cgelitti
Portrait de cgelitti

Bonjour, j'ai 33 ans et je soufre de rosacéestade 1 et 2 (flush,rougeurs persistantes, télangiectasies)depuis l'âge de 19 ans.

Je tiens à mettreen garde fermement contre la prise d'un médicament connu pourtraiter l'acnée sévère : le roaccutane. J'en aipris à petite dose (10 mg/jour pendant 2mois) en 1996.

Dès la prise decette m.... les premiers flushs très violents apparurent. Jen'ai pas compris ce qui m'arrivait et ce fut trèsdéstabilisant dès le départ, surtout àcet âge là : enfermement sur soi, perte de confiance ensoi...etc.

Aux "simples"flushs pendant 2,3 ans s'ajoutèrent des rougeurs persistantes,puis des vaisseaux apparurent sur tout le visage, le front et le coucompris jusqu'à même un épaississement importantde la peau et ...aucune solution.

Bref, un cauchemar àvivre, du pour mon cas à l'évolution inexorable ducycle inflammatoire du visage au fil des ans (le thorax fut touchéégalement avec l'apparition de rougeurs et detélangiectasies).

J'ai essayé toutessortes de crèmes, suppléments vitaminiques, lasers ktp,yag et ipl mais sans résultat jusqu'au miracle il y a 5 ans,la seule chose qui marche : le laser à colorant pulsé,en l'occurence le V BEAM. Les séances sont chères, onsort défiguré mais ça vaut le coup, croyez moi.Il faut juste trouver un dermatologue compétent qui saitécouter le patient et ne marche pas qu'au fric.

En 7 séances (avecpurpura je précise) , le traitement avec ce laser m'a bloqué99% des flushs et m'a réduit environ de 80% mes rougeurs ettélangiectasies. Il a surtout réussi à bloquerl'inflammation puisque très peu de rougeurs sont réapparuesdepuis.

Visiblement le problèmedu déclenchement de la rosacée par la prised'isotrétinoine (roaccutane) est connu (voir forum du siterosaceagroup.org) .

Au vu de cette découvertehttp://www.ledevoir.com/societe/sante/152595/maladie-de-la-peau-decouverte-d-un-mecanisme-cle-de-la-rosacee), je pense (ce n'est qu'une hypothèse) que la prise deroaccutane entrainerait un dérèglement du taux decathélicidine.

Alors attention auroaccutane aussi pour le traitement de la rosacée papulopustuleuse. Les personnes sont satisfaites pour les boutons, pustulesmais se plaignent que leur peau reste rouge voir qu'elle devient encore plus sensible qu'avant (tu m'étonnes!).

Il vaut mieux utiliser desantibiotiques (doxycycline ou autres). Il faut bien avoir en têteque peu de dermatos sont compétents à ce sujet.

Voilà, bon courageà tous. Cette maladie est largement sous estimée pourson impact psychologique, tant par les gens (en général)que par le corps médical. Sans oublier le fait que la sociétéà l'heure actuelle est basée sur l'apparence ; ce quin'arrange pas les choses !

PUB
PUB