Contraste froid et chaud : protégeons nos veines !
Publié le 03 Février 2016 par Hélène Joubert, journaliste scientifique

Trop près du feu, gare à la dermite des chaufferettes

PUB

Attention, en rentrant d’un jogging hivernal ou d’une longue promenade dans le froid, à ne pas s’approcher trop près et trop longtemps d’une source de chaleur : votre système veineux, au niveau des jambes, de l’abdomen, pourrait apparaître tel un tatouage et y rester pendant de longs mois voire des années. Cette « décoration » très peu esthétique est une forme rare de maladie de peau ("dermite a calore") souvent appelée « dermite des chaufferettes ». Elle associe un érythème (rougeur qui disparaît à la pression) et une pigmentation du réseau veineux, dû à la vasodilatation et à la stagnation interne de veines capillaires et de minuscules vénules, induite par une exposition chronique à une source calorique (cheminée, brasero, chaufferette, bouillottes, cataplasme électrique). Même l’utilisation régulière pendant des heures de l’ordinateur portable sur les cuisses ("dermite du travailleur nomade") peut provoquer un tel résultat ; la température de sortie du ventilateur de l’ordinateur dépasse souvent 50°C (2). Elle peut aussi être provoquée par des bains chauds, des chauffages d’appoints, des packs chauffants et applications de « boues » à visée antalgique.

PUB

Témoignage de Catherine L, Nantes : « En mars 2015 j’ai terminé une marche à pied dans un froid glacial. En rentrant chez moi je me suis plantée, frigorifiée, devant le poêle pendant plus d’une demi-heure. Quelques heures, après le dessin de toutes mes veines est apparu sur mes jambes. C’était totalement indolore. Les médecins m’ont dit que du fait du contraste froid/chaud, les pigments colorés de mes globules rouges dans les veines juste sous la peau ont migré vers ma peau et s'y sont "tatouées". Ce ne sont donc pas mes veines qui sont collées sous ma peau, mais leur tatouage ! J’ai de la chance, six mois après cela commençait à s’estomper ».

Source : (1) Personnes à risque en cas d’épisode de grand froid (21/12/15) Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes http://social-sante.gouv.fr; (2)Charlotte Fite, Fabrice Bouscarat. La Presse Médicale Volume 38, n° 7-8 ; p 1164-1165
D’après un entretien avec le Dr Michèle Cazaubon, médecin vasculaire à l'hôpital Américain (Neuilly), secrétaire générale de la Société Française d’Angiologie 
La rédaction vous recommande sur Amazon :