Violence : un problème de santé publique de tous les pays

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Octobre 2002 : 01h00
-A +A
Chaque année dans le monde, 1,6 million d'hommes décèdent des suites d'actes violents… L'OMS vient de publier le premier rapport mondial sur la violence et la santé.

Plus précisément, c'est le premier du genre à envisager ce phénomène comme un problème de santé publique. Il sort également de l'ombre la violence insidieuse commise loin des regards et que très rarement notifiée.

La morbi-mortalité liée à la violence reste l'un des principaux problèmes de santé publique à notre époque et les données du rapport de l'OMS sont suffisamment éloquentes. Ainsi, ce phénomène est l'une des principales causes de mort dans la population des 15-44 ans, soit respectivement 14% et 7% des décès masculins et féminins.

Au cours d'une journée, 1.424 individus en moyenne sont victimes d'un homicide, ce qui équivaut approximativement à un mort par minute ! Toutes les 40 secondes environ un individu se suicide et les conflits armées font 35 morts par heure ! On estime ainsi que les conflits du XXe ont provoqué, directement ou indirectement, le décès de 191 millions de personnes dont plus de la moitié était des civils. Par ailleurs, dans certains pays, des études ont révélé que les dépenses de santé dues à la violence représentent jusqu'à 5% du PIB. Il s'avère également qu'outre les décès, des millions de gens subissent des traumatismes les confrontant à des problèmes de santé physique, sexuelle, mentale…

Ce rapport souligne également que les questions de violence collectives malheureusement bien connues telles les guerres, ne sont pas les seules. D'autres formes insidieuses, rarement rapportées, sont abordées : la violence des jeunes, entre partenaires, sexuelle, contre soi-même, le suicide, la maltraitance des enfants et des personnes âgées…

Ainsi, les femmes sont souvent exposées aux risques les plus importants dans leur sphère intime (leur domicile, les lieux qu'elles connaissent bien) ! Près de la moitié des femmes assassinées le sont par leur mari, leur compagnon ou ancien partenaire… D'autre part, la maltraitance que subissent des personnes âgées constitue l'un des aspects les plus cachés de la violence, ce phénomène risquant de s'aggraver compte tenu du vieillissement rapide de la population dans de nombreux pays. Par ailleurs, le suicide reste l'un des principaux motifs de décès dans le monde, notamment chez les 15-44 ans : 4e cause de décès et 6e cause d'incapacité et de morbidité.

Si ces données sont accablantes, les experts relèvent que la situation n'est pas désespérée et pour reprendre les propres termes de l'un d'eux : « La violence n'a rien d'inéluctable et elle ne fait pas davantage partie intégrante de la condition humaine. Les données qui nous viennent du monde entier font penser que la violence peut être évitée par différentes mesures axées sur l'individu, la famille et la communauté. »

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Octobre 2002 : 01h00
Source : www5.who.int/violence_injury_prevention/main.cfm?s=0009
A lire aussi
Les Français se portent bien Publié le 18/02/2002 - 00h00

La santé des Français est bonne bien que des inégalités persistent. Ce sont les conclusions du rapport du Haut Comité à la Santé Publique (HCSP) parues au début du mois de février 2002....

Plus d'articles