gaelle
Portrait de cgelitti
J'ai besoin d'aide neutre.

J'ai été droguée et violée, à une soirée. Je me souviens de rien de précis, juste que j'ai eu tres mal au ventre et que j'ai voulu aller me coucher.

Le lendemain, j'etais pleine de bleus entre mes cuisses, je saignais, et j'avais mal, mais je n'ai pas réalisé tout de suite.

Quand j'ai compris, j'ai eu très peur, très honte. Je n'ai rien dit a personne et je n'ai pas l'intention de le faire, c'est pour ca que je demande avis a des gens que je ne connais pas via ce forum.

Suite à cette soirée, je suis tombée enceinte et j'ai fait une fausse couche. La encore j'ai été bien naïve et me suis pas vraiment rendu compte des choses au moment meme.

Depuis je n'ai jamais consulté de gyneco, rien que d'y penser je me sens mal, je ne veux pas avoir a affronter cela, meme si ma réaction est completement ridicule, j'en conviens.

Pourtant je voudrais savoir, pourquoi j'ai perdu l'enfant (meme si quelque part je suis soulagée que ca se soit passé comme ca, je n'aurais pas voulu avoir a prendre de décision) je voudrais savoir aussi si il y a un risque que j'ai attrapé une maladie, je voudrais savoir plein de choses, mais je n'ai pas le cran de me prendre en mains.

Pensez vous que je dois me forcer a consulter une gyneco, et que je dois essayer de trouer les mots pour lui expliquer. Et si je n'y arrive pas, comment puis je faire pour avoir des réponses à certaines de mes questions?

Merci a celles qui voudront bien m'aider.

lee ann
Portrait de cgelitti
bonjour itia,

J'ai connu une expérience similaire, un garçon que je pensais connaitre m'a violée, sans capote bien sur, et pendant qu'il le faisait je lui suppliais en disant que je prenais pas la pilule.
Quelques semaines plus tard je n'ai pas eu mes règles, et au fond de moi je savais ce que ça voulait dire.
Je dirais juste que tu dois pas avoir honte de pas vouloir en parler, car moi aujourd'hui presque personne ne sait ce qui s'est réellement passé ya 3 ans.
Pour tout le monde c'était un accident de préservatif avec un garçon que personne ne pouvait connaitre.
Bref, j'ai décidé d'avorter,j'ai donc consulté un gynéco,qui m'a fait passer une echographie (obligatoire pour avorter) et qui m'a dit que l'embryon se developpait mal et que meme sans avortement il y avait de tres forte chance que je le perde. J'ai avorté quand meme au cas ou...
Pour répondre à ta question, je pense que inconsciemment notre corps doit rejeter ces embryons c'est pourquoi nous faisons des fausses couches, c'est bete de penser ça mais bon...
Par contre je te conseille vivement de voir une gynéco, meme si tu dois raconter de fausses circonstances à ta fausse couche, mais au moins pour savoir si tout va bien.

Voilà j'espere avoir pu t'aider un peu.

bisous
Luzee
Portrait de cgelitti
des nouvelles?
Itia
Portrait de cgelitti
Merci pour vos réponses, en effet cela conforte ce qu'au fond de moi je sais, mais que je ne veux pas admettre pour autant.

Je vais me resigner a aller voir quelqu'un surtout parce que je suis terrifiée a l'idée d'avoir attrapé une maladie.

Je ne sais pas si je suis capable pour le moment de me confronter a une gyneco, en tout cas pas me faire examiner meme s'il le faudra un jour.

La honte est la, meme si on sait au fond qu'on est pas coupable, mais il y a toujours tellement de "si" pour nous remettre en question.

Quant a parler en direct avec quelqu'un que je ne connais pas, je ne le ferai pas, je pense que je dois resoudre cela seule et ne pas me laisser engouffrer. Si vraiment je me laisse sombrer j'envisagerai d'autres solution, mais en attendant je veux essayer de ne pas ma laisser avoir.

En ce qui concerne la fausse couche, je pense aussi qu'il s'agit d'un rejet inconscient, mais il y a toujours un doute, est ce que je serai capable d'avoir des enfants normalement? Car pour le moment je ne veux pas d'homme en vue, et peut etre que cela ne changera pas.

