GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies


PUB
source: ANSM - Mis à jour le : 12/12/2018

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Triptoréline.. 3,75 mg

sous forme dacétate de triptoréline*

pour une seringue pré-remplie.

*à mettre en suspension dans 1 ml de solvant.

Excipient à effet notoire : sodium (3,69 mg/ml équivalent à 0,160 mmol/ml après reconstitution)

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies.

Avant reconstitution :

Poudre blanche à légèrement jaune

Solvant aqueux incolore.

Après reconstitution :

Suspension homogène blanc laiteux à légèrement jaune.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

Hommes

Traitement du cancer de la prostate hormono-dépendant localement avancé ou métastatique.

Femmes

Réduction préopératoire de la taille du fibrome pour diminuer les hémorragies et la douleur en cas de fibromes utérins symptomatiques.

Endométriose symptomatique confirmée par une laparoscopie, pour laquelle une suppression de lhormonogenèse ovarienne est indiquée dans la mesure où un traitement chirurgical nest pas indiqué en première intention.

Enfants

Traitement de la puberté précoce centrale avérée (avant 9 ans pour les filles, avant 10 ans pour les garçons).

Publicité
4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Ce produit doit être utilisé sous la stricte surveillance dun spécialiste, disposant des moyens appropriés pour une surveillance régulière de la réponse.

Le traitement des enfants par la triptoréline doit être réalisé sous la responsabilité dun pédiatre endocrinologue ou dun pédiatre ou dun endocrinologue ayant lexpérience du traitement de la puberté précoce centrale.

Il est important que la forme à libération prolongée soit injectée en respectant strictement les instructions figurant dans la rubrique 6.6.

Après la reconstitution, la suspension doit être injectée immédiatement.

Posologie et mode dadministration

Administrer la dose contenue dans une seringue, soit léquivalent de 3,75 mg de triptoréline, tous les 28 jours, soit par voie sous-cutanée (p. ex. dans la peau de labdomen, de la fesse ou de la cuisse), soit par voie intramusculaire profonde.

Changer de site dinjection à chaque nouvelle injection.

Hommes :

Toutes les quatre semaines, injecter le contenu dune seringue, soit léquivalent de 3,75 mg de triptoréline. Pour supprimer en permanence les taux de testostérone, il est important de respecter le rythme dadministration dune fois toutes les 4 semaines.

Femmes :

·Fibromes utérins et endométriose :

Toutes les quatre semaines, injecter le contenu dune seringue, soit léquivalent de 3,75 mg de triptoréline. Le traitement doit débuter dans les 5 premiers jours du cycle.

Enfants :

En début de traitement, la posologie doit être déterminée en fonction du poids ; une injection de triptoréline aux jours 0, 14 et 28, puis une injection toutes les 4 semaines. En cas deffet insuffisant, les injections peuvent être répétées toutes les trois semaines.

La posologie sera fonction du poids corporel ; voir tableau ci-dessous :

Poids corporel

Posologie

< 20 kg

1,875 mg (demi-dose)

20 30 kg

2,5 mg (2/3 dose)

> 30 kg

3,75 mg (dose complète)

Populations particulières de patients :

·Il est inutile dajuster la dose chez le sujet âgé.

·Daprès les données actuelles, il nest pas nécessaire de réduire la dose ou despacer les injections chez les patients atteints dinsuffisance rénale.

Durée dadministration

Cancer de la prostate :

GONAPEPTYL est habituellement administré en traitement au long cours.

Fibromes utérins et endométriose

La durée du traitement dépend du degré de gravité initial de lendométriose et de lévolution de ses manifestations cliniques (fonctionnelles et anatomiques) et de lévolution du volume des fibromes utérins, déterminée par échographie pendant le traitement. Normalement, le résultat optimal est obtenu après 3 ou 4 injections.

En raison de ses effets potentiels sur la densité osseuse, la durée du traitement ne devra pas dépasser 6 mois (voir 4.4).

Puberté précoce centrale (PPC)

Le traitement doit être interrompu dès quune maturation osseuse correspondant à lâge de plus de 12 ans chez les filles et de plus de 13 ans chez les garçons est obtenue.

4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

Générales

·Hypersensibilité à la triptoréline ou à lun des excipients du produit.

·Hypersensibilité à lhormone naturelle de libération des gonadotrophines (GnRH) ou à ses analogues.

Chez la femme

·Grossesse

·Allaitement

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

Général

Ladministration dagoniste de la GnRH peut entraîner une réduction de la densité osseuse. Chez les hommes des données préliminaires suggèrent que ladministration de biphosphonates, en association avec lagoniste de la GnRH peut réduire cette perte de densité osseuse.

Une surveillance particulière simpose chez les patients présentant des facteurs de risque dostéoporose supplémentaires tels que les sujets alcooliques chroniques, les fumeurs, un traitement au long cours par des médicaments réduisant la densité osseuse (anticonvulsifs ou corticoïdes), les antécédents familiaux dostéoporose, une malnutrition.

Rarement, le traitement par les agonistes de la GnRH a mis en évidence un adénome hypophysaire gonadotrope non diagnostiqué au préalable. Dans ce cas, lapoplexie hypophysaire peut se manifester sous forme de céphalées brutales, de vomissements, de troubles visuels, et dune ophtalmoplégie.

Il existe un risque accru de survenue de dépression incidente (qui peut être sévère) chez les patients traités par agonistes de la GnRH, tels que la triptoréline. Les patients doivent être informés en conséquence et traités de façon appropriée si des symptômes apparaissent.

Des cas de changements dhumeur ont été rapportés. Les patients souffrant de dépression connue devront être attentivement surveillés pendant le traitement.

Hommes :

En début de traitement, la triptoréline, comme les autres agonistes de la GnRH, entraîne une élévation transitoire des concentrations sériques de testostérone. Des cas isolés daggravation transitoire des signes et symptômes du cancer de la prostate résultant de cette élévation transitoire de la testostéronémie peuvent parfois apparaître durant les premières semaines de traitement. A linitiation du traitement, ladministration associée dun anti-androgène approprié qui va sopposer à lélévation initiale de la testostéronémie et à lexacerbation des symptômes cliniques, doit être prise en considération.

Chez quelques patients, on peut observer une aggravation transitoire des signes et symptômes de leur cancer de la prostate (effet flare-up) et une augmentation transitoire de la douleur liée au cancer (douleur métastatique). Ceci peut être pris en charge de manière symptomatique.

Comme avec les autres agonistes de la GnRH, des cas isolés de compression médullaire et dobstruction urétrale ont été observés. Lapparition dune compression médullaire ou dune insuffisance rénale impose linstauration dun traitement standard de ces complications, et dans les cas extrêmes, la réalisation en urgence dune orchidectomie (castration chirurgicale). Les patients présentant notamment des métastases vertébrales avec risque de compression médullaire ainsi que ceux ayant une obstruction des voies urinaires devront être étroitement surveillés pendant les premières semaines de traitement.

Après la castration chirurgicale, la triptoréline nentraîne pas de diminution supplémentaire de la testostéronémie.

