Médicaments - NORDIC PHARMA avec E-santé

Que contiennent vos médicaments ? Comment se soigner avec ? Quelles sont les contre-indications ? Pour tout savoir de vos médicaments (princeps et génériques), consulter notre dictionnaire.

8 Résultat(s)

OSTEPAM 15 mg/ml, solution à diluer pour perfusion
  
·Traitement des hypercalcémies sévères d'origine maligne.
·Traitement du myélome stade III avec au moins une lésion osseuse.
·Traitement palliatif des ostéolyses d'origine maligne avec ou sans hypercalcémie en complément du traitement spécifique de la tumeur.
·Traitement de la maladie de Paget.
URAPIDIL NORDIC PHARMA 50 mg/10 ml, solution injectable
  
Hypertension sévère :
·associée à une menace à court terme du pronostic vital ou à une atteinte des organes vitaux (urgence hypertensive).
·pendant et/ou après une opération chirurgicale.
BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable
  
Anesthésie intrathécale chez ladulte avant intervention chirurgicale de courte durée (voir rubrique 4.2).
URAPIDIL NORDIC PHARMA 25 mg/5 ml, solution injectable
  
Hypertension sévère :
·associée à une menace à court terme du pronostic vital ou à une atteinte des organes vitaux (urgence hypertensive).
·pendant et/ou après une opération chirurgicale.
CLOROTEKAL 10 mg/ml, solution injectable
  
Anesthésie intrathécale chez ladulte avant intervention chirurgicale programmée ne devant pas excéder 40 minutes.
IMETH 10 mg, comprimé sécable
  
·Polyarthrite rhumatoïde active chez ladulte.
·Psoriasis récalcitrant sévère invalidant ne répondant pas de manière adéquate aux autres formes de traitements telles que la photothérapie, la puvathérapie et les rétinoïdes, et rhumatisme psoriasique sévère de ladulte.
IMETH 2,5 mg, comprimé
  
·Polyarthrite rhumatoïde active chez ladulte.
·Psoriasis récalcitrant sévère invalidant ne répondant pas de manière adéquate aux autres formes de traitements telles que la photothérapie, la puvathérapie et les rétinoïdes, et rhumatisme psoriasique sévère de ladulte.
MIFEGYNE 200 mg, comprimé
  
1- Interruption médicamenteuse de grossesse intra-utérine évolutive.
En association séquentielle à un analogue des prostaglandines, au plus tard au 63ème jour d'aménorrhée (voir rubrique 4.2).
2- Ramollissement et dilatation du col utérin en préparation à l'interruption chirurgicale de grossesse du premier trimestre.
3- Préparation à l'action des analogues des prostaglandines dans linterruption de grossesse pour raisons médicales (au-delà du premier trimestre).
4- Induction du travail lors de mort ftale in utero.
Lorsque les prostaglandines ou l'ocytocine ne peuvent être utilisées.