alain
Portrait de cgelitti
J'ai 34 ans. Depuis 2 ans j'aime sincèrement un homme qui souffre d'alcoolisme chronique depuis 20 ans. Il a aujourd'hui 46 ans. Nous avons chacun notre chez soi. Lorsque je l'ai connu, il m'a dit avoir eu un problème d'alcool par le passé, il a été honnête mais naivement je pensais que ce problème était terminé.

Il en est conscient, a subi avant moi 2 cures de désintoxication. Ce qui m'interpelle, c'est qu'il me dit que ce sont les femmes importantes dans sa vie qui ont génèrés chez lui ce besoin de boire. Il ne peut dissocier "amour" et "alcool".

Les 6 permiers mois, il était l'homme idéal, aux petits soins et ensuite, il a commencé à boire 1 verre, et insidieusement l'alcool l'a rongé, il buvait seul aussi, du bourbon, derrière mon dos, jusqu'à ce qu'il devienne saoûl. Il n'a jamais été violent, mais a l'alcool triste.

Chaque fois qu'il aime une femme, inmanquablement au bout d'une période il se remet à boire. Lorsqu'il est seul, il ne boit pas une goutte. Avant de me connaître il est resté seul pendant 4 années, 4 années d'abstinence sans éprouvé le besoin de boire.

Un jour il m'a dit : "lorsque je suis seul je rêve d'être avec quelqu'un et lorsque je suis avec quelqu'un je rêve de me sentir bien".

Je me souviens aussi d'un soir où il m'a dit alors qu'il avait bu un verre (de trop) :"je te pourris la vie, si c'était à refaire, je ne serai jamais venu te courtiser, tu devrais me quitter". Il se dénigre et n'a pas confiance en lui, en moi et en nous.

Du coup, bien que nous nous aimions, je suis freinée par ce problème et n'imagine pas que nous puissions nous installer et fonder quelque chose de solide ensemble.

Cet été, souffrant de cette situation j'ai voulu prendre du recul et suis partie en vacances avec ma famille.

Suite à une conversation téléphonique malheureuse que nous avons eue, il a bu et s'est fait prendre en état d'ébriété avec son camion sur un parking au moment où il redémarrait pour changer de place. Il a plié un poteau, 2 routiers, ses confrères, qui était présents lors de l'incident, ont prévenu la police. Il vient de perdre son permis, c'est à dire son outil de travail.

Ensuite il a été transporté à l'Hôpital où il a fait une autre cure de 8 jours. Aujourd'hui il prend des médicaments et cherche un alcoologue (d'ailleurs si vous en connaissez un présent en août dans l'Eure ...) mais il m'a fait comprendre qu'il ne se voit pas ne plus toucher à une seule goutte d'alcool jusqu'à la fin de ses jours.

Je l'aime et ferait n'importe quoi pour lui mais je ne veux pas me faire d'illusions et je ne veux plus souffrir à le voir souffrir.

Avez vous connu ce scénario "amour-alcool" ?

Merci de vos messages.

PUB
PUB