Une suppression androgénique au long cours obtenue soit par orchidectomie bilatérale soit par administration danalogues de la GnRH est associée à un risque accru de diminution de densité minérale osseuse, susceptible de conduire à lostéoporose ainsi quà un risque accru de fracture osseuse.

Le traitement par suppression androgénique peut provoquer un allongement de lintervalle QT.

Chez les patients ayant des antécédents ou présentant des facteurs de risque dallongement de lintervalle QT et chez les patients traités par un médicament susceptible dallonger lintervalle QT (voir rubrique 4.5), le médecin devra évaluer le rapport bénéfice/risque, y compris le risque de torsades de pointe, avant linitiation dun traitement par GONAPEPTYL.

De plus, il ressort des données épidémiologiques que des modifications métaboliques (comme lintolérance au glucose) ou une augmentation du risque de maladie cardiovasculaire peuvent survenir chez les patients traités par suppression androgénique. Néanmoins, la corrélation entre le traitement par analogues de la GnRH et laugmentation de la mortalité cardiovasculaire na pas été confirmée par les données prospectives. Les patients à haut risque de maladies métaboliques ou cardiovasculaires doivent être attentivement évalués avant linstauration du traitement et étroitement surveillés pendant le traitement par suppression androgénique.

Ladministration de la triptoréline aux doses thérapeutiques a pour effet la suppression de lactivité de la fonction gonadique dorigine hypophysaire. Dès larrêt du traitement, le fonctionnement normal du système est habituellement restauré. Les tests de diagnostic de lactivité gonadique dorigine hypophysaire menés durant le traitement et après le traitement par les analogues de la GnRH peuvent donc être trompeurs.

Femmes

GONAPEPTYL ne doit être prescrit quaprès un diagnostic précis (par exemple après laparoscopie).

Il est indispensable de vérifier, avant toute prescription de triptoréline, labsence de grossesse.

Etant donné quil ne doit pas y avoir de menstruations pendant le traitement par Gonapeptyl, il doit être conseillé à la patiente de consulter un médecin si des menstruations régulières persistent.

Perte de la densité osseuse

Une durée de 6 mois de traitement par agoniste de la GnRH est susceptible de réduire la densité osseuse de 1% par mois en moyenne. Chaque réduction de 10% de la densité osseuse est liée à une augmentation du risque de fracture multiplié par un facteur de 2 à 3 environ. Pour cette raison, un traitement sans supplémentation en retour ne devra pas durer plus de 6 mois. A larrêt du traitement, les pertes de densité osseuse sont habituellement réversibles dans un délai de 6 à 9 mois.

Daprès les données actuellement disponibles, la récupération de la perte de la densité osseuse survient après larrêt du traitement chez la majorité des femmes.

On ne dispose pas de données spécifiques chez les patientes ayant une ostéoporose pré-existante ou présentant des facteurs de risque dostéoporose (sujets alcooliques chroniques, fumeurs, traitement au long cours par des médicaments entraînant une diminution de la densité osseuse (exemple : anticonvulsifs ou corticoïdes), antécédents familiaux dostéoporose, malnutrition secondaire à lanorexie mentale par exemple. Etant donné que la réduction de la densité osseuse est susceptible dêtre plus néfaste chez ces patientes, il est indispensable, avant la mise en place dun traitement par la triptoréline, de prendre en considération les particularités individuelles de chaque patiente.

Le traitement par la triptoréline est à initier uniquement après avoir soigneusement apprécié le bénéfice du traitement par rapport au risque. La prise de mesures complémentaires destinées à pallier les pertes de la densité osseuse doit être envisagée.

Fibromes et endométriose

Toute métrorragie survenant au cours du traitement (sauf le premier mois) est anormale et doit conduire à la vérification du taux plasmatique destrogènes. Si ce taux est inférieur à 50 pg/ml, la recherche d'éventuelles lésions organiques associées doit être effectuée. Après larrêt du traitement, la fonction ovarienne reprend ; ainsi, les règles surviennent 7 à 12 semaines après la dernière injection.

Lovulation pouvant être déclenchée par la libération initiale de gonadotrophines, les patientes doivent suivre une contraception non hormonale le premier mois du traitement, ainsi que dans la période allant de 4 semaines après la dernière injection jusquà la reprise des règles ou jusquà ce quune autre méthode contraceptive soit adoptée.

Au cours du traitement des fibromes utérins, la taille de lutérus et celle du fibrome doivent être régulièrement déterminées, par exemple par échographie. Une réduction anormalement rapide de la taille de lutérus par comparaison à la réduction du tissu myomateux a entraîné dans quelques rares cas une hémorragie et une infection.

Quelques cas de saignement chez des patientes présentant des fibromes sous-muqueux et traitées par un analogue de la GnRH ont été rapportés. Généralement, le saignement est survenu 6 à 10 semaines après linstauration du traitement.

Enfants

Le traitement doit débuter avant l'âge de 9 ans chez les filles et 10 ans chez les garçons.

Chez les filles, à linitiation du traitement, la stimulation ovarienne initiale, suivie de la privation destrogènes induite par le traitement, peut entraîner, dans les premiers mois, des saignements vaginaux dintensité faible à modérée.

Le développement de caractères sexuels secondaires réapparaît à larrêt du traitement. Les données concernant la fonction de reproduction future restent limitées. Les règles apparaissent pour la majorité des jeunes filles un an en moyenne après la fin du traitement et elles sont le plus souvent régulières.

La densité osseuse peut diminuer pendant le traitement par les analogues de la GnRH chez les enfants souffrant dune puberté précoce centrale. Toutefois, après arrêt de traitement, la normalisation ultérieure de la masse osseuse est préservée et le pic de la masse osseuse, observé en fin dadolescence, ne semble pas être affecté.

Un glissement épiphysaire fémoral peut être observé à larrêt du traitement par GnRH.

En théorie, les faibles concentrations destrogènes durant le traitement par agonistes de la GnRH affaibliraient le cartilage de croissance épiphysaire. Laugmentation de la vitesse de croissance après arrêt de traitement aboutirait donc à une diminution des contraintes mécaniques responsables du déplacement de lépiphyse.

Chez les enfants présentant une tumeur cérébrale évolutive, une appréciation rigoureuse du rapport bénéfice/risque du traitement simpose pour chaque patient.

Il convient dexclure les cas de puberté pseudo-précoce (tumeur ou hyperplasie gonadique ou cortico-surrénalienne) et de puberté précoce indépendante de l'hormone gonadotrope (toxicose testiculaire, hyperplasie familiale des cellules de Leydig).

Des réactions allergiques et anaphylactiques ont été décrites chez ladulte et chez lenfant incluant les réactions locales au site dinjection et les réactions systémiques. Leur pathogenèse na pas été élucidée. Ces réactions sont observées plus fréquemment chez les enfants.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

La prudence simposera lorsque la triptoréline sera administrée en même temps que des médicaments affectant la sécrétion hypophysaire des gonadotrophines et le statut hormonal du patient devra être surveillé.

Etant donné quun traitement par suppression androgénique peut provoquer un allongement de lintervalle QT, lutilisation concomitante de GONAPEPTYL et de médicaments connus pour allonger lintervalle QT ou de médicaments susceptibles de provoquer des torsades de pointe tels les médicaments antiarythmiques de classe Ia (par exemple : quinidine, disopyramide) ou de classe III (par exemple : amiodarone, sotalol, dofetilide, ibutilide), la méthadone, la moxifloxacine, les antipsychotiques, etc doit être évaluée avec attention (voir rubrique 4.4).

