zaza
Portrait de cgelitti
Bjr, j'ai rencontré mon ami il y a presque un an. Au

départ nous passions des heures au téléphone, sur msn à

discuter, nous nous envoyions des e-mails et textos à

longueur de journée et nos retrouvailles étaient

agréables. Petit à petit mon ami est devenu moins

expressif. Même si nous étions bien je n'ai jamais eu

droit à des mots tendres, des compliments (sauf "puce",

et uniquement par texto).Au mois d'Août, ses parents, que

j'avais déjà rencontrés à plusieurs reprises, se sont

braqués contre ma fille (de 8 ans) qu'ils ont trouvée,

hypocrite, chouineuse et sans aucune qualité. A deux

reprises une dispute a éclatée et la deuxième a vu

jaillir des insultes grossières envers ma fille. Mon ami,

pris entre deux feux, m'a culpabilisée de cette situation

et a pris l'avis de ses parents envers ma fille que je

reconnais parfois pénible mais qui reste une enfant polie

et bien élevée. J'ai donc eu une discussion avec ma fille

tout d'abord pour lui expliquer pourquoi les parents de

mon ami l'avaient jugée ainsi, je lui ai demandé de faire

quelques efforts pour que les choses se passent mieux et

que l'on puisse apprécier ses qualités. j'ai ensuite

demandé à mon ami de faire également un pas vers la

petite mais ses efforts sont restés très mesurés. A

partir de là la situation à commencé à devenir lourde et

tendue. Entre temps, j'ai tout de même envoyé un message

aux parents de mon ami, en disant que si ils ressentaient

le besoin de prendre des nouvelles de leur fils (parfois

secret) par moi, je resterai ouverte et répondrai, malgré

notre différent, à leurs appels. Ensuite, le papa de mon

ami devant ce faire opérer, j'ai envoyé un courrier

succinct qui présentait mon soutien pour cette épreuve.

Sans bien sur en parler à mon ami, le but n'étant pas de

lui mettre de la poudre aux yeux mais simplement

d'arranger les choses. Entre temps, notre relation

devenait tjrs plus tendue et les moments de tendresse de

plus en plus rares. Paradoxalement, mon ami appelle

toujours en journée pour prendre des nouvelles et

s'inquiète au moindre silence de ma part. L'opération a

eu lieu, et là le drame, AVS, oedème pulmonaire, arrêt

cardiaque, le papa de mon ami était au plus mal. Après un

mois de coma, de soins intensifs, de réanimation,

d'hospitalisation en cardiologie, nous récupérons par

chance un homme fatigué mais en possession de toutes ses

facultés mentales et motrices. Pendant cette dure

épreuve, mon ami a semble-t'il trouvé du réconfort dans

mes paroles (nous étions éloignés de 650 kilomètres, ses

parents habitant Metz et nous Marseille)et laissait

couler ses émotions dans des flots de larmes que je suis

, selon les propres dires de sa mère, la seule a avoir

eu.

Je prends ce comportement comme une preuve d'amour car

mon ami est quelqu'un de très réservé en sentiments et je

pense que si il s'est tourné vers moi c'est qu'il s'y

sentait en paix pour lacher ses émotions. Dès que l'état

de son père a commencé à s'amélioré mon ami a repris son

comportement distant et froid. j'ai eu beaucoup de mal à

gérer cette situation et une vague de déprime m'a

submergée à plusieurs reprises. Je suis montée

dernièrement soutenir les parents de mon ami afin que

celui-ci ait la tranquillité d'esprit de savoir quelqu'un

auprès d'eux. Sa maman et moi avons eu l'opportunité de

discuter de ce qui s'était passé au mois d'Août et un

lien s'est créé entre nous. DE retour sur Marseille

depuis quelques jours, mon ami reste distant,il m'a même

demandé d'arrêté de "pleurnicher, que ça le saoulait de

me voir pleurer) je dois quémander les baisers et nous

n'avons que très peu de moments intimes (ce qui

m'inquiète bcp !) Je lui ai suggéré entre deux mots que

nous avions un problème de communication et sur le ton de

la plaisanterie je lui ai dit que nous devrions faire une

psychologie de couple.

J'ai oublié de citer un détail important : pendant que

son papa était inconscient, mon ami lui a bcp parlé, même

sur son facebook, avec des termes très enfantins (mon

petit papa bats toi contre les machines...) et maintenant

qu'il est de nouveau apte à entendre, mon ami ne lui dit

plus rien à part quelques banalités. Je pense que mon ami

exprime ses sentiments par l'inquiétude (il m'a avoué

plusieurs fois être inquiet pour ma santé qu'il sait

fragile). Comment rétablir un dialogue et lui donner

envie de s'ouvrir dans la positivité et le bonheur et pas

uniquement dans le malheur ???? Là je m'efforce de ne

plus monter d'émotions. Je reste à ma place, sans rien

quémander mais la situation semble lui convenir...

PUB
PUB