LOLO2
Portrait de cgelitti
à l'heure ou j'écris je déprime grave. je ne sais plus ce que je dois faire, je suis perdue, je tourne en rond, je n'ai plus envie de rien, j'ai la gorge nouée, je pleure toute seule, j'en ai marre de cette put... de vie. je me bats depuis 8 ans mais sans succès. il boit depuis sa jeunesse, et je me disais que ce n'était rien puisque les copains buvaient aussi. ils se sont arrêtés mais pas lui. je ne me suis pas rendu compte tout de suite... puis nous avons eu des problmesour avoir des enfants. mes enfants c'est toute ma vie, sans eux je ne serais plus de ce monde ce sont mes perles de culture.il me pourri la vie et pourtant je reste qui me dire pourquoi. il a fait une crise d'épilepsie sur la voie publique. vous n'allez pas me croire mais j'étais contente, il allait enfin prendre conscience de la gravité de son état. il est resté 8 jours à l'hôpital comme un véritable lion en cage. il est entré dans un établissement pour se reposé pendant trois semaines. j'allais le voir presque tous les jours, j'étais bien, je pouvais souffler un peu et le dialogue recommencait à s'installer. son regard était lucide, ses pensées claires, pour moi c'était le paradis, je reprenais une nouvelle fois confiance; les quinze premiers jours de janvier ont été super, quinze jours ou je commençais à revivre, à sourire, lui aussi et patatra, une lettre du CHU est venu tout boulverser. sans aucune explication, il était convoqué pour passer des examens complémentaires (fibroscan, prise de sang, fibroscopie)/ et il s'est remis à boire et depuis c'est l'enfer, oh, il n'est pas violent, il est C..., il ne parle pas ou très peu, ne s'interresse à rien, il est dans son monde. j'ai "pété" les plomb la semaine dernière et il ne comprend pas (il ne comprend rien) moi je n'ai pas le droit de "pété les plomb" même si l'alcoologue lui a dit que c'était normal. j'ai décidé d'aller voir un psy pour évacuer tout ce stress que j'ai en moi, je suis épuisée, je suis au bout du roulot. j'ai besooin d'aide car je touche le fond et j'ai peur de partir, il y a encore les enfants, le bac pour l'ainé. merci de votre aide; je sais que je ne suis pas seule. encore merci
PUB
PUB