Aucune étude formelle dinteraction avec dautres médicaments na été réalisée. La possibilité dinteraction avec des médicaments habituellement utilisés dont les produits libérateurs dhistamine, ne peut pas être exclue.

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Grossesse

Avant linstauration du traitement, les femmes en âge de procréer doivent faire lobjet dun examen attentif pour exclure toute grossesse.

Les très rares données sur lusage de la triptoréline pendant la grossesse nindiquent pas daugmentation du risque de malformations congénitales. Toutefois, les études de suivi au long cours sur le développement sont limitées. Les résultats des études chez lanimal n'ont pas mis en évidence deffets dommageables directs ou indirects sur la grossesse ou le développement post-natal, mais ont été mis en évidence des signes de ftotoxicité et de retard à la parturition. Au vu des effets pharmacologiques, un effet indésirable sur la grossesse et la descendance ne peut être exclu et, de ce fait, GONAPEPTYL ne doit pas être administré aux femmes enceintes.

Les femmes en âge de procréer devront utiliser une méthode contraceptive non hormonale fiable durant le traitement et jusquà la reprise des règles.

Allaitement

Le passage de la triptoréline dans le lait maternel n'est pas connu. En raison du risque deffets indésirables de la triptoréline chez le nourrisson, lallaitement doit être interrompu avant et pendant le traitement.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

Aucune étude sur les effets sur laptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines na été réalisée. Toutefois, les étourdissements, un état de somnolence et les troubles visuels étant des effets indésirables du traitement ou résultant de la maladie sous-jacente, laptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines peut être altérée chez certains patients.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

Les événements indésirables rapportés pendant les essais cliniques et dans le cadre de la pharmacovigilance sont présentés ci-dessous. Suite à la baisse des taux de testostérone ou destrogènes, on peut sattendre à ce que la plupart des patient(e)s présentent des réactions indésirables. Les plus fréquentes sont les bouffées vasomotrices (30% des hommes et 75-100% des femmes). Par ailleurs, on peut prévoir une impuissance et une diminution de la libido chez 30 à 40% des hommes, tandis que des saignements vaginaux, des sueurs, une sécheresse vaginale et/ou une dyspareunie, une diminution de la libido, céphalées et des troubles de l'humeur sont à prévoir chez plus de 10% des femmes.

Du fait de l'augmentation des taux de testostérone pendant la première semaine de traitement, une aggravation de la symptomatologie générale et des plaintes peuvent être rapportées (obstruction urinaire, douleurs osseuses dues à des métastases, compression médullaire, fatigue musculaire et dème lymphatique des jambes). Dans certains cas, il a été observé une obstruction des voies urinaires avec altération de la fonction rénale. Des cas de compression neurologique, s'accompagnant d'une asthénie et d'une paresthésie dans les jambes ont été observés.

Tolérance générale chez les hommes (voir « Mises en garde spéciales et précautions demploi »)

Comme observé avec les autres agonistes de la GnRH ou après castration chirurgicale, les effets indésirables les plus fréquemment observés au cours du traitement par la triptoréline sont des conséquences prévisibles des effets pharmacologiques : élévation initiale du taux de testostérone, suivie par une suppression presque complète de la sécrétion de la testostérone. Ces effets comprennent des bouffées de chaleur (50%), dysfonction érectile et baisse de la libido.

Les effets indésirables suivants, susceptibles dêtre liés au traitement par la triptoréline, ont été rapportés. La plupart dentre eux sont connus pour être liés à la castration biochimique ou chirurgicale.

MedDRA

Système classe organe

Très fréquent (1/10)

Fréquent (≥ 1/100, < 1/10)

Peu fréquent (≥ 1/1 000, < 1/100)

Indéterminé

Hommes

Infections et infestations

Rhinopharyngite

Affections du système immunitaire

Hypersensibilité

Réactions anaphylactiques

Troubles du métabolisme et nutritionnel

Perte dappétit

Augmentation de lappétit, goutte, diabète sucré

Affections psychiatriques

Baisse de la libido

Changements dhumeur, humeur dépressive, dépression, trouble du sommeil

Insomnie, état confusionnel, baisse dactivité, euphorie, anxiété, perte de libido

Affections du système nerveux

Céphalées

Etourdissements, paresthésie, troubles de la mémoire, dysgueusie, somnolence ; dystasie

Affections oculaires

Sensation anormale dans lil, troubles visuels, vision trouble

Affections de loreille et du labyrinthe

Acouphènes, vertiges

Affections vasculaires

Bouffées de chaleur

Embolie, hypertension

Hypotension

Affections respiratoires, thoraciques, médiastinales

Aggravation de lasthme

Dyspnée, orthopnée, épistaxis

Affections gastro-intestinales

Nausées

Epigastralgies, sécheresse de la bouche

Douleurs abdominales, constipation, diarrhées, vomissements, distension abdominale, flatulence, gastralgie

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Hyperhidrose

Hypotrichose, alopécie

Acné, prurit, rash, bulles, dème de Quincke, urticaire, purpura

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Douleurs osseuses

Myalgies ; arthralgies

Douleurs dorsales, douleurs musculo-squelettiques, douleurs aux extrémités, spasmes musculaires, faiblesse musculaire, raideurs articulaires, gonflement des articulations, raideurs musculo-squelettiques, arthrose

Affections du rein et des voies urinaires

Dysurie

Affections des organes de la reproduction et du sein

Dysfonction érectile

Gynécomastie

Atrophie testiculaire

Douleur mammaire, douleur testiculaire, trouble de léjaculation

Troubles généraux et anomalies au site dadministration

Fatigue, réaction et/ou douleur au site dinjection, irritabilité

Asthénie, érythème au site dinjection, inflammation au site dinjection, dème, douleurs, frissons, douleurs thoraciques, syndrome pseudo-grippal, fièvre, malaise

Investigations

Augmentation des taux des ASAT (aspartate aminotransférase), ALAT (alanine aminotransférase), LDH, gGT, variations du poids corporel

Augmentation de créatininémie, de la pression artérielle, de lurémie, des phosphatases alcalines sériques, de la température corporelle.

Allongement de lintervalle QT (voir rubriques 4.4 et 4.5)

La triptoréline provoque une augmentation transitoire du taux de testostérone circulante dans la première semaine suivant linjection initiale du médicament à action prolongée. Du fait de cette élévation initiale des taux de testostérone circulante, un faible pourcentage de patients (≤ 5%) peut ressentir une aggravation temporaire des signes et des symptômes de leur cancer de la prostate (flambée de la tumeur). Les manifestations se traduisent généralement par une augmentation des symptômes urinaires (<2%) et de la douleur métastatique (5%), qui peuvent être gérées de façon symptomatique. Ces symptômes sont transitoires et disparaissent généralement en une à deux semaines.

