AVC : 3 médicaments oculaires à éviter

Trois médicaments sont concernésCertaines maladies oculaires impliquent des traitements spécifiques susceptibles de provoquer des réactions nocives, c’est-à-dire des effets secondaires. Il s’agit des traitements de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge). Leur rôle est d’empêcher la...

Vidéo associée: 

Trois médicaments sont concernésCertaines maladies oculaires impliquent des traitements spécifiques susceptibles de provoquer des réactions nocives, c’est-à-dire des effets secondaires. Il s’agit des traitements de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge). Leur rôle est d’empêcher la multiplication ou la croissance des vaisseaux sanguins de l’œil. Ces médicaments anti VEGF (facteur de croissance) qui ont une action sur la circulation du sang sont l’aflibercept (Eylea), le bevacizumab (Avastin) et le ranibizumab (Lucentis). Ils augmentent les risques de thrombose Prescrits pour stopper la prolifération des vaisseaux, ces trois médicaments peuvent exposer les patients au risque de thrombose, c’est-à-dire un caillot (thrombus) qui obstrue un vaisseau. La thrombose veineuse superficielle n’entraîne pas de graves conséquences, contrairement à la thrombose cérébrale. Le caillot qui se forme dans un vaisseau profond du cerveau provoque alors un AVC (accident vasculaire cérébral). Lorsqu’ils sont administrés par injection intraoculaire, ces médicaments sont moins concentrés que les traitements par intraveineuse.