Les différentes causes de la prise de poids
© Istock

Prise de poids et cycle hormonal

Le cycle hormonal modifie souvent l'appétit. On peut avoir beaucoup moins faim pendant la période des règles et celle des jours qui précédent l'ovulation, être victime de fringales au cours de la deuxième moitié du cycle. Les oestrogènes, dont la sécrétion est plus importante pendant la première moitié du cycle, diminuent plutôt l'appétit alors que la progestérone (dont la production prédomine pendant la deuxième moitié) l'augmente. L'alternance entre la sécrétion de ces deux types d'hormones est l'essence même du cycle hormonal. Un kilo pris pendant les deux dernières semaines se perd normalement et sans effort particulier au cours des deux semaines suivantes. Mais, pour toutes sortes de raisons dont beaucoup sont encore ignorées, ce cycle peut se révéler capricieux. Les oestrogènes facilitent le stockage des graisses dans les adipocytes des cuisses et des hanches. Si leur sécrétion est un peu trop importante, les kilos s'installent.

PUB
PUB

Une cause possible de prise de poids : la contraception

Une grande majorité de femmes sous contraception hormonale ne prennent pas de poids tandis que d'autres grossissent. La pilule, qui apporte des hormones sous forme de médicament, modifie l'équilibre hormonal naturel. Celui-ci est strictement individuel, particulier à chaque femme. Les réactions vis-à-vis de la pilule peuvent être aussi différentes d'une femme à l'autre. Celle-ci peut augmenter ou non l'appétit, ralentir ou non l'activité physique, modifier ou non les dépenses énergétiques. Si la sensation de faim augmente, on mange alors plus et l'on grossit. Mais il est plus difficile de s'apercevoir d'un petit ralentissement physique, insidieux. On constate que l'on prend des kilos bien que l'alimentation ne soit pas modifiée. La prise de poids peut se produire aussi après la pose d'un stérilet qui ne modifie pourtant en rien l'équilibre hormonal. Il s'agit alors d'un conflit psychologique, la contraception étant inconsciemment vécue comme une castration. D'où un déséquilibre qui conduit à trouver ailleurs une compensation, un besoin de se remplir... en mangeant.

Publié le 06 Août 2009 | Mis à jour le 27 Février 2012
Auteur(s) : Paule Neyrat, Diététicienne