Des cas isolés d'exacerbation des symptômes de la maladie, soit obstruction urétrale soit compression médullaire par des métastases ont été observés. Par conséquent, les patients ayant des lésions vertébrales métastatiques et/ou ayant une obstruction des voies urinaires supérieures ou inférieures doivent être attentivement surveillés pendant les premières semaines de traitement (voir Mises en garde spéciales et précautions d'emploi).

L'administration d'agonistes de la GnRH, pour traiter le cancer de la prostate peut être associée à une augmentation de la perte de la densité osseuse qui peut conduire à l'ostéoporose et augmenter le risque de fracture osseuse.

Tolérance générale chez les femmes(voir « Mises en garde spéciales et précautions d'emploi »)

Suite à la baisse des taux d'estrogène, les événements indésirables les plus fréquemment rapportés (attendus chez 10% des femmes ou plus) ont été : céphalées, baisse de la libido, troubles du sommeil, changements dhumeur, dyspareunie, dysménorrhée, hémorragies génitales, syndrome d'hyperstimulation ovarienne, hypertrophie ovarienne, douleur pelvienne, douleurs abdominales, sécheresse vaginale, hyperhidrose, bouffées de chaleur et asthénie.

Les effets indésirables suivants, susceptibles dêtre liés au traitement par la triptoréline, ont été rapportés. La plupart d'entre eux sont connus pour être liés à la castration biochimique ou chirurgicale.

MedDRA

Système classe organe

Très fréquent (1/10)

Fréquent (1/100, < 1/10)

Peu fréquent (1/1 000, < 1/100)

Indéterminé

Femmes

Affections du système immunitaire

Hypersensibilité

Réaction anaphylactique

Affections psychiatriques

Baisse de la libido, changements dhumeur, troubles du sommeil

Humeur dépressive, dépression

Etat confusionnel, anxiété

Affections du système nerveux

Céphalées

Paresthésies

Etourdissements

Affections oculaires

Troubles visuels

Vision trouble

Affections de loreille et du labyrinthe

Vertiges

Affections vasculaires

Bouffées de chaleur

Affections respiratoires, thoraciques, médiastinales

Dyspnée

Affections gastro-intestinales

Douleurs abdominales

Nausées

Gêne abdominale, diarrhées, vomissements

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Hyperhidrose

Prurit, rash, dème de Quincke, urticaire

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Douleurs osseuses

Myalgie, arthralgie

Dorsalgies

Troubles osseux (*), spasmes musculaires, faiblesse musculaire

Affections des organes de la reproduction et du sein

Hémorragies vaginales, sécheresse vaginale, dyspareunie, dysménorrhée, syndrome dhyperstimulation ovarienne, hypertrophie ovarienne, douleurs pelviennes

Douleur mammaire, ménorragie, métrorragie, aménorrhée

Troubles généraux et anomalies au site dadministration

Asthénie

Fatigue, réaction et/ou douleur au site dinjection, irritabilité

Erythème au site dinjection, inflammation au site dinjection, fièvre, malaise

Investigations

Augmentation des taux des ASAT (aspartate aminotransférase), ALAT (alanine aminotransférase), LDH, gGT, de la cholestérolémie

Augmentation de la pression artérielle, variations du poids corporel

(*) Une légère perte osseuse trabéculaire peut survenir. Elle est généralement réversible dans les 6 à 9 mois après larrêt du traitement (voir rubrique 4.4).

Au début du traitement, les symptômes dendométriose : douleurs pelviennes, dysménorrhée, sont susceptibles dêtre exacerbés très fréquemment (≥ 10%) pendant laugmentation initiale et transitoire des taux plasmatiques destradiol. Ces symptômes sont transitoires et disparaissent généralement en une à deux semaines.

Une hémorragie génitale incluant la ménorragie, la métrorragie est susceptible de survenir le mois suivant la première injection. Une hypertrophie ovarienne ainsi que des douleurs pelviennes et/ou abdominales peuvent être observées.

Tolérance générale chez les enfants (voir « Mises en garde spéciales et précautions d'emploi »)

MedDRA

Système classe organe

Très fréquent (> /1/10)

Fréquent (> /1/100, < 1/10)

Peu fréquent (> /1/1000, < 1/100)

Indéterminé

Enfants

Affections du système immunitaire

Réaction anaphylactique

Réaction dhypersensibilité

Affections psychiatriques

Changements dhumeur, dépression

Instabilité affective, nervosité

Affections du système nerveux

Céphalées

Affections oculaires

Vision trouble, trouble de la vision

Affections vasculaires

Bouffées de chaleur

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Epistaxis

Affections gastro-intestinales

Nausées, vomissements

Gêne abdominale, douleurs abdominales

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Rash, dème de Quincke, urticaire, alopécie, érythème

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Épiphysiolyse *, myalgie

Affections des organes de la reproduction et du sein

Hémorragie vaginale, pertes vaginales

Hémorragie génitale

Troubles généraux et anomalies au site dadministration

Erythème au site d'injection, inflammation au site d'injection, malaise, douleur, douleur au site d'injection

Investigations

Augmentation de la pression artérielle, prise de poids

(*) Quelques cas dépiphysiolyse de la tête fémorale supérieure ont été décrits au cours dun traitement par triptoréline.

Des cas de développement dadénomes hypophysaires pré-existants ont été rapportés pendant un traitement avec des agonistes de la GnRH. Néanmoins, aucun cas na été observé avec la triptoréline.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.signalement-sante.gouv.fr

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Peu d'informations sur des cas de surdosage à la triptoréline sont disponibles, pour pouvoir en tirer des conclusions sur les effets indésirables possibles. Compte-tenu de la forme galénique et du conditionnement, un surdosage est improbable.

Dans le cas dun surdosage, un traitement symptomatique est préconisé.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : Analogue de la gonadoréline, Analogue de lhormone entraînant la libération de gonadotrophines, code ATC : L02AE04

La triptoréline est un décapeptide de synthèse, analogue de la gonadoréline, lhormone naturelle de libération des gonadotrophines (GnRH). La GnRH est un décapeptide qui est synthétisé par lhypothalamus et qui régule la synthèse et la libération de la LH (hormone lutéinisante) et de la FSH (hormone de stimulation folliculaire) par lhypophyse. Sous leffet de la triptoréline, lhypophyse secrète plus fortement de la LH et de la FSH quelle ne le ferait après une dose comparable de gonadoréline, et sa durée daction est plus longue. Lélévation des taux de LH et de FSH induit initialement une augmentation des concentrations sériques en testostérone (flare-up) chez lhomme ou en estrogènes chez la femme.

La poursuite du traitement entraîne une diminution des taux de LH et de FSH conduisant à une diminution des taux sériques d'estradiol chez les femmes et de la testostérone chez les hommes, correspondants respectivement à ceux observés lors de la ménopause ou de la castration, c'est-à-dire à un état dhypogonadisme hypogonadotrophique. Chez les enfants en puberté précoce, les concentrations d'estradiol ou de testostérone descendent à un niveau pré-pubertaire. Les concentrations plasmatiques en DHEAS (sulfate de dihydroépiandrostènedione) ne sont pas modifiées.

