spécialistes j'ai dit assez : j'étais sous morphine ce qui m'a aider car j'avais un peu moins mal. mais le fait de ne plus etre balader à droite à gauche , m'a donner du temps pour me reposer dans un premier temps car j'étais épuisée ( j'étais agent de service hospitalier de nuit et j'ai 4 enfants) petit à petit, j'ai commencer à faire un peu de marche ce que je ne pouvais plus faire, cela m'a donner envie de continuer, puis j'en suis venue à faire un peu de ménage, et ainsi de suite. aujourd'hui, je n'ai plus besoin d'aide à domicile, je ne prends plus de morphine, j'ai des anti-douleurs normaux, je ne vais plus jusqu'à l'épuisement, dès que je sens une douleur je m'arrête, je soigne et je repars dès que cela va mieux. j'accepte que des jours je ne peux pas faire beaucoup de chose à la maison, j'accepte aussi mon état, je vais encore me faire opérer , soit, ça ira mieux après. entre les douleurs, je m'occupe en fonction de mon handicap et la vie continue. pour info, j'ai 41 ans. ce qui m'a pousser à écrire ce soir, c'est ce que m'a dit ma rhumato. elle m'a vu au tout début, puis j'ai fait une pose pendant 3 ans, je suis allée la voir pour un problème d'épicondilite. elle a été surprise de me voir comme je suis aujourd'hui. je ne pouvais pratiquement plus marcher,je ne pouvais plus m'habiller (tout ce qui touchait ma peau m'était insuportable), j'étais incontinente (là pas de miracle, j'ai du me faire opérer)etc.... alors courage à toute, si vous êtes en arret, profiter de ce temps pour analyser vos douleurs comme le demande le centre anti-douleurs mais après dès que vous avez analyser d'ou vient la douleur car au début les douleurs sont diffusent on ne sait pas trop ou ça a commencer ou on a mal réellement, quel médicament agit le mieux sur tel douleur (vous etes les seuls à pouvoir le dire) alors, prenez vous en main et surtout ne vous laissez pas allez, on enlève pas la maladie, on vit avec et il y a un mieux. bon courage à tous. vous pouvez toujours me contacter à : anne_marie1965@hotmail.fr

PUB
PUB

Contenus sponsorisés