Varices : les techniques pour s'en débarrasser

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 23 Février 2009 : 01h00
Mis à jour le Mercredi 29 Juin 2016 : 12h41

Outre l'aspect esthétique, traiter des varices permet de soulager les symptômes et de prévenir les complications veineuses. Les chirurgiens disposent de différentes techniques pour traiter les varices, à discuter selon les cas.

Varices : lorsque les veines n'arrivent plus à remplir leur fonction

Les veines ont pour fonction de ramener le sang vers le cœur. Celles qui sont situées dans les jambes sont particulièrement mises à rude épreuve car elles doivent lutter contre la gravité. Les muscles des jambes et des pieds soutiennent les veines dans cette fonction, lesquelles possèdent également des sortes de clapets anti-retour (valvules). Malgré tout, il arrive souvent que les veines s'abîment et se distendent : c'est l'insuffisance veineuse, et/ou que les clapets dysfonctionnent : c'est la varice.

Dans ce dernier cas, les veines deviennent bleuâtres, dilatées, tordues et plus ou moins saillantes. Les varices soulignent non seulement la présence d'un problème veineux (avec notamment un risque de thrombose),mais elles sont également inesthétiques et parfois aussi douloureuses. Résultat, on décide souvent d'intervenir.

Il existe de nombreux conseils visant à soulager les symptômes et à prévenir l'aggravation des varices (surélever les jambes, marcher, pas de vêtement serré ni de talons hauts, port de bas de contention, etc.). Certains médicaments sont également utilisés, comme les veinotoniques et les anti-inflammatoires. Mais lorsque cela ne suffit pas, on se tourne vers la chirurgie.

A noter que la sclérothérapie est une alternative à la chirurgie qui s'adresse à des varices débutantes ou à des varicosités en toile d'araignée. Cette technique repose sur l'injection d'une substance irritante dans la veine, laquelle tend à se rétracter, ce qui fait refluer le sang dans les veines non variqueuses, tandis que la veine défectueuse devenue inutile se résorbe progressivement. Ce type d'intervention ne nécessite ni anesthésie ni période de rétablissement. Toutefois les résultats ne sont pas toujours permanents, avec un risque élevé de récidives.

La chirurgie des varices

La chirurgie permet de soulager les symptômes et de prévenir les complications. L'objectif est d'éliminer le plus grand nombre de veines variqueuses, en essayant de préserver au maximum la veine saphène. Partant de la cheville et remontant jusqu'à l'aine, elle représente la veine superficielle la plus longue de l'organisme.

Lorsque c'est indispensable, on procède à une veinectomie ou ablation de la veine saphène. Cette intervention nécessite de réaliser deux incisions, au niveau de l'aine et de la cheville, et de sectionner la veine à ses deux extrémités. Après avoir introduit un fil souple métallique dans la veine elle est extraite par traction.

Sinon, les autres veines variqueuses sont ