Médicaments - Conduite, EG LABO avec E-santé

Que contiennent vos médicaments ? Comment se soigner avec ? Quelles sont les contre-indications ? Pour tout savoir de vos médicaments (princeps et génériques), consulter notre dictionnaire.

Afficher la recherche avancée
Par NomPar FormePar LaboratoirePar Substance

62 Résultat(s)

KETOPROFENE EG 2,5 %, gel
  
·Traitement symptomatique des tendinites superficielles.
·Traitement symptomatique en traumatologie bénigne: entorses, contusions.
·Traitement symptomatique des arthroses des petites articulations.
·Traitement symptomatique de la lombalgie aiguë.
·Traitement des veinites post-sclérothérapie, en cas de réaction inflammatoire intense.
LERCANIDIPINE EG 10 mg, comprimé pelliculé sécable
  
Hypertension artérielle essentielle.
LERCANIDIPINE EG 20 mg, comprimé pelliculé sécable
  
Hypertension artérielle essentielle.
PREDNISONE EG 20 mg, comprimé sécable
  
AFFECTIONS OU MALADIES:
I -COLLAGENOSES-CONNECTIVITES
·poussées évolutives de maladies systémiques, notamment: lupus érythémateux disséminé, vascularite, polymyosite, sarcoïdose viscérale.
II -DERMATOLOGIQUES
·dermatoses bulleuses auto-immunes sévères, en particulier pemphigus et pemphigoïde bulleuse ;
·formes graves des angiomes du nourrisson ;
·certaines formes de lichen plan ;
·certaines urticaires aiguës ;
·formes graves de dermatoses neutrophiliques.
III - DIGESTIVES
·poussées évolutives de la rectocolite hémorragique et de la maladie de Crohn ;
·hépatite chronique active auto-immune (avec ou sans cirrhose) ;
·hépatite alcoolique aiguë sévère, histologiquement prouvée.
IV - ENDOCRINIENNES
·thyroïdite subaiguë de De Quervain sévère ;
·certaines hypercalcémies.
V -HEMATOLOGIQUES
·purpuras thrombopéniques immunologiques sévères ;
·anémies hémolytiques auto-immunes ;
·en association avec diverses chimiothérapies dans le traitement d'hémopathies malignes lymphoïdes ;
·érythroblastopénies chroniques acquises ou congénitales.
VI - INFECTIEUSES
·péricardite tuberculeuse et formes graves de tuberculose mettant en jeu le pronostic vital ;
·pneumopathie à Pneumocystis carinii avec hypoxie sévère.
VII - NEOPLASIQUES
·traitement anti-émétique au cours des chimiothérapies antinéoplasiques ;
·poussée démateuse et inflammatoire associée aux traitements antinéoplasiques (radio et chimiothérapie).
VIII - NEPHROLOGIQUES
·syndrome néphrotique à lésions glomérulaires minimes ;
·syndrome néphrotique des hyalinoses segmentaires et focales primitives ;
·stade III et IV de la néphropathie lupique ;
·sarcoïdose granulomateuse intrarénale ;
·vascularites avec atteinte rénale ;
·glomérulonéphrites extra-capillaires primitives.
IX - NEUROLOGIQUES
·myasthénie ;
·dème cérébral de cause tumorale ;
·polyradiculonévrite chronique, idiopathique, inflammatoire ;
·spasme infantile (syndrome de West) / syndrome de Lennox-Gastaut ;
·sclérose en plaques en poussée, en relais d'une corticothérapie intraveineuse.
X - OPHTALMOLOGIQUES
·uvéite antérieure et postérieure sévère ;
·exophtalmies démateuses ;
·certaines neuropathies optiques, en relais d'une corticothérapie intraveineuse (dans cette indication, la voie orale en première intention est déconseillée).
XI -ORL
·certaines otites séreuses ;
·polypose nasosinusienne ;
·certaines sinusites aiguës ou chroniques ;
·rhinites allergiques saisonnières en cure courte ;
·laryngite aiguë striduleuse (laryngite sous-glottique) chez l'enfant.
XII - RESPIRATOIRES
·asthme persistant de préférence en cure courte en cas d'échec du traitement par voie inhalée à fortes doses ;
·exacerbations d'asthme, en particulier asthme aigu grave ;
·bronchopneumopathie chronique obstructive en évaluation de la réversibilité du syndrome obstructif ;
·sarcoïdose évolutive ;
·fibroses pulmonaires interstitielles diffuses.
XIII - RHUMATOLOGIQUES
·polyarthrite rhumatoïde et certaines polyarthrites ;
·pseudo polyarthrite rhizomélique et maladie de Horton ;
·rhumatisme articulaire aigu ;
·névralgies cervico-brachiales sévères et rebelles.
XIV-TRANSPLANTATION D'ORGANE ET DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES ALLOGENIQUES
·prophylaxie ou traitement du rejet de greffe ;
·prophylaxie ou traitement de la réaction du greffon contre l'hôte.
PREDNISONE EG 5 mg, comprimé sécable
  