En tout cas merci.
ruthie
Portrait de cgelitti
je pense que tu aurais le plus grand besoin de rencontrer quelqu'un : médecin généraliste, gynéco, psychologue, travailleur social etc assez ouvert pour que tu prennes confiance et pour que tu puisses enfin vider ton sac.
ruthie
Portrait de cgelitti
pourquoi te laisserais-tu avoir si tu parles à quelqu'un ? Je ne comprends pas bien ... Si tu parles à une personne compétente et respectueuse, tu seras aidée, soutenue, et éclairée sur ton cas. S'il y a réellement eu abus sur toi, bien sur. S'il s'agit de fantasmes ou d'une situation ambigue, tu n'as peut être pas envie de creuser, sinon crois moi, ça fait du bien de pouvoir parler et désamorcer son angoisse.
gaelle
Portrait de cgelitti
Bonjour Itia,

vas voir quelqu'un, ca te soulagera, on ne te jugera pas mais t'aidera a te construire pour l'avenir. Ce n'est pas possible de continuer sa vie comme si de rien etait ou du moins sans se faire aider apres un tel traumatisme.

JE ne sais pas ou tu vis, mais il y a surement un organisme anonyme pres de chez toi qui pourra t'accueillir, t'ecouter et te guider. Une fois la confiance retrouvée rien ne t'oblige a revoir ces personnes, plus rien ne te reliera à eux.

J'imagine qu'il est en effet difficle de parler a des proches, c'est pour cette raison que des associations existent, et font de l'excellent travail. Je te le conseille vivement.

Quant aux MST, la encore que je ne peux que te conseiller de faire des examens, c'est primordial pour conserver ta santé. Tu n'es en effet pas obligée de raconter ton histoire, tu demandes simplement à être testée et tu pourras déjà être soulagée.

Bon courage pour ces épreuves.

Gaelle.
ruthie
Portrait de cgelitti
Ce n'est pas ridicule du tout, mais c'est très triste de voir que tu te sens coupable alors que tu es victime.
Je voudrais juste ajouter que tu devrais faire une prise de sang pour détecter les maladies sexuellement transmissibles. C'est facile à faire sans raconter sa vie et c'est indispensable pour ta tranquilité d'esprit.
Itia
Portrait de cgelitti
Non non je me suis mal exprimée.

Ce que je voulais dire, c'est que je ne dois pas sombrer, mais au contraire faire face. Je veux essayer d'y parvenir seule, sans me faire dépasser par l'evenement.

Le fait de parler a une tierce personne, ce n'est pas que j'ai pas confiance ou quoi que ce soit, mais plutot que j'ai tres peur, et je ne suis pas vraiment de nature a parler aux autres, surtout quand je ne connais pas.

Maintenant si je vois que ca ne va vraiment pas, je ferai cet effort, je sais que ca peut aider, mais dans un premier temps je veux essayer seule.

Désolée pour la confusion.

Mais merci de ne pas juger, c'est vraiment ce qui me fait le plus peur, qu'on me dise que c'est ridicule de craindre les medecins a ce point la, ridicule de ne parler a personne... J'essaie de faire au mieux pour moi et mon entourage, je ne voudrais pas rendre ma mere malheureuse et trainer ce chagrin tres longtemps.

Si jamais, pensez vous qu'une ecoute par telephone peut me donner certaines reponses, car aller "en vrai" je ne m'en sens pas capable pour le moment, c'est bete mais jai honte et peur.
serrano59
Portrait de cgelitti
Je ne comprends pas trop non plus à vrai dire. Je pense qu'il est vraiment très difficile de se débrouiller seule lorsqu'on a subi un traumatisme.
Et comme le dit Ruthie, ces personnes sont là pour t'écouter et t'aider et pas pour t'enfoncer bien au contraire.
serrano59
Portrait de cgelitti
Bonjour Itia,
L'expérience que tu as vécue est traumatisante, et je peux donc comprendre qu'il est difficile pour toi d'en parler.
Mais n'oublie jamais que c'est toi la victime, et qu'en aucun cas tu ne dois avoir honte, ni te sentir coupable.

Et je suis de l'avis de Ruthie et Lee Ann. Et même si la démarche est difficile pour toi, tu devrais effectivement te "forcer" à aller voir quelqu'un. Tu ne peux pas gérer cela toute seule. Les psychologues, gynécos, etc, sont là pour ça et pour t'aider.
Et je te le rappelle : tu ne dois pas avoir honte !
Sujet vérouillé