lui
Portrait de cgelitti
Voilà, commençons par le commencement.

Il y a des antécédents importants d'alcoolisme dans ma famille: je suis bretonne et chez moi ça fait partie du quotidien. Mon grand-père paternel par exemple était un sacré alcoolo, il est mort d'une cyrhose. Du côté de ma mère pas d'histoire de ce genre mais une culture de l'alcool social assez forte.

Mon père, je le considère pas comme un alcoolique mais il a quand même déja fait des cures; son problème c'est que c'est plutôt un pochtron, quand il commence il ne peut plus s'arrêter, et à chaque fois qu'on se voit on se prend une cuite ensemble, depuis que je bois de l'alcool. Avant, quand j'étais plus petite, le fait qu'il boive faisait partie du quotidien avec lui: culture bistrots, incapacité à s'arrêter une fois qu'il a commencé etc.

Ma mère après avoir quitté mon père, s'est remarié avec un homme qui est devenu rapidement un véritable alcoolique. Elle l'a quitté depuis peu, au bout de 15 ans de vie commune, mais l'histoire est là: vie commune avec un vrai de vrai alcoolique ( il a fait des dizaines de cures, on a vécu une vie quotidienne qui va au delà du compréhensible), et tout ce qui va avec: une vie anormale, des fonctionnements anormaux, et ce pendant des années.

Aujourd'hui je suis ici pour parler de moi: j'ai un fonctionnement vis à vis de l'alcool qui commence à m'inquiéter.

Déja, depuis que j'ai commencé à boire de l'alcool (en soirée, etc...), j'ai toujours vécu la chose de façon spéciale: incapacité à m'arrêter une fois que j'ai commencé, capacité énorme à prendre des cuites, pertes

de mémoire omniprésentes, comportement très différent quand j'ai bu, etc etc.

Ca ne m'a jamais empêchée d'avoir une vie normale: jai fait des études plutôt brillantes, l'alcool ne m'a jamais empêchée d'avoir une vie sociale normale, bien au contraire. Je précise que j'ai fait une école de commerce, milieu dans lequel on boit beaucoup en général.

Mais aujourd'hui mon rapport à l'alcool commence à m'inquiéter: notamment le fait que je ne puisse plus arrêter dès que j'ai pris un apéro; le fait que je sois quelqu'un d'autre quand j'ai bu (pertes de mémoire, je me réveille à côté de garçons dont je ne me souviens pas, etc).

J'aimerais savoir, d'après des avis de spécialistes, si j'ai un vrai problème.

Merci de laisser au placard les discours classiques des AA, Al-Anons etc; je les connais par coeur.

Merci d'avance...

PUB
PUB

Contenus sponsorisés