AFFECTIONS OU MALADIES:
I -COLLAGENOSES-CONNECTIVITES
·poussées évolutives de maladies systémiques, notamment: lupus érythémateux disséminé, vascularite, polymyosite, sarcoïdose viscérale.
II -DERMATOLOGIQUES
·dermatoses bulleuses auto-immunes sévères, en particulier pemphigus et pemphigoïde bulleuse ;
·formes graves des angiomes du nourrisson ;
·certaines formes de lichen plan ;
·certaines urticaires aiguës ;
·formes graves de dermatoses neutrophiliques.
III - DIGESTIVES
·poussées évolutives de la rectocolite hémorragique et de la maladie de Crohn ;
·hépatite chronique active auto-immune (avec ou sans cirrhose) ;
·hépatite alcoolique aiguë sévère, histologiquement prouvée.
IV - ENDOCRINIENNES
·thyroïdite subaiguë de De Quervain sévère ;
·certaines hypercalcémies.
V -HEMATOLOGIQUES
·purpuras thrombopéniques immunologiques sévères ;
·anémies hémolytiques auto-immunes ;
·en association avec diverses chimiothérapies dans le traitement d'hémopathies malignes lymphoïdes ;
·érythroblastopénies chroniques acquises ou congénitales.
VI - INFECTIEUSES
·péricardite tuberculeuse et formes graves de tuberculose mettant en jeu le pronostic vital ;
·pneumopathie à Pneumocystis carinii avec hypoxie sévère.
VII - NEOPLASIQUES
·traitement anti-émétique au cours des chimiothérapies antinéoplasiques ;
·poussée démateuse et inflammatoire associée aux traitements antinéoplasiques (radio et chimiothérapie).
VIII - NEPHROLOGIQUES
·syndrome néphrotique à lésions glomérulaires minimes ;
·syndrome néphrotique des hyalinoses segmentaires et focales primitives ;
·stade III et IV de la néphropathie lupique ;
·sarcoïdose granulomateuse intrarénale ;
·vascularites avec atteinte rénale ;
·glomérulonéphrites extra-capillaires primitives.
IX - NEUROLOGIQUES
·myasthénie ;
·dème cérébral de cause tumorale ;
·polyradiculonévrite chronique, idiopathique, inflammatoire ;
·spasme infantile (syndrome de West) / syndrome de Lennox-Gastaut ;
·sclérose en plaques en poussée, en relais d'une corticothérapie intraveineuse.
X - OPHTALMOLOGIQUES
·uvéite antérieure et postérieure sévère ;
·exophtalmies démateuses ;
·certaines neuropathies optiques, en relais d'une corticothérapie intraveineuse (dans cette indication, la voie orale en première intention est déconseillée).
XI -ORL
·certaines otites séreuses ;
·polypose nasosinusienne ;
·certaines sinusites aiguës ou chroniques ;
·rhinites allergiques saisonnières en cure courte ;
·laryngite aiguë striduleuse (laryngite sous-glottique) chez l'enfant.
XII - RESPIRATOIRES
·asthme persistant de préférence en cure courte en cas d'échec du traitement par voie inhalée à fortes doses ;
·exacerbations d'asthme, en particulier asthme aigu grave ;
·bronchopneumopathie chronique obstructive en évaluation de la réversibilité du syndrome obstructif ;
·sarcoïdose évolutive ;
·fibroses pulmonaires interstitielles diffuses.
XIII - RHUMATOLOGIQUES
·polyarthrite rhumatoïde et certaines polyarthrites ;
·pseudo polyarthrite rhizomélique et maladie de Horton ;
·rhumatisme articulaire aigu ;
·névralgies cervico-brachiales sévères et rebelles.
XIV-TRANSPLANTATION D'ORGANE ET DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES ALLOGENIQUES
·prophylaxie ou traitement du rejet de greffe ;
·prophylaxie ou traitement de la réaction du greffon contre l'hôte.
PREDNISOLONE EG 20 mg, comprimé orodispersible
  
AFFECTIONS OU MALADIES:
·COLLAGENOSES-CONNECTIVITES
opoussées évolutives de maladies systémiques, notamment: lupus érythémateux disséminé, vascularite, polymyosite, sarcoïdose viscérale.
·DERMATOLOGIQUES
odermatoses bulleuses autoimmunes sévères, en particulier pemphigus et pemphigoïde bulleuse ;
oformes graves des angiomes du nourrisson ;
ocertaines formes de lichen plan ;
ocertaines urticaires aiguës ;
oformes graves de dermatoses neutrophiliques.
·DIGESTIVES
opoussées évolutives de la rectocolite hémorragique et de la maladie de Crohn ;
ohépatite chronique active auto-immune (avec ou sans cirrhose) ;
ohépatite alcoolique aiguë sévère, histologiquement prouvée.
·ENDOCRINIENNES
othyroïdite subaiguë de De Quervain sévère ;
ocertaines hypercalcémies.
·HEMATOLOGIQUES
opurpuras thrombopéniques immunologiques sévères ;
oanémies hémolytiques auto-immunes ;
oen association avec diverses chimiothérapies dans le traitement d'hémopathies malignes ; lymphoïdes ;
oérythroblastopénies chroniques acquises ou congénitales.
·INFECTIEUSES
opéricardite tuberculeuse et formes graves de tuberculose mettant en jeu le pronostic vital ;
opneumopathie à Pneumocystis carinii avec hypoxie sévère.
·NEOPLASIQUES
otraitement anti-émétique au cours des chimiothérapies antinéoplasiques ;
opoussée démateuse et inflammatoire associée aux traitements antinéoplasiques (radio et chimiothérapie).
·NEPHROLOGIQUES
osyndrome néphrotique à lésions glomérulaires minimes ;
osyndrome néphrotique des hyalinoses segmentaires et focales primitives ;
ostade III et IV de la néphropathie lupique ;
osarcoïdose granulomateuse intrarénale ;
ovascularites avec atteinte rénale ;
oglomérulonéphrites extra-capillaires primitives.
·NEUROLOGIQUES
omyasthénie ;
odème cérébral de cause tumorale ;
opolyradiculonévrite chronique, idiopathique, inflammatoire ;
ospasme infantile (syndrome de West) / syndrome de Lennox -Gastaut ;
osclérose en plaques en poussée, en relais d'une corticothérapie intraveineuse.
·OPHTALMOLOGIQUES
ouvéite antérieure et postérieure sévère ;
oexophtalmies démateuses ;
ocertaines neuropathies optiques, en relais d'une corticothérapie intraveineuse (dans cette indication, la voie orale en première intention est déconseillée).
·ORL
ocertaines otites séreuses ;
opolypose nasosinusienne ;
ocertaines sinusites aiguës ou chroniques ;
orhinites allergiques saisonnières en cure courte ;
olaryngite aiguë striduleuse (laryngite sous-glottique) chez l'enfant.
·RESPIRATOIRES
oasthme persistant de préférence en cure courte en cas d'échec du traitement par voie inhalée à fortes doses ;
oexacerbations d'asthme, en particulier asthme aigu grave ;
obronchopneumopathie chronique obstructive en évaluation de la réversibilité du syndrome obstructif ;
osarcoïdose évolutive ;
ofibroses pulmonaires interstitielles diffuses.
·RHUMATOLOGIQUES
opolyarthrite rhumatoïde et certaines polyarthrites ;
opseudo polyarthrite rhizomélique et maladie de Horton ;
orhumatisme articulaire aigu ;
onévralgies cervico-brachiales sévères et rebelles.
·TRANSPLANTATION D'ORGANE ET DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES ALLOGENIQUES
oprophylaxie ou traitement du rejet de greffe ;
oprophylaxie ou traitement de la réaction du greffon contre l'hôte.
PARACETAMOL EG LABO 500 mg, comprimé
  
