4 choses essentielles à savoir sur votre psoas

© Istock

Méconnu, le psoas est néanmoins un muscle essentiel. Nous le sollicitons quotidiennement, lors de nos activités les plus courantes comme marcher ou faire des abdos. En compagnie de Yener Kilic, masseur-kinésithérapeute, intéressons-nous au muscle psoas. 

PUB

Il existe deux psoas

Le psoas est un muscle qui recouvre plusieurs réalités. "Très souvent, parler du psoas seul est un abus de langage pour parler du muscle ilio-psoas ou psoas iliaque" annonce d'emblée Yener Kilic, masseur-kinésithérapeute à Paris.

Le muscle psoas "vient s'insérer sur la partie avant de nos vertèbres, derrière nos viscères, dans la partie profonde de notre abdomen" détaille le masseur-kinésithérapeute. Quant au muscle iliaque, il est inséré sur la face interne de notre bassin.

Proches anatomiquement, ces deux muscles ont une fonction commune : permettre la flexion de la hanche et du tronc. Pour ce faire, "ils se rejoignent pour former un tendon commun" explique le spécialiste. 

PUB
PUB

Au sein même du muscle psoas, on distingue également deux entités : le psoas majeur et le psoas mineur. C'est le psoas majeur qui travaille de concert avec le muscle iliaque, en compagnie duquel il forme le muscle ilio-psoas.

Quant au psoas mineur, "il se termine sur le pubis, juste en arrière et au contact d'un ligament de l'aine" selon Yener Kilic. Il est peu puissant et "son rôle moteur est négligeable". D'ailleurs, "c'est un muscle inconstant, plus de la moitié des gens ne l'ont pas a priori" conclut le thérapeute.

Le psoas est un muscle capital chez les sportifs

Avec le muscle iliaque, le psoas permet de fléchir deux parties du corps : la hanche et le tronc. L'action qu'il effectue dépend du point dit "d'accroche", c'est à dire la partie du corps qui reste fixe durant le mouvement.

"Si on considère comme point fixe le tronc, le psoas va venir réaliser une flexion du fémur sur le bassin" commence Yener Kilic. C'est ce qu'il se passe lorsque l'on est debout et qu'on lève le genou. Ce mouvement est essentiel dans de nombreux sports, notamment "la course à pied, le football et lorsqu'il y a des changements d'appuis importants comme dans le basket" liste le masseur-kinésithérapeute.

"Si on considère au contraire notre fémur comme point fixe, le psoas va servir de stabilisateur pour qu'on puisse cette fois fléchir le tronc en avant" poursuit le spécialiste. "C'est typiquement le mouvement quand vous faites des abdos (...) Si vous n'aviez pas de psoas, vous ne pourriez pas faire d'abdos" ajoute Yener Kilic.

Publié par Aline Garcin, journaliste santé et validé par Yener Kilic, Masseur-kinésithérapeute le Lundi 20 Août 2018 : 16h29