Après la grossesse : 5 méthodes pour perdre ses rondeurs
© Istock

Les petits papiers pour sortir de la fusion maternelle

Le problème

Dès son arrivée au monde, bébé capte toute l'attention de sa mère en devenant sa priorité. C'est ce que le célèbre pédiatre anglais, Donald Winnicott, nommait "la fusion maternelle". Face à cette fusion, synonyme d'investissement exclusif, la mère peut ainsi, de temps à autre, éprouver de la culpabilité. Généralement, la fusion maternelle est encore plus prégnante quand il y a eu un problème pendant la grossesse ou lors de l'accouchement. La mère peut alors surprotéger son enfant. Un surinvestissement qui ne lui permet pas de s'occuper d'elle et de son corps.

La stratégie

Ici, la revalorisation de soi et de son corps passera par un travail de recul par rapport à son propre enfant… l'idée étant de défusionner, d'apprendre à couper le cordon petit à petit en se délestant de ses propres angoisses de maman. La technique des petits papiers, souvent utilisée en thérapie, peut à cet effet être efficace. Le principe ? Écrire sur des morceaux de papier toutes ses peurs, ses doutes, son ressenti pendant les périodes pénibles vécues par bébé ou nos appréhensions quand on se sépare de lui. Puis, à la fin de la semaine, la mère prend ces petits papiers et les brûle. C'est une manière de faire le deuil des problèmes rencontrés.

Publicité
Publicité

Le résultat

Cette technique, très utilisée dans les processus de deuil en thérapie, permet de libérer la mère de ses angoisses de séparation, et de passer à autre chose. Moins focalisée sur son bébé, elle peut de nouveau penser à elle.

Un corps liquide, selon Freud

Sigmund Freud a toujours souligné que si certaines mères avaient du mal à se réapproprier leurs corps après la grossesse, c'est que la perception qu'elles avaient était faussée. Après l'accouchement, certaines femmes sont "traversées par une multitude de fluides", affirmait ainsi le psychanalyste. Elles ont la sensation d'être dans un corps liquidien. Ce corps, au lieu de retrouver le tonus musculaire tant espéré, apporte des pleurs suite à la dépression post-partum, de la lactation, et des pertes sanguines. Un état qui peut s'apprivoiser, à condition que la mère se prenne en main et retrouve une énergie, une détermination nécessaire à la réappropriation d'un corps solide.

 
Publié par Dorothée Blancheton le Vendredi 28 Octobre 2011 : 10h42
Mis à jour le Lundi 21 Novembre 2011 : 12h00
Source : PsychoEnfants