Traitement symptomatique des douleurs d'intensité légère à modérée et/ou des états fébriles.
PARACETAMOL EG 500 mg, gélule
  
Traitement symptomatique des douleurs d'intensité légère à modérée et/ou des états fébriles.
PARACETAMOL EG 500 mg, gélule est indiqué chez les adulteset les enfants à partir de 27kg (à partir denviron 8 ans).
PARACETAMOL EG 1000 mg, comprimé effervescent sécable
  
Traitement symptomatique des douleurs d'intensité légère à modérée et/ou des états fébriles.
Traitement symptomatique des douleurs de l'arthrose.
PARACETAMOL EG 1 g, comprimé
  
Traitement symptomatique des douleurs d'intensité légère à modérée et/ou des états fébriles.
PARACETAMOL 1 g, comprimé est indiqué chez les adultes et lesenfants de plus de 50kg ( à partir denviron 15 ans.)
PARACETAMOL EG 500 mg, comprimé effervescent
  
Traitement symptomatique des douleurs d'intensité légère à modérée et/ou des états fébriles.
PENTOXIFYLLINE EG LP 400 mg, comprimé pelliculé à libération prolongée
  
Traitement symptomatique de la claudication intermittente des artériopathies chroniques oblitérantes des membres inférieurs (au stade 2).
NB: Cette indication repose sur des essais cliniques en double aveugle par rapport à un placebo qui montrent une augmentation du périmètre de marche d'au moins 50% chez 50 à 60% des malades traités contre 20 à 40% des malades suivant uniquement des règles hygiènodiététiques.
Traitement d'appoint à visée symptomatique du déficit pathologique cognitif et neuro-sensoriel chronique du sujet âgé (à l'exclusion de la maladie d'Alzheimer et des autres démences).
NOMEGESTROL EG 5 mg, comprimé sécable
  
Chez la femme avant la ménopause : les troubles menstruels liés une sécrétion progestéronique insuffisante ou absente, notamment :
·les anomalies de la durée du cycle : oligoménorrhée, polyménorrhée. spanioménorrhée, aménorrhée (après bilan étiologique) ;
·les hémorragies génitales fonctionnelles : métrorragies. ménorragies, incluant celles liées aux fibromes ;
·les manifestations fonctionnelles précédant ou accompagnant les règles : dysménorrhée essentielle, syndrome prémenstruel, mastodynies cycliques.
Chez la femme ménopausée : cycles artificiels en association avec un estrogène.
NAFTIDROFURYL EG 200 mg, comprimé pelliculé
  
Traitement symptomatique de la claudication intermittente des artériopathies chroniques oblitérantes des membres inférieurs (au stade 2).
MOLSIDOMINE EG 2 mg, comprimé sécable
  
Traitement préventif de la crise angineuse sous toutes ses formes.
Les comprimés de MOLSIDOMINE EG ne sont pas adaptés au traitement de la crise d'angor.
NIFEDIPINE EG L.P. 30 mg, comprimé pelliculé à libération prolongée
  
·Hypertension artérielle.
·Traitement préventif de l'angor stable, en association avec un traitement bêtabloquant.
METFORMINE EG LABO 850 mg, comprimé pelliculé
  
1) Diabète non acido-cétosique. non insulinodépendant de l'adulte (diabète de type II), en particulier avec surcharge pondérale, lorsque le régime prescrit n'est pas suffisant pour rétablir à lui seul l'équilibre glycémique.
2) Diabète insulinotraité en complément de l'insulinothérapie:
·dans le diabète de type I (DID),
·dans le diabète de type II, en particulier en cas de surcharge pondérale importante associée à une résistance secondaire à l'action de l'insuline.
MOLSIDOMINE EG 4 mg, comprimé
  
Angor sévère, rebelle aux posologies usuelles de la molsidomine.
Les comprimés de MOLSIDOMINE EG ne sont pas adaptés au traitement de la crise d'angor.
RANITIDINE EG 150 mg, comprimé effervescent
  
Adultes
Ulcère gastrique ou duodénal évolutif
sophagite par reflux gastro-sophagien
Traitement d'entretien de l'ulcère duodénal
Syndrome de Zollinger-Ellison
Enfants (3 à 18 ans)
Traitement à court terme des ulcères gastriques ou duodénaux,
Traitement du reflux gastro-oesophagien, y compris les sophagites par reflux et le soulagement des symptômes liés au reflux gastro-sophagien.
CARBOCISTEINE E.G. 2 % ENFANTS, sirop
  
Traitement des troubles de la sécrétion bronchique, notamment au cours des affections bronchiques aiguës : bronchite aiguë et épisode aigu des bronchopneumopathies chroniques.
CALCIUM VITAMINE D3 EG 500 mg/400 UI, comprimé à croquer ou à sucer
  