Au plan thérapeutique, cela conduit à un ralentissement de la croissance des tumeurs prostatiques sensibles à la testostérone chez lhomme et à une réduction des foyers dendométriose et des fibromes utérins estrogénodépendants chez la femme. En ce qui concerne les fibromes utérins, le bénéfice maximum du traitement est observé chez les femmes anémiques (hémoglobine ≤ 8 g/dl). Chez les enfants atteints de PPC, le traitement par triptoréline entraîne une inhibition des sécrétions des gonadotrophines, destradiol et de testostérone, qui sont réduites à des taux prépubertaires. Cela se traduit par larrêt, voire la régression, des signes pubertaires et par une augmentation de la taille prédictive à lâge adulte chez les enfants en PPC.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

Après administration intramusculaire de GONAPEPTYL, les concentrations plasmatiques en triptoréline sont fonction de la (lente) dégradation du polymère poly-(d, l lactide coglycolide). La forme galénique de GONAPEPTYL permet une libération lente de la triptoréline à partir de ce polymère.

Après injection intramusculaire ou sous-cutanée dune forme dépôt de la triptoréline (micro capsules à libération prolongée), une rapide augmentation de la concentration plasmatique en triptoréline est observée, la valeur maximale est atteinte au cours des premières heures. La concentration en triptoréline diminue ensuite fortement dans les 24 heures. Au quatrième jour, la valeur atteint un second pic pour redescendre ensuite après 44 jours au-dessous de la limite de détection selon une cinétique bi-exponentielle. Après injection sous-cutanée, laugmentation de la triptoréline est plus progressive et les concentrations atteintes sont légèrement plus faibles quaprès injection intramusculaire. Après injection sous-cutanée, la diminution de la concentration en triptoréline est plus lente, des valeurs en dessous de la limite de détection nétant atteintes quaprès 65 jours.

Au cours dun traitement de plus de 6 mois à raison dune administration tous les 28 jours, aucun signe daccumulation de la triptoréline na été observé pour aucune de ces deux voies dadministration. Les concentrations plasmatiques en triptoréline ont diminué jusquà environ 100 pg/ml avant linjection suivante après injection intramusculaire ou sous-cutanée (valeurs médianes). Il est possible de supposer que la proportion de triptoréline non disponible au niveau systémique est métabolisée au site dinjection, par exemple par les macrophages.

Au niveau de lhypophyse, la triptoréline disponible au niveau systémique est inactivée par clivage N-terminal par la pyroglutamyl-peptidase et par une endopeptidase neutre. Au niveau du foie et des reins, la triptoréline est dégradée en peptides biologiquement inactifs et en acides aminés.

Quarante minutes après la fin dune perfusion (de plus dune heure) de 100 µg de triptoréline, 3 à 14 % de la dose administrée sont déjà éliminés par le rein.

Chez les patients présentant des altérations de la fonction rénale, un ajustement et une individualisation du traitement ne semblent pas nécessaires avec la formulation dépôt de la triptoréline, du fait de la faible importance de la voie délimination rénale et de la marge thérapeutique importante de la triptoréline.

Hommes :

La biodisponibilité systémique du principe actif, la triptoréline, à partir du dépôt intramusculaire est de 38,3 % au cours des treize premiers jours. La libération ultérieure est linéaire à raison de 0,92 % de la dose par jour en moyenne. La biodisponibilité après injection sous-cutanée est de 69 % par rapport à la voie intramusculaire.

Femmes :

Lors dun test de 27 jours, 35,7 % de la dose injectée sont retrouvés, dont 25,5 % sont libérés au cours des treize premiers jours, la libération ultérieure étant linéaire à raison de 0,73 % de la dose par jour en moyenne.

Généralités :

Le calcul de paramètres cinétiques dépendants du modèle (t1/2, Kel, etc.) nest pas applicable dans le cas des présentations associées à une libération prolongée du principe actif.

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Chez des rats traités pendant une période prolongée par la triptoréline, une augmentation de la fréquence des tumeurs hypophysaires a été observée. Ce n'est pas le cas chez la souris. Linfluence de la triptoréline sur les anomalies hypophysaires chez l'être humain est inconnue. Cette observation chez le rat est jugée non pertinente pour lespèce humaine. On sait par ailleurs que dautres analogues de la GnRH peuvent provoquer des tumeurs hypophysaires chez les rongeurs. Il est prouvé que la triptoréline est toxique pour lembryon/le ftus et retarde le développement embryonnaire/ftal et la parturition chez le rat. Les données précliniques ne révèlent aucun risque particulier pour lhomme, daprès les études de toxicité par administration réitérée et de génotoxicité. Des injections IM ou SC uniques de GONAPEPTYL ou de son solvant ont provoqué des réactions retardées à corps étranger au site dinjection. En lespace de 8 semaines, ces réactions tardives avaient presque disparu dans le cas des injections IM, mais navaient que faiblement régressé dans le cas des injections SC.

Les données sur la tolérance locale de GONAPEPTYL après injection IV sont limitées.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Une seringue pré-remplie de poudre contient :

Poly-(d,l lactide coglycolide), dicaprylocaprate de propylèneglycol.

Une seringue pré-remplie de 1 ml de solvant contient :

Dextran 70, polysorbate 80, chlorure de sodium, phosphate monosodique dihydraté, hydroxyde de sodium, eau pour préparations injectables

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

En labsence détudes de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec dautres médicaments.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

Avant reconstitution : 3 ans.

Après reconstitution : la suspension reconstituée peut être conservée pendant maximum 3 minutes.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

A conserver à une température entre + 2°C et + 8°C (au réfrigérateur).

Conserver les seringues pré-remplies dans lemballage extérieur.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur   Retour en haut de la page

Poudre en seringue pré-remplie + solvant en seringue pré-remplie ; boîte de 1 ou 3 seringues pré-remplies (verre borosilicaté de type I, incolore) équipées dun connecteur (polypropylène), un bouchon noir en chlorobutyl (bouchon piston de type II) recouvert dun plastique rigide et une aiguille pour injection.

6.6. Précautions particulières délimination et de manipulation  Retour en haut de la page

GONAPEPTYL est à usage unique strict. Toute suspension inutilisée doit être jetée.

1. Préparation

Instructions destinées au médecin pour la préparation de la suspension injectable.

Comme la réussite du traitement dépend de la préparation correcte de la suspension injectable, il convient de respecter rigoureusement les instructions suivantes.

·Sortir la boîte de GONAPEPTYL du réfrigérateur.

·Retirer le capuchon de la seringue jetable contenant la poudre. Tenir verticalement la seringue pour éviter de répandre la poudre.

·Ouvrir lemballage contenant le connecteur, sans retirer celui-ci.

·Visser la seringue contenant la poudre (microcapsules à libération prolongée) sur le connecteur encore dans son emballage, puis retirer lemballage.

·Visser fortement la seringue contenant le diluant pour suspension injectable sur lextrémité libre du connecteur et vérifier que lensemble est parfaitement fixé.

Connecteur

Seringue contenant la poudre

(microcapsules à libération

prolongée)

Seringue contenant 1 ml de solvant

2. Reconstitution de la suspension injectable

Injecter le liquide dans la seringue contenant la poudre, puis pratiquer des allers-retours dans la première seringue les deux ou trois premières fois sans pousser complètement le piston de la seringue. Répéter cette manuvre une dizaine de fois ou jusquà ce que la suspension ait un aspect homogène et laiteux. Pendant la préparation de la suspension injectable, il est possible qu'une certaine quantité de mousse se forme. Il est important de dissoudre cette mousse ou de l'éliminer de la seringue avant injection.

