Cellulite : quelles parades ?
Publié le 23 Juillet 2012 à 0h00 par Dr Brigitte Blond
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La cellulite

La quasi-totalité des femmes en ont.

La faute au genre féminin sûrement : leurs hormones, estrogènes en tête, sont des faiseuses de cellulite.

Par ailleurs, leur système de captage des acides gras et l’activité des enzymes de dégradation des graisses sont différents : les femmes font naturellement plus de gras que les hommes, sur les hanches et les cuisses, juste sous la peau qui est aussi plus mince.

La cellulite lui donne cet aspect irrégulier, à la différence de la graisse plus profonde qui, en s’accumulant, rompt l’harmonie de la silhouette.

Quoi qu’il en soit, on augmente sa masse grasse en gorgeant ses adipocytes (dont le volume peut être multiplié par 200 ou 300) et, si cela ne suffit pas, en recrutant des préadipocytes, adipocytes en devenir.

Ces cellules sont robustes, réfractaires aux rayons ionisants par exemple, et l’on sait mal leur durée de vie, au moins plusieurs mois… Elles sont toujours prêtes à emmagasiner du gras !

Autre raison de faire de la cellulite, la génétique, un héritage malvenu de sa mère et/ou de sa grand-mère, et l’on n’y peut pas grand-chose…

Différents facteurs enfin, comme l’alimentation, l’hygiène de vie ou l’insuffisance veineuse favorisent le développement d’une cellulite.

La bonne nouvelle est que ceux-ci sont accessibles à un traitement, petits ou plus grands moyens. On peut donc jouer sur tous ces tableaux, équilibre alimentaire, exercice physique et application locale de crèmes spécifiques pour renverser la vapeur et bouter les graisses hors de l’hypoderme. Les vaisseaux sanguins, réseaux veineux et lymphatiques, retrouvent alors leur liberté, celle de drainer l’eau et les toxines coincées entre les adipocytes… Exit la cellulite !

1. Des aliments sûrs

Le régime miracle n’existe pas etpour perdre du poids, il faut manger moins de sucre et de gras.

Pour ne pas reprendre (et davantage !), il faut tenir durablement, clé de la réussite, et adopter un mode alimentaire qui convient sur le long terme, sans restriction drastique et sans carence nutritionnelle. Mieux vaut donc aménager ses repas en fonction de soi, ses goûts et ses dégoûts, ses rituels, du bon sens (portions plus petites, aliments à index masticatoire élevé, « dîner du pauvre », etc.).

Et plus spécifiquement éviter :

  • les graisses cuites,
  • le saccharose des sucres de canne ou de betterave,
  • les glaces,
  • la charcuterie,
  • les eaux pétillantes trop salées…
  • et la cigarette !

2. Un minimum d’activité physique

La plus rentable ?

La gym en piscine, idéalement tous les jours, à défaut deux fois par semaine au moins les premiers mois. Parce qu’on travaille en résistance (12 fois plus que dans l’air !) les muscles agonistes et antagonistes, l’effet sur la circulation et le drainage en particulier est optimisé. À 28°C, la dépense énergétique est supérieure.

Mieux encore,le vélo dans l’eau (aquabiking), un drainage actif économiseur d’articulations.

Sportive encore, mais sans les contraintes du sport, la chaussure inclinée de 8°C (Sveltesse de Royal Thermes Institut®) qui, le talon étant plus bas que les orteils, fait travailler les muscles des jambes et facilite la microcirculation de retour, tonifie la peau et raffermit mollets et cuisses, en surface comme en profondeur. Une gymnastique douce à pratiquer 20 à 30 min par jour pour commencer et s’habituer à ce nouvel équilibre, puis au moins 3 heures.

3. Le bon usage des crèmes

À la base de toutes les crèmes amincissantes, la ca­féine, actif indéboulonnable, qui inhibe la mise en réserve des acides gras libres dans l’adipocyte, stimule le déstockage et facilite la désinfiltration des tissus de soutien. Mai aussi et surtout, c'est le massage long et appliqué qui agit, lorsque l'on applique la crème. C'est pourquoi les massages par les kinés ou en instituts sont tellement recommandés contre la cellulite.

Pour se débarrasser de la cellulite superflue de façon drastique, plusieurs solutions.

L’artillerie lourde, autrement dit la chirurgie esthétique (lipoaspiration) ou la médecine esthétique. C’est confirmé, les techniques de lipolyse adipocytaire invasives sont interdites, qui détruisent les adipocytes de l’intérieur par rupture ou solubilisation de leur membrane sans qu’on sache bien ce que devient leur contenu… Hors-la-loi donc, les injections de solutions hypo-osmolaires, de mélanges de mésothérapie ou le laser transcutané (sans aspiration).

Reste les techniques non invasives de lipolyse par agents externes (ultrasons focalisés, lasers, infrarouges ou radiofréquence), un temps interdites elles sont à nouveau autorisées en attendant les nouvelles recommandations de la Haute autorité de santé. Elles ne détruiraient pas vraiment les adipocytes, mais raffermiraient le derme et faciliteraient le drainage lymphatique.

Avis d’expert : « Mobiliser les graisses avant de les brûler »

Dr Philippe Blanchemaison, phlébologue à Paris

Grâce aux crèmes amincissantes, les acides gras qui étaient stockés dans les adipocytes sont remis en circulation, veineuse et lymphatique.

Ils sont ensuite brûlés par les muscles à la première sollicitation sportive, ils risquent sinon de se redéposer ailleurs.

Il est donc conseillé d’effectuer un minimum d’exercices physiques, une marche rapide de 20 minutes par exemple, après une des manœuvres réputées mobiliser les graisses :

  • application d’une crème amincissante,
  • massage en institut de beauté ou par un kinésithérapeute,
  • techniques de lipolyse par des agents externes.

Pour un massage anticellulite efficace, on associe :

  • des effleurages longs pour bien faire pénétrer la crème (après une douche chaude),
  • un palper rouler (on pince la peau en un pli et sans le lâcher, on le déplace en le faisant rouler) pour dénouer la fibrose et des effleurages courts pour le drainage.

À lire

  • 49 méthodes pour soulager les jambes, Pierre Sébire, éditions Josette Lyon.
  • Programme anticellulite, Lydie Raisin, éditions Marabout.