·Correction des carences vitamino-calciques chez les sujets âgés.
·Apport vitamino-calcique associé aux traitements spécifiques de l'ostéoporose, chez les patients carencés ou à haut risque de carence vitamino D-calcique.
AMOROLFINE EG 5%, vernis à ongles médicamenteux
  
Traitement de première intention des onychomycoses sans atteinte matricielle.
AMBROXOL EG 0,3 POUR CENT SANS SUCRE, solution buvable édulcorée au cyclamate de sodium et au sorbitol
  
Traitement des troubles de la sécrétion bronchique de l'adulte, notamment au cours des affections bronchiques aiguës et des épisodes aigus des bronchopneumopathies chroniques.
ACICLOVIR EG 200 mg, comprimé
  
·prévention des infections à Virus Herpes Simplex chez les sujets immunodéprimés ;
·chez le sujet immunocompétent
oinfections cutanées ou muqueuses:
Traitement des infections herpétiques cutanées ou muqueuses sévères (il s'agit en général de primo-infections), en particulier de l'herpès génital et des gingivo-stomatites herpétiques aiguës. En raison de son mode d'action, l'aciclovir n'éradique pas les virus latents. Après traitement, le malade restera donc exposé à la même fréquence de récidives qu'auparavant. Traitement des récurrences d'herpès génital. Prévention des infections à Virus Herpes Simplex, chez les sujets souffrant d'au moins 6 récurrences par an ;
oinfections ophtalmologiques:
Prévention des récidives d'infections oculaires à HSV:
§kératites épithéliales après 3 récurrences par an ou en cas de facteur déclenchant connu ;
§kératites stromales et kérato-uvéites après 2 récurrences par an ;
§en cas de chirurgie de l'il.
Traitement des kératites et kérato-uvéites à HSV.
ACICLOVIR EG 800 mg, comprimé
  
Prévention des complications oculaires du zona ophtalmique, en administration précoce.
AMIODARONE EG 200 mg, comprimé sécable
  
Prévention des récidives des :
·tachycardies ventriculaires menaçant le pronostic vital: le traitement doit être instauré en milieu hospitalier sous monitorage ;
·tachycardies ventriculaires documentées symptomatiques et invalidantes ;
·tachycardies supraventriculaires documentées lorsque la nécessité d'un traitement est établie en cas de résistance ou de contre-indication aux autres thérapeutiques ;
·fibrillations ventriculaires.
Traitement des tachycardies supraventriculaires :
Ralentissement ou réduction de la fibrillation auriculaire ou du flutter auriculaire.
L'amiodarone peut être utilisée en présence d'une maladie coronarienne et/ou d'une altération de la fonction ventriculaire gauche (voir rubrique 5.1).
TRIMEBUTINE EG 200 mg, comprimé
  
Traitement symptomatique des douleurs, des troubles du transit et de l'inconfort intestinal liés aux troubles fonctionnels intestinaux.
TRIMEBUTINE EG 100 mg, comprimé
  
Traitement symptomatique des douleurs, des troubles du transit et de l'inconfort intestinal liés aux troubles fonctionnels intestinaux.
BETAMETHASONE EG 0,05 POUR CENT, solution buvable en gouttes
  
AFFECTIONS OU MALADIES:
I-COLLAGENOSES - CONNECTIVITES
Poussées évolutives de maladies systémiques, notamment: lupus érythémateux disséminé, vascularite, polymyosite, sarcoïdose viscérale
II-DERMATOLOGIQUES
a-dermatoses bulleuses auto-immunes sévères, en particulier pemphigus et pemphigoïde bulleuse
b-formes graves des angiomes du nourrisson
c-certaines formes de lichen plan
d-certaines urticaires aiguës
e-formes graves de dermatoses neutrophiliques
III- DIGESTIVES
a-poussées évolutives de la rectocolite hémorragique et de la maladie de Crohn
b-hépatite chronique active auto-immune (avec ou sans cirrhose)
c-hépatite alcoolique aiguë sévère, histologiquement prouvée
IV-ENDOCRINIENNES
a-thyroïdite subaiguë De Quervain sévère
b-certaines hypercalcémies
V- HEMATOLOGIQUES
a-purpuras thrombopéniques immunologiques sévères
b-anémies hémolytiques auto-immunes
c-en association avec diverses chimiothérapies dans le traitement d'hémopathies malignes lymphoïdes
d-érythroblastopénies chroniques acquises ou congénitales
VI-INFECTIEUSES
a-péricardite tuberculeuse et formes graves de tuberculose mettant en jeu le pronostic vital
b-pneumopathie à Pneumocystis carinii avec hypoxie sévère
VII-NEOPLASIQUES
a-traitement anti-émétique au cours des chimiothérapies antinéoplasiques
b-poussée démateuse et inflammatoire associée aux traitements antinéoplasiques (radio et chimiothérapie)
VIII-NEPHROLOGIQUES
a-syndrome néphrotique à lésions glomérulaires minimes
b-syndrome néphrotique des hyalinoses segmentaires et focales primitives
c-stade III et IV de la néphropathie lupique
d-sarcoïdose granulomateuse intrarénale
e-vascularites avec atteinte rénale
f-glomérulonéphrites extra-capillaires primitives
IX-NEUROLOGIQUES
a-myasthénie
b-dème cérébral de cause tumorale
c-polyradiculonévrite chronique, idiopathique, inflammatoire
d-spasme infantile (syndrome de West) / syndrome de Lennox-Gastaut
e-sclérose en plaques en poussée, en relais d'une corticothérapie intraveineuse
X-OPHTALMOLOGIQUES
a-uvéite antérieure et postérieure sévère
b-exophtalmies démateuses
c-certaines neuropathies optiques, en relais d'une corticothérapie intraveineuse (dans cette indication, la voie orale en première intention est déconseillée)
XI-ORL
a-certaines otites séreuses
b-polypose nasosinusienne
c-certaines sinusites aiguës ou chroniques
d-rhinites allergiques saisonnières en cure courte
e-laryngite aiguë striduleuse (laryngite sous-glottique) chez l'enfant
XII-RESPIRATOIRES
a-asthme persistant de préférence en cure courte en cas d'échec du traitement par voie inhalée à fortes doses
b-exacerbations d'asthme, en particulier asthme aigu grave
c-bronchopneumopathie chronique obstructive en évaluation de la réversibilité du syndrome obstructif
d-sarcoïdose évolutive
e-fibroses pulmonaires interstitielles diffuses
XIII-RHUMATOLOGIQUES
a-polyarthrite rhumatoïde et certaines polyarthrites
b-pseudopolyarthrite rhizomélique et maladie de Horton
c-rhumatisme articulaire aigu
d-névralgies cervico-brachiales sévères et rebelles
XIV-TRANSPLANTATION D'ORGANE ET DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES ALLOGENIQUES
a-prophylaxie ou traitement du rejet de greffe
b-prophylaxie ou traitement de la réaction du greffon contre l'hôte
BETAMETHASONE EG 2 mg, comprimé dispersible sécable
  
