Vous êtes nul : une remarque difficile à encaisser ?

Publié par Dr Catherine Solano le Mardi 29 Mars 2005 : 02h00
-A +A
« Vous êtes nul ». Voilà une affirmation terriblement blessante très difficile à recevoir sereinement. Et cela, même quand on estime que c'est faux, totalement injustifié ou encore qu'il s'agit d'une remarque faite sur le coup de la colère. Que répondre ?

L'essentiel est de ne pas se sentir écrasé par cette parole. L'idéal est alors de se mettre en position d'acceptation, et de demander à faire préciser l'agresseur. Accepter ne signifie pas acquiescer, mais comprendre que l'autre peut, à un moment donné, et pour une ou plusieurs raisons précises, penser ainsi. Il en a le droit, même si vous avez le droit de n'être absolument pas d'accord avec lui.Faire préciser ensuite, c'est essentiel. En effet, si vous partez tête basse, vous vous sentez coupable et anéanti par cette remarque. Elle deviendra alors comme un venin qui vous empoisonne. Elle pourra même continuer à raisonner longtemps en vous.Si vous demandez des précisions : « qu'est-ce qui vous semble nul ? », vous serez souvent extrêmement surpris de la réponse. Un exemple : Régis rend un dossier sur lequel il a travaillé des semaines. Il est plutôt content et la remarque de son chef « vous êtes nul », le prend totalement au dépourvu ! Heureusement, il pense à faire préciser. La réponse est la suivante : « Je vous avais demandé de ne pas présenter ce dossier en recto-verso, mais d'imprimer seulement sur une face de chaque feuille ». Son chef stressé par ce dossier généralisait une critique qui portait sur un détail sans grande importance. Le poids que ressent Régis s'allège en quelques instants. Il lui suffit de réimprimer son dossier correctement. Ses compétences ne sont finalement pas en jeu !

Il en est de même si votre conjoint vous affirme tout à coup : « tu es moche » ! Pensez à demander « qu'est-ce que tu trouves moche ? » et il vous répondra peut-être : « le rouge ne te va pas du tout ». Cela relativise la critique ! Le plus difficile est bien sûr d'avoir le réflexe de penser à demander des précisions.

Au-delà de ce réflexe, il est encore une chose à apprendre : c'est lorsque vous faites vous-même une critique à quelqu'un ! Pensez à rester toujours au plus près de ce que vous critiquez et de ne pas élargir votre critique à des choses qui n'ont rien à voir. C'est seulement à cette condition que vos critiques se révéleront constructives. En effet, la personne concernée peut changer si elle sait exactement ce dont vous parlez, alors que si elle se sent agressée, elle va se défendre avec agressivité ou s'écraser, mais jamais réagir activement de manière positive !

Pensez-y autant au travail, qu'avec vos enfants ou votre entourage familial et amical

Publié par Dr Catherine Solano le Mardi 29 Mars 2005 : 02h00
A lire aussi
Comment se faire apprécier par son patron ? Publié le 02/11/2009 - 00h00

Votre chef est important, puisque c'est de lui que dépendent en grande partie votre bien-être au travail, votre avenir professionnel, l'ambiance de votre équipe, le succès des projets auxquels vous participez, et bien sûr, votre salaire à la fin du mois.

Plus d'articles