3. Injection

·Retirer le connecteur en même temps que la seringue vide.

·Monter laiguille dinjection sur la seringue contenant la suspension injectable prête à lemploi.

Injecter immédiatement, par voie sous-cutanée ou intramusculaire profonde.

7. TITULAIRE DE LAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

FERRING S.A.S.

7, RUE JEAN-BAPTISTE CLEMENT

94250 GENTILLY

8. NUMERO(S) DAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

·34009 358 446 7 5 : poudre en seringue pré -remplie (verre) + 1 ml de solvant en seringue pré-remplie (verre) ; boîte de 1.

·34009 358 447 3 6 : poudre en seringue pré -remplie (verre) + 1 ml de solvant en seringue pré-remplie (verre) ; boîte de 3.

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE LAUTORISATION  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

Liste I

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

source: ANSM - Mis à jour le : 12/12/2018

Dénomination du médicament

GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable

à libération prolongée en seringues pré-remplies

Triptoréline

Encadré

Veuillez lire attentivement cette notice avant dutiliser ce médicament car elle contient des informations importantes pour vous.

·Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

·Si vous avez dautres questions, interrogez votre médecin, ou votre pharmacien ou votre infirmier/ère.

·Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez pas à dautres personnes. Il pourrait leur être nocif, même si les signes de leur maladie sont identiques aux vôtres.

·Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin, ou votre pharmacien ou votre infirmier/ère. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Voir rubrique 4.

Que contient cette notice ?

1. Qu'est-ce que GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies et dans quels cas est-il utilisé ?

2. Quelles sont les informations à connaître avant d'utiliser GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies ?

3. Comment utiliser GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies ?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels ?

5. Comment conserver GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies ?

6. Contenu de lemballage et autres informations.

1. QUEST-CE QUE GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : Analogue de la gonadoréline, Analogue de lhormone entraînant la libération de gonadotrophines - code ATC : L02AE04

GONAPEPTYL 3,75 mg contient de la triptoréline (sous forme dacétate de triptoréline). La triptoréline appartient à un groupe de médicaments appelés « Analogues de la GnRH ». Une de ses actions est de réduire la production dhormones sexuelles dans lorganisme.

Il est indiqué :

Chez lhomme :

·dans le traitement des tumeurs de la prostate hormono-dépendantes localement avancées ou avec métastases.

Chez la femme :

Dans le but de supprimer les concentrations dhormones ovariennes afin de :

·réduire la taille des fibromes utérins, qui sont des tumeurs non cancéreuses se développant sur le myomètre (couche musculaire lisse) de lutérus.

·traiter lendométriose (formation de tissu utérin en-dehors de lutérus). Chez lenfant :

·dans le traitement de la puberté précoce centrale (puberté qui survient prématurément mais normalement en termes de modifications physiques et hormonales de la puberté).

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DUTILISER GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies ?  Retour en haut de la page

Nutilisez jamais GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies :

·Si vous êtes allergique à la triptoréline ou à lun des composants de GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies.

·Si vous êtes allergique à lhormone entraînant la libération de gonadotrophines (GnRH) ou à tout autre analogue de la GnRH.

Chez la femme :

·Si vous êtes enceinte ou si vous allaitez.

Avertissements et précautions

Faites attention avec GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies :

Chez lhomme et la femme :

·Des cas de dépression, pouvant être sévère, ont été rapportés chez des patients utilisant GONAPEPTYL.

Si vous utilisez GONAPEPTYL et si vous ressentez une humeur dépressive, parlez-en à votre médecin.

·GONAPEPTYL 3,75 mg peut entraîner des changements dhumeur.

·Le traitement par GONAPEPTYL 3,75 mg peut provoquer dans de rares cas des hémorragies du cerveau (apoplexie hypophysaire). Contactez immédiatement votre médecin si vous ressentez des maux de tête soudains, si vous vomissez ou si vous avez des troubles de la vision.

·Le traitement par GONAPEPTYL 3,75 mg peut entraîner un amincissement des os, ce qui augmente le risque de lésions osseuses.

·Si vous présentez un risque supplémentaire damincissement des os (ostéoporose), vous devez en parler à votre médecin avant de prendre GONAPEPTYL 3,75 mg. Les facteurs de risque incluent :

oSi vous ou votre famille proche souffrez dostéoporose (amincissement des os),

oSi vous buvez de lalcool de manière excessive, si vous suivez un régime diététique et/ou si vous fumez beaucoup,

oSi vous êtes aussi traités avec certains médicaments qui peuvent affecter la solidité des os.

Chez lhomme :

Informez votre médecin :

·Si vous souffrez de douleurs osseuses ou avez des difficultés à uriner,

·Si vous souffrez de tumeurs secondaires de la moelle épinière ou des voies urinaires,

·Si vous êtes castré,

·Si vous êtes diabétique,

·Si vous avez un risque élevé de maladie cardiaque, comme par exemple une hypertension artérielle diagnostiquée ou des problèmes de rythme cardiaque (arythmie).

Vous devez informer votre médecin si vous souffrez de troubles cardiaques ou circulatoires, y compris de troubles du rythme cardiaque (arythmie), ou si vous êtes traité par des médicaments pour soigner ces maladies. Les problèmes de rythme cardiaque peuvent être aggravés en utilisant GONAPEPTYL.

Pendant le traitement :

Au début du traitement par GONAPEPTYL 3,75 mg, vous pouvez ressentir une aggravation des symptômes de votre maladie.

Contactez votre médecin si lun des symptômes de votre maladie saggrave.

Chez la femme :

Informez votre médecin :

·Si des saignements surviennent en cours de cycle durant le traitement (à lexception du premier mois).

Durant le traitement

·Des méthodes contraceptives non hormonales (préservatifs ou diaphragme) devront être utilisées durant le premier mois après la première injection. Il en sera de même durant les 4 semaines après la dernière injection jusquà la reprise des règles (menstruations).

·Vos règles sarrêteront pendant le traitement. Une fois le traitement terminé, vos règles (menstruations) reprendront 7 à 12 semaines après la dernière injection.

·Si vos règles (menstruations) persistent pendant le traitement, veuillez consulter votre médecin.

Chez lenfant :

·Le traitement doit être mis en place chez la fille de moins de 9 ans et chez le garçon de moins de 10 ans uniquement.

Pendant le traitement :

Durant le premier mois de traitement, des saignements vaginaux minimes à modérés peuvent survenir.

Une fois le traitement terminé, le développement des caractéristiques de la puberté va apparaître. Chez la plupart des filles, les règles vont commencer en moyenne dans lannée qui suit la fin du traitement et elles sont le plus souvent régulières.

Concernant les effets indésirables, voir section 4.

Adressez-vous à votre médecin, pharmacie ou votre infirmier/ère avant dutiliser GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies.

Enfants

Sans objet.

Autres médicaments et GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies

Informez votre médecin ou pharmacien si vous prenez, avez récemment pris ou pourriez prendre tout autre médicament.