AFFECTIONS OU MALADIES:
I-COLLAGENOSES - CONNECTIVITES
Poussées évolutives de maladies systémiques, notamment: lupus érythémateux disséminé, vascularite, polymyosite, sarcoïdose viscérale
II-DERMATOLOGIQUES
a-dermatoses bulleuses auto-immunes sévères, en particulier pemphigus et pemphigoïde bulleuse
b-formes graves des angiomes du nourrisson
c-certaines formes de lichen plan
d-certaines urticaires aiguës
e-formes graves de dermatoses neutrophiliques
III- DIGESTIVES
a-poussées évolutives de la rectocolite hémorragique et de la maladie de Crohn
b-hépatite chronique active auto-immune (avec ou sans cirrhose)
c-hépatite alcoolique aiguë sévère, histologiquement prouvée
IV-ENDOCRINIENNES
a-thyroïdite subaiguë De Quervain sévère
b-certaines hypercalcémies
V- HEMATOLOGIQUES
a-purpuras thrombopéniques immunologiques sévères
b-anémies hémolytiques auto-immunes
c-en association avec diverses chimiothérapies dans le traitement d'hémopathies malignes lymphoïdes
d-érythroblastopénies chroniques acquises ou congénitales
VI-INFECTIEUSES
a-péricardite tuberculeuse et formes graves de tuberculose mettant en jeu le pronostic vital
b-pneumopathie à Pneumocystis carinii avec hypoxie sévère
VII-NEOPLASIQUES
a-traitement anti-émétique au cours des chimiothérapies antinéoplasiques
b-poussée démateuse et inflammatoire associée aux traitements antinéoplasiques (radio et chimiothérapie)
VIII-NEPHROLOGIQUES
a-syndrome néphrotique à lésions glomérulaires minimes
b-syndrome néphrotique des hyalinoses segmentaires et focales primitives
c-stade III et IV de la néphropathie lupique
d-sarcoïdose granulomateuse intrarénale
e-vascularites avec atteinte rénale
f-glomérulonéphrites extra-capillaires primitives
IX-NEUROLOGIQUES
a-myasthénie
b-dème cérébral de cause tumorale
c-polyradiculonévrite chronique, idiopathique, inflammatoire
d-spasme infantile (syndrome de West) / syndrome de Lennox-Gastaut
e-sclérose en plaques en poussée, en relais d'une corticothérapie intraveineuse
X-OPHTALMOLOGIQUES
a-uvéite antérieure et postérieure sévère
b-exophtalmies démateuses
c-certaines neuropathies optiques, en relais d'une corticothérapie intraveineuse (dans cette indication, la voie orale en première intention est déconseillée)
XI-ORL
a-certaines otites séreuses
b-polypose nasosinusienne
c-certaines sinusites aiguës ou chroniques
d-rhinites allergiques saisonnières en cure courte
e-laryngite aiguë striduleuse (laryngite sous-glottique) chez l'enfant
XII-RESPIRATOIRES
a-asthme persistant de préférence en cure courte en cas d'échec du traitement par voie inhalée à fortes doses
b-exacerbations d'asthme, en particulier asthme aigu grave
c-bronchopneumopathie chronique obstructive en évaluation de la réversibilité du syndrome obstructif
d-sarcoïdose évolutive
e-fibroses pulmonaires interstitielles diffuses
XIII-RHUMATOLOGIQUES
a-polyarthrite rhumatoïde et certaines polyarthrites
b-pseudopolyarthrite rhizomélique et maladie de Horton
c-rhumatisme articulaire aigu
d-névralgies cervico-brachiales sévères et rebelles
XIV-TRANSPLANTATION D'ORGANE ET DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES ALLOGENIQUES
a-prophylaxie ou traitement du rejet de greffe
b-prophylaxie ou traitement de la réaction du greffon contre l'hôte
CARBOCISTEINE EG 5 % ADULTES SANS SUCRE, solution buvable édulcorée à la saccharine sodique
  
Ce médicament est indiqué chez l'adulte et ladolescent de plus de 15 ans en cas d'affection respiratoire récente avec difficulté d'expectoration (difficulté à rejeter en crachant les sécrétions bronchiques).
PROPRANOLOL EG 40 mg, comprimé
  
