free74200
Portrait de cgelitti
Bonjour.

Je viens de lire l'article ce jour le 16/07/05. Il sous entend sous le couvert de Karine Peltier, psychiatre. Que l'hyperactivité selon elle n'est que, je cite : il s?agit d?un mécanisme de défense contre un état dépressif, dont la guérison passe par la compréhension du sens profond de ce dernier, dont la guérison passe par la compréhension du sens profond de ce dernier : « Il faut ..... apprendre les moyens de canaliser cette énergie vers des choses plus cadrées et plus constructives. ».

Je ne voudrais pas remettre en cause les années d'étude de cette personne. Mais étant moi même adulte de + de 30 ans, et TDAH. Je ne suis pas d'accord avec l'origine de l'hyperactivité.

Il faut qu'elle révise ses tablettes !!!

Si c'était vraiment un symptôme dont il faut apprendre à canaliser l'énergie, pour vivre... Expliquez moi, pourquoi, il est nécessaire de donner des amphétamines pour canaliser ce problème. Il ne vous est pas venu à l'esprit qu'à l'inverse des idées reçues, nous les TDAH, sommes hyperactifs, pour maintenir un minimum d'attention, même si celle-ci est très défectueuse dans la pratique. Il nous manque de l'énergie. Donc arrêtez de vouloir nous balancer des antidépresseurs qui nous assomment un peu plus, et donc nous oblige à développer encore un peu plus nos symptômes hyper. Donnez nous des excitants, pour que notre corps ne ressente plus ce besoin de passez en hyper pour espérer vivre le quart de ce que nous voulons vivre. Le sentiment de ne plus avoir à se battre pour "tenir" l'attention, une conversation, ou autres choses, en échange avec une personnes, m'a permis non seulement de ne plus me sentir" speed", mais surtout de ne plus dégager une hyperexcitation, qui déclenche souvent l'agressivité chez les autres. Rien qu'en canalisant ce besoin de me battre, tout comme les personnes atteintes de pathologies du sommeil, type narcolepsie, peuvent le ressentir.

Je me permet cette comparaison, car ce sont 2 pathologies, qui bizarrement sont traitées à l'aide des mêmes médicaments... soit des excitants, voire des amphétamines.

Sur ces mots, en espérant avoir éclairé les lanternes des curieux, mais surtout celles de cette psychiatre.

Je vous souhaite de ne pas vous retrouver dans une assemblée d'hyperactifs, sous peine de vous sentir "inférieur" par la rapidité des échanges et le niveau intellectuel de l'assemblée...

Sans rancune.

Cordialement.

Val.

PUB
PUB