GONAPEPTYL peut interagir avec certains médicaments utilisés pour traiter les problèmes de rythme cardiaque (par exemple quinidine, procaïnamide, amiodarone et sotalol) ou peut augmenter le risque de troubles du rythme cardiaque quand il est utilisé avec dautres médicaments (par exemple la méthadone (utilisée pour soulager la douleur et en traitement de substitution des pharmacodépendances), la moxifloxacine (un antibiotique), des antipsychotiques utilisés pour des troubles mentaux graves).

GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies avec des aliments et boissons

Sans objet.

Grossesse et allaitement

GONAPEPTYL 3,75 mg nest pas indiqué pendant la grossesse et lallaitement (reportez-vous aussi au paragraphe 2).

Si vous pensez être enceinte, votre médecin doit écarter toute grossesse avant que vous ne puissiez commencer le traitement avec GONAPEPTYL 3,75 mg.

Les femmes en âge de procréer doivent suivre une contraception efficace non hormonale, comme le préservatif ou le diaphragme, pendant le traitement avec GONAPEPTYL 3,75 mg, jusquau retour des règles.

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Aucun effet affectant laptitude à conduire ou à utiliser des machines nest connu.

Cependant, on ne peut pas écarter le fait que laptitude à conduire ou à utiliser des machines peut être affectée pendant le traitement à cause de certains des effets indésirables (vertiges, troubles du sommeil/insomnie, et troubles de la vision). Prenez des précautions supplémentaires si vous ressentez ces effets secondaires.

GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies contient

Sans objet.

3. COMMENT UTILISER GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies ?  Retour en haut de la page

La poudre et le solvant sont habituellement mélangés et injectés par un professionnel de santé.

En fonction des indications pour lesquelles vous êtes traité, la dose appropriée sera administrée par injection intramusculaire (dans le muscle) ou par injection sous-cutanée (juste sous la peau).

Chez lhomme :

·Une injection de GONAPEPTYL 3,75 mg toutes les quatre semaines, en traitement au long cours est habituellement prescrite.

Chez la femme :

·Une injection de GONAPEPTYL 3,75 mg toutes les quatre semaines sur une durée maximale de 6 mois est habituellement prescrite.

·Le traitement doit être initié pendant les cinq premiers jours du cycle.

Chez lenfant :

·Au début du traitement, une injection devra être effectuée aux jours J.0, J.14 et J.28.

·La dose est à ajuster en fonction du poids corporel. La dose à injecter est : de 1,875 mg (une demi-dose) pour les enfants de moins de 20 kg, de 2,5 mg (2/3 de la dose) pour les enfants de 20 à 30 kg, et de 3,75 mg pour les enfants dépassant 30 kg.

·Par la suite, les injections sont faites toutes les 3 à 4 semaines, en fonction du résultat.

La durée du traitement est déterminée par votre médecin.

Si vous avez utilisé plus de GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies que vous nauriez dû

Il est peu probable que vous receviez plus de GONAPEPTYL que vous nauriez dû.

Si vous avez utilisé plus de GONAPEPTYL que vous nauriez dû, consultez immédiatement votre médecin ou votre pharmacien.

Si vous oubliez dutiliser GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies

Ne prenez pas de dose double pour compenser la dose que vous avez oublié de prendre.

Si vous arrêtez dutiliser GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies

Le traitement par GONAPEPTYL doit être arrêté sur recommandation de votre médecin.

Si vous avez dautres questions sur lutilisation de ce médicament, demandez à votre médecin ou pharmacien.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?  Retour en haut de la page

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Général (tous les patients)

Si vous ressentez un gonflement au niveau du visage, des lèvres, de la bouche ou de la gorge, entraînant éventuellement des difficultés à avaler ou à respirer, informez votre médecin immédiatement ou allez consulter le service durgence le plus proche.

Des cas de développement de tumeur hypophysaire préexistante ont été rapportés durant un traitement par agoniste de la GnRH. Toutefois, cela na pas été observé avec le traitement par triptoréline.

Chez lhomme

Les symptômes pour lesquels vous êtes en cours de traitement tels que : obstruction urinaire, douleurs musculo-squelettiques, compression médullaire, gêne musculaire, dème des jambes, faiblesse et picotements dans les pieds et les mains peuvent saggraver dans un premier temps en raison de lélévation des concentrations de testostérone au début du traitement.

Effets indésirables très fréquents, chez plus dun patient traité sur 10 : la plupart des effets indésirables de GONAPEPTYL 3,75 mg, chez lhomme, sont la conséquence de la baisse des taux de testostérone. Impuissance, baisse des libidos, bouffées de chaleur, douleurs osseuses ainsi que difficulté et douleur à uriner peuvent être observés.

Effets indésirables fréquents, chez 1 à 10 des patients traités sur 100 : réaction allergique, humeur dépressive, changements dhumeur, dépression, trouble du sommeil, nausées, douleurs musculaires et aux articulations, fatigue, réaction et/ou douleur au site dinjection, irritabilité, transpiration excessive, maux de tête, développement mammaire chez les hommes.

Effets indésirables peu fréquents, chez 1 à 10 des patients traités sur 1000 : élévation des valeurs de certaines enzymes hépatiques, réaction anaphylactique, atrophie testiculaire, augmentation de la pression artérielle, perte dappétit, sécheresse de la bouche, douleurs dans la partie haute de labdomen, aggravation de lasthme, variations de poids, embolie, chute de cheveux et ralentissement de la poussée des cheveux.

Les effets indésirables dont la fréquence est indéterminée sur la base des données disponibles :

·rhume

·diabète sucré

·goutte

·ballonnement abdominal

·vertige

·constipation

·diarrhées

·essoufflement

·rougeurs au site dinjection

·symptômes pseudo-grippaux

·somnolence

·vision trouble

·sensation de fourmillements, picotements ou engourdissement

·trouble de la mémoire

·trouble du goût

·trouble de la vision

·sensation anormale dans lil

·acouphènes

·augmentation de lappétit

·gêne générale

·anxiété

·perte de la libido

·étourdissements

·insomnie

·douleurs thoraciques

·état confusionnel

·frissons

·diminution dactivité

·douleurs mammaires

·fièvre

·douleurs testiculaires

·faiblesse

·gonflement des articulations

·trouble de léjaculation

·raideurs musculo-squelettiques

·arthrose

·douleurs dorsales

·essoufflement en position allongée

·coloration pourpre de la peau

·raideurs dans les articulations

·douleurs musculo-squelettiques

·douleurs dans les extrémités

·flatulence

·faiblesse musculaire

·cloques

·urticaire

·angidème (dème de Quincke, gonflement au niveau du visage)

·spasmes musculaires

·vomissement

·démangeaisons

·douleurs abdominales

·acné

·pression artérielle basse

·rash

·euphorie

·saignements de nez

·augmentation de la température corporelle

·difficulté à se tenir debout

·dème

·élévation des valeurs de certaines enzymes hépatiques et rénales

·augmentation de la pression artérielle

·inflammation au site dinjection

·douleurs

·modification de lECG (allongement de lintervalle QT)

Chez la femme

Effets indésirables très fréquents, chez plus dun patient traité sur 10 : baisse de la libido, changements dhumeur, troubles du sommeil, bouffées de chaleur, douleurs abdominales, douleurs osseuses, transpiration excessive, saignements vaginaux/spotting, sécheresse vulvo-vaginale, douleurs lors des rapports sexuels, douleurs au moment des règles, augmentation de la taille des ovaires, douleurs pelviennes, faiblesse et céphalées.