·hypertension artérielle;
·prophylaxie des crises d'angor d'effort;
·traitement au long cours après infarctus du myocarde;
·traitement de certains troubles du rythme: supraventriculaires (tachycardies, flutters et fibrillations auriculaires, tachycardies jonctionnelles) ou ventriculaires (extrasystoles ventriculaires, tachycardies ventriculaires);
·manifestations cardio-vasculaires des hyperthyroïdies et intolérance aux traitements substitutifs des hypothyroïdies;
·signes fonctionnels de la cardiomyopathie obstructive;
·traitement de fond de la migraine et des algies de la face;
·tremblements, en particulier essentiels;
·manifestations fonctionnelles cardiaques à type de tachycardie et de palpitations au cours des situations émotionnelles transitoires;
·prévention des hémorragies digestives par rupture de varices sophagiennes (prévention primaire) et de leur récidive (prévention secondaire) chez les patients atteints de cirrhose: la prévention d'une première rupture de varice sophagienne est limitée aux patients ayant une hypertension portale, chez lesquels l'examen endoscopique révèle des varices sophagiennes de tailles intermédiaire ou volumineuse (stade II ou III).
RANITIDINE EG 300 mg, comprimé effervescent
  
Adultes
·En association à une bithérapie antibiotique, éradication de Helicobacter pylori en cas de maladie ulcéreuse gastro-duodénale (après preuve endoscopique de la lésion et de l'infection).
·Ulcère gastrique ou duodénal évolutif.
·sophagite par reflux gastro-sophagien.
·Syndrome de Zollinger-Ellison.
Enfants (3 à 18 ans)
·Traitement à court terme des ulcères gastriques ou duodénaux,
·Traitement du reflux gastro-sophagien, y compris les sophagites par reflux et le soulagement des symptômes liés au reflux gastro-sophagien.
ATENOLOL EG 50 mg, comprimé sécable
  
·Hypertension artérielle
Ce dosage est particulièrement adapté chez l'insuffisant rénal, chez lequel la posologie doit être ajustée au degré de l'insuffisance rénale.
·Arythmies supraventriculaires
oo tachycardies supraventriculaires paroxystiques (en traitement préventif ou curatif)
oo fibrillation ou flutter auriculaires en cas de réponse insuffisante aux digitaliques à doses maximales et dans les cas où les digitaliques sont contre-indiqués ou présentent un rapport bénéfice/risque défavorable.
·Arythmies ventriculaires
oextrasystoles ventriculaires (traitement préventif ou curatif) en cas d'extrasystoles résultant d'une augmentation de l'activité sympathique;
otachycardies ventriculaires et fibrillations ventriculaires (traitement préventif), en particulier lorsque l'anomalie ventriculaire résulte d'une activité sympathique importante.
ATENOLOL EG 100 mg, comprimé sécable
  
·Hypertension artérielle.
·Prophylaxie des crises d'angor d'effort.
·Infarctus du myocarde en phase aiguë: relais de la forme injectable I.V. (L'aténolol réduit la mortalité à la phase aiguë de l'infarctus du myocarde. Le traitement est institué au plus tard avant la 12ème heure.).
·Arythmies supraventriculaires:
otachycardies supraventriculaires paroxystiques (en traitement préventif ou curatif),
ofibrillation ou flutter auriculaires en cas de réponse insuffisante aux digitaliques à doses maximales et dans les cas où les digitaliques sont contre-indiqués ou présentent un rapport bénéfice/risque défavorable.
·Arythmies ventriculaires:
oextrasystoles ventriculaires (traitement préventif ou curatif) en cas d'extrasystoles résultant d'une augmentation de l'activité sympathique,
otachycardies ventriculaires et fibrillations ventriculaires (traitement préventif), en particulier lorsque l'anomalie ventriculaire résulte d'une activité sympathique importante.
SOTALOL EG 160 mg, comprimé sécable
  
Prévention des récidives des :
·Tachycardies ventriculaires menaçant le pronostic vital : le traitement doit être instauré en milieu hospitalier sous monitorage ;
·Tachycardies ventriculaires documentées symptomatiques et invalidantes en l'absence d'insuffisance cardiaque non contrôlée ;
·Tachycardies supra-ventriculaires documentées en l'absence d'insuffisance cardiaque non contrôlée lorsque la nécessité d'un traitement est établie.
SOTALOL EG 80 mg, comprimé sécable
  
Prévention des récidives des :
·tachycardies ventriculaires menaçant le pronostic vital : le traitement doit être instauré en milieu hospitalier sous monitorage ;
·tachycardies ventriculaires documentées symptomatiques et invalidantes en l'absence d'insuffisance cardiaque non contrôlée ;
·tachycardies supra-ventriculaires documentées en l'absence d'insuffisance cardiaque non contrôlée lorsque la nécessité d'un traitement est établie.
VERAPAMIL EG L.P. 240 mg, comprimé pelliculé sécable à libération prolongée
  
·Hypertension artérielle ;
·traitement de l'angor stable.
SPIRONOLACTONE EG 25 mg, comprimé pelliculé sécable
  
Chez ladulte et lenfant
·Traitement de l'hyperaldostéronisme primaire.
·Hyperaldostéronisme réactionnel à un traitement diurétique efficace.
·Hypertension artérielle essentielle.
·Etats démateux pouvant s'accompagner d'un hyperaldostéronisme secondaire:
odème et ascite de l'insuffisance cardiaque,
osyndrome néphrotique,
oascite cirrhotique,
·Thérapeutique adjuvante de la myasthénie: dans cette indication, la spironolactone est une médication permettant de maintenir le capital potassique et de diminuer les besoins exagérés de potassium.
Chez l'adulte
Traitement de l'insuffisance cardiaque stade III ou IV selon la classification de la NYHA (fraction d'éjection systolique ≤ 35%), en association avec un traitement comprenant un diurétique de l'anse, un inhibiteur de l'enzyme de conversion, et un digitalique dans la majorité des cas.
Le traitement par SPIRONOLACTONE EG 25 mg au long cours associé au traitement de fond ci-dessus a significativement amélioré la survie dans l'étude Rales (voir rubrique 5.1).
SPIRONOLACTONE ALTIZIDE EG 25 mg/15 mg, comprimé pelliculé sécable
  