Effets indésirables fréquents, chez 1 à 10 des patients traités sur 100 : réaction allergique, humeur dépressive, dépression, nausées, douleurs musculaires et aux articulations, fatigue, réaction et/ou douleur au site dinjection, irritabilité.

Effets indésirables peu fréquents, chez 1 à 10 des patients traités sur 1000 : réaction anaphylactique, trouble visuel, sensation de fourmillements, picotements ou engourdissement, douleurs dorsales, augmentation de la cholestérolémie et élévation des valeurs de certaines enzymes hépatiques.

Les effets indésirables dont la fréquence est indéterminée sur la base des données disponibles :

·gêne abdominale

·fièvre

·règles abondantes prolongées et/ou irrégulières

·étourdissement

·angidème (dème de Quincke, gonflement au niveau du visage)

·augmentation de la pression artérielle

·arrêt des règles

·douleurs mammaires

·perte de densité osseuse conduisant à une augmentation de la faiblesse osseuse

·rougeurs au site dinjection

·démangeaisons

·rash

·anxiété

·gêne générale

·diarrhée

·vomissements

·vertiges

·faiblesse musculaire

·vertiges

·urticaire

·vision trouble

·essoufflement

·état confusionnel

·spasmes musculaires

·variations de poids

·inflammation au site dinjection

Chez lenfant

Effets indésirables fréquents, chez 1 à 10 des patients traités sur 100 : changements dhumeur, dépression.

Effets indésirables peu fréquents, chez 1 à 10 des patients traités sur 1000 : chez les filles, des saignements vaginaux ou des pertes vaginales peuvent survenir. Des nausées, des vomissements et des réactions anaphylactiques ont été observés. Les effets indésirables dont la fréquence est indéterminée sur la base des données disponibles :

·réactions allergiques

·douleur

·nervosité

·céphalées

·douleur abdominale

·vision trouble

·trouble visuel

·gêne abdominale

·saignement de nez

·hémorragie génitale

·bouffées de chaleur

·hausse de la pression artérielle

·rash

·prise de poids

·urticaire

·douleurs, inflammation, rougeurs au site dinjection

·perte de cheveux

·gêne générale

·relâchement ou séparation de la zone de croissance des os tubulaires

·douleurs musculaires

·angidème (dème de Quincke, gonflement au niveau du visage)

·instabilité émotionnelle

·rougeurs

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin, votre pharmacien ou à votre infirmier/ère. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.signalement-sante.gouv.fr

En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage dinformations sur la sécurité du médicament.

5. COMMENT CONSERVER GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies ?  Retour en haut de la page

Tenir ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants.

Nutilisez pas ce médicament après la date de péremption indiquée sur lemballage.

Après reconstitution, la suspension doit être utilisée immédiatement.

A conserver à une température comprise entre + 2°C et + 8°C (au réfrigérateur).

Conserver les seringues pré-remplies dans lemballage extérieur, à labri de la lumière.

Ne jetez aucun médicament au tout-à-légout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien déliminer les médicaments que vous nutilisez plus. Ces mesures contribueront à protéger lenvironnement.

6. CONTENU DE LEMBALLAGE ET AUTRES INFORMATIONS  Retour en haut de la page

Ce que contient GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies  Retour en haut de la page

·La substance active est :

Triptoréline........... 3,75 mg

sous forme dacétate de triptoréline

pour une seringue pré-remplie.

·Les autres composants sont :

Poudre : poly-(d, l lactide coglycolide), dicaprylocaprate de propylèneglycol.

Solvant : dextran 70, polysorbate 80, chlorure de sodium, phosphate monosodique dihydraté, hydroxyde de sodium, eau pour préparations injectables.

Ce médicament contient moins de 1 mmol de sodium (3,69 mg/ml ou 0,160 mmol/ml) par dose, c'est-à-dire quil est essentiellement « sans sodium ».

Quest-ce que GONAPEPTYL 3,75 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies et contenu de lemballage extérieur  Retour en haut de la page

Gonapeptyl se présente sous forme de poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringues pré-remplies. Lemballage contient : une seringue pré-remplie contenant la poudre ; une seringue pré-remplie avec 1 ml de solvant, fermée par un capuchon en caoutchouc synthétique ; un connecteur et une aiguille pour injection de taille adaptée ; boîte de 1 ou 3.

Titulaire de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

FERRING S.A.S.

7, RUE JEAN-BAPTISTE CLEMENT

94250 GENTILLY

Exploitant de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

FERRING S.A.S.

7, RUE JEAN-BAPTISTE CLEMENT

94250 GENTILLY

Fabricant  Retour en haut de la page

FERRING GmbH

WITTLAND 11

24109 KIEL

ALLEMAGNE

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen  Retour en haut de la page

Ce médicament est autorisé dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen sous les noms suivants : Conformément à la réglementation en vigueur.

[À compléter ultérieurement par le titulaire]

La dernière date à laquelle cette notice a été révisée est :  Retour en haut de la page

{mois AAAA}.

Autres  Retour en haut de la page

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de lANSM (France).

Instruction pour le bon usage

Comme la réussite du traitement dépend de la préparation correcte de la suspension injectable, il convient de respecter rigoureusement les instructions suivantes.

Gonapeptylest à usage unique strict. Toute solution inutilisée doit être jetée.

1. Préparation

·Sortir la boîte de Gonapeptyl3,75 mgdu réfrigérateur.

·Retirer le capuchon de la seringue jetable contenant la poudre. Tenir verticalement la seringue pour éviter de répandre la poudre.

·Ouvrir lemballage contenant le connecteur, sans retirer celui-ci.

·Visser la seringue contenant la poudre (microcapsules à libération prolongée) sur le connecteur encore dans son emballage, puis retirer lemballage.

·Visser fortement la seringue contenant le solvant pour suspension injectable sur lextrémité libre du connecteur et vérifier que lensemble est parfaitement fixé.

Connecteur

Seringue contenant la poudre (microcapsules à libération prolongée)

Seringue contenant 1 ml de solvant

2. Reconstitution de la suspension injectable

·Injecter le liquide (solvant) dans la seringue contenant la poudre,

·puis pratiquer des allers-retours dans la première seringue - les deux ou trois premières fois sans pousser complètement le piston de la seringue. Répéter cette manuvre une dizaine de fois ou jusquà ce que la suspension ait un aspect homogène et laiteux. Pendant la préparation de la suspension injectable, il est possible qu'une certaine quantité de mousse se forme. Il est important de dissoudre cette mousse ou de l'éliminer de la seringue avant injection.

3. Injection

·Retirer le connecteur en même temps que la seringue vide.

·Monter laiguille dinjection sur la seringue contenant la suspension injectable prête à lemploi.

·Injecter immédiatement, par voie sous-cutanée ou intramusculaire profonde.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page