·Hypertension artérielle.
·dèmes dorigine rénale, cardiaque et hépatique.
SPIRAMYCINE EG 3 M.U.I., comprimé pelliculé
  
Elles procèdent de l'activité antibactérienne et des caractéristiques pharmacocinétiques de la spiramycine. Elles tiennent compte à la fois des études cliniques auxquelles a donné lieu le médicament et de sa place dans l'éventail des produits antibactériens actuellement disponibles.
Elles sont limitées aux infections dues aux germes définis comme sensibles:
·Angines documentées à streptocoque A bêta-hémolytique, en alternative au traitement par bêta-lactamines, particulièrement lorsque celui-ci ne peut être utilisé.
·Sinusites aiguës. Compte-tenu du profil microbiologique de ces infections, les macrolides sont indiqués lorsqu'un traitement par une bêta-lactamine est impossible.
·Surinfections des bronchites aiguës.
·Exacerbations des bronchites chroniques.
·Pneumopathies communautaires chez des sujets:
osans facteurs de risque,
osans signes de gravité clinique,
oen l'absence d'éléments cliniques évocateurs d'une étiologie pneumococcique.
En cas de suspicion de pneumopathie atypique, les macrolides sont indiqués quels que soient la gravité et le terrain.
·Infections cutanées bénignes: impétigo, impétiginisation des dermatoses, ecthyma, dermohypodermite infectieuse (en particulier, érysipèle), érythrasma.
·Infections stomatologiques.
·Infections génitales non gonococciques.
·Chimioprophylaxie des rechutes du RAA en cas d'allergie aux bêta-lactamines.
·Toxoplasmose de la femme enceinte.
·Prophylaxie des méningites à méningocoque en cas de contre-indication à la rifampicine:
ole but est d'éradiquer le germe (Neisseria meningitidis) du nasopharynx,
ola spiramycine n'est pas un traitement de la méningite à méningocoque,
oelle est préconisée en prophylaxie chez:
§le malade après son traitement curatif et avant sa réintégration en collectivité,
§les sujets ayant été exposés aux sécrétions oropharyngées dans les dix jours précédant son hospitalisation.
Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.
TERBINAFINE EG 1 %, crème
  
1. Dermatophyties:
Traitement:
·dermatophyties de la peau glabre,
·intertrigos génitaux et cruraux,
·intertrigos des orteils.
2. Candidoses:
Les candidoses cutanées rencontrées en clinique humaine sont habituellement dues à Candida Albicans.
Cependant, la mise en évidence d'un Candida sur la peau ne peut constituer en soi une indication.
Traitement:
·intertrigos, en particulier génito-cruraux, anaux et périanaux,
·perlèche,
·vulvite, balanite.
Dans certains cas, il est recommandé de traiter simultanément le tube digestif.
Traitement d'appoint des onyxis et périonyxis.
3. Pityriasis versicolor
SPIRONOLACTONE EG 50 mg, comprimé pelliculé sécable
  
Chez ladulte et chez lenfant
·Traitement de l'hyperaldostéronisme primaire ;
·Hyperaldostéronisme réactionnel à un traitement diurétique efficace ;
·Hypertension artérielle essentielle ;
·États démateux pouvant s'accompagner d'un hyperaldostéronisme secondaire :
odème et ascite de l'insuffisance cardiaque ;
oascite cirrhotique ;
osyndrome néphrotique ;
odème cyclique idiopathique ;
·Thérapeutique adjuvante de la myasthénie: dans cette indication, la spironolactone est une médication permettant de maintenir le capital potassique et de diminuer les besoins exagérés de potassium.
SPIRONOLACTONE EG 75 mg, comprimé pelliculé sécable
  
Chez ladulte et chez lenfant
·Traitement de l'hyperaldostéronisme primaire ;
·Hyperaldostéronisme réactionnel à un traitement diurétique efficace ;
·Hypertension artérielle essentielle ;
·États démateux pouvant s'accompagner d'un hyperaldostéronisme secondaire :
odème et ascite de l'insuffisance cardiaque ;
oascite cirrhotique ;
osyndrome néphrotique ;
odème cyclique idiopathique ;
·Thérapeutique adjuvante de la myasthénie: dans cette indication, la spironolactone est une médication permettant de maintenir le capital potassique et de diminuer les besoins exagérés de potassium.
CEFIXIME EG 200 mg, comprimé pelliculé
  
Elles sont réservées à l'adulte et sont limitées aux infections dues aux germes définis comme sensibles, lorsque ces infections permettent une antibiothérapie orale et notamment :
·Surinfections bactériennes des bronchites aiguës et exacerbations des bronchites chroniques,
·Pneumopathie d'allure bactérienne,
·Sinusites et otites aiguës,
·Pyélonéphrites aiguës sans uropathie,
·Infections urinaires basses compliquées ou non à l'exception des prostatites,
·Urétrite gonococcique masculine.
Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.
DICLOFENAC EG 1 %, gel en flacon pressurisé
  
Chez ladulte (à partir de 15 ans) :
·traitement local de courte durée en cas de traumatisme bénin: entorse (foulure), contusion ;
·traitement local dappoint des douleurs dorigine musculaire et tendino-ligamentaire ;
·traitement symptomatique des poussées douloureuses de larthrose, après au moins un avis médical.
CHLORHEXIDINE/CHLOROBUTANOL EG 0,5 ml/0,5 g pour 100 ml, solution pour bain de bouche en flacon
  
Traitement local d'appoint des affections de la cavité buccale et lors de soins post-opératoires en odonto-stomatologie.
DICLOFENAC EG LABO 1 %, gel
  
Chez ladulte (à partir de 15 ans) :
·traitement local de courte durée en cas de traumatisme bénin : entorse (foulure), contusion ;
·traitement local dappoint des douleurs dorigine musculaire et tendino-ligamentaire ;
·traitement symptomatique des poussées douloureuses de larthrose, après au moins un avis médical.
DICLOFENAC EG 1 %, gel
  
Chez ladulte (à partir de 15 ans) :
·traitement local de courte durée en cas de traumatisme bénin : entorse (foulure), contusion ;
·traitement local dappoint des douleurs dorigine musculaire et tendino-ligamentaire ;
·traitement symptomatique des poussées douloureuses de larthrose, après au moins un avis médical.
DIOSMINE EG 600 mg, comprimé pelliculé
  
·amélioration des symptômes en rapport avec l'insuffisance veinolymphatique: jambes lourdes, douleurs, impatiences du primo-decubitus ;
·traitement d'appoint des troubles fonctionnels de la fragilité capillaire ;
·traitement des signes fonctionnels liés à la crise hémorroïdaire.
EPIRUBICINE EG 2 mg/ml, solution pour perfusion
  
Les indications thérapeutiques sont limitées aux:
·carcinomes mammaires,
·cancers de l'ovaire,
·lymphomes malins non hodgkiniens, maladie de Hodgkin,
·cancers microcellulaires du poumon,
·sarcomes des parties molles,
·cancers de l'sophage, de l'estomac, du pancréas, cancers hépatocellulaires,
·cancers épidermoïdes de la sphère oto-rhino-laryngologique.
ECONAZOLE EG L.P. 150 mg, ovule à libération prolongée
  
Traitment local des mycoses vulvo-vaginales surinfectées ou non par les bactérise Gram +.
FLUTAMIDE EG 250 mg, comprimé
  
Cancer de la prostate avec métastases.
ECONAZOLE EG 1 %, émulsion pour application cutanée
  
Candidoses
Les candidoses cutanées rencontrées en clinique humaine sont habituellement dues à Candida albicans. Cependant, la mise en évidence d'un Candida sur la peau ne peut constituer en soi une indication.
·Mycoses des muqueuses et des semi-muqueuses : vulvite, balanite, anite, candidose du siège.
·Mycoses des peaux fragiles : enfants, visage.
Dans certains cas, il est recommandé de traiter simultanément le tube digestif.
Dermatophyties
·Traitement des mycoses des poils : folliculites, kérions, sycosis.
DOXORUBICINE EG 2 mg/ml, solution pour perfusion
  
·Cancers du sein
·Sarcomes des os et des parties molles
·Maladie de Hodgkin et lymphomes non hodgkiniens
·Tumeurs solides de l'enfant
·Cancers du poumon
·Leucémies aiguës et chroniques
·Cancers de la vessie, de l'ovaire, de l'estomac.
ECONAZOLE EG 1 %, poudre pour application cutanée
  
Candidoses
Les candidoses cutanées rencontrées en clinique humaine sont habituellement dues à Candida albicans. Cependant, la mise en évidence d'un Candida sur la peau ne peut constituer en soi une indication.
·Traitement des mycoses des plis macérées : intertrigo génital, sous-mammaire, interdigital, etc.
Dans certains cas, il est recommandé de traiter simultanément le tube digestif.
Dermatophyties
·Traitement :
oIntertrigo macéré génital et crural.
oIntertrigo des orteils.
DIACEREINE EG 50 mg, gélule
  
Traitement symptomatique à effet différé de l'arthrose de la hanche et du genou.
Le traitement avec la diacéréine est déconseillé chez les patients atteints de coxarthrose à destruction rapide, car ils sont susceptibles de présenter une réponse plus faible à ce médicament.
ECONAZOLE EG 1 %, solution pour application cutanée
  
Pityriasis versicolor.
ECONAZOLE EG 1 %, crème
  
Candidoses
Les candidoses cutanées rencontrées en clinique humaine sont habituellement dues à Candida albicans. Cependant, la mise en évidence d'un Candida sur la peau ne peut constituer en soi une indication.
·Traitement des mycoses des plis non macérées : intertrigo génital, sous-mammaire, interdigital, etc.
·Traitement dappoint des mycoses des ongles : onyxis, périonyxis. Un traitement systémique antifongique associé est nécessaire.
Dans certains cas, il est recommandé de traiter simultanément le tube digestif.
Dermatophyties
·Traitement :
oDermatophyties de la peau glabre.
oIntertrigos génitaux et cruraux non macérées.
·Traitement dappoint des teignes. Un traitement systémique antifongique associé est nécessaire.
Erythrasma
FUROSEMIDE EG 20 mg, comprimé sécable
  
·dèmes d'origine cardiaque ou rénale.
·dèmes d'origine hépatique, le plus souvent en association avec un diurétique épargneur de potassium.
·Hypertension artérielle chez le patient insuffisant rénal chronique, en cas de contre-indication aux diurétiques thiazidiques (notamment lorsque la clairance de la créatinine est inférieure à 30 ml/min).
FUROSEMIDE EG 40 mg, comprimé sécable
  
·dèmes d'origine cardiaque ou rénale.
·dèmes d'origine hépatique, le plus souvent en association avec un diurétique épargneur de potassium.
·Hypertension artérielle chez le patient insuffisant rénal chronique, en cas de contre-indication aux diurétiques thiazidiques (notamment lorsque la clairance de la créatinine est inférieure à 30 ml/min).
GESTODENE/ETHINYLESTRADIOL EG 75 microgrammes/20 microgrammes, comprimé enrobé
  
Contraception orale.
La décision de prescrire GESTODENE/ETHINYLESTRADIOL EG doit être prise en tenant compte des facteurs de risque de la patiente, notamment ses facteurs de risque de thrombo-embolie veineuse (TEV), ainsi que du risque de TEV associé à GESTODENE/ETHINYLESTRADIOL EG en comparaison aux autres CHC (Contraceptifs Hormonaux Combinés) (voir rubriques 4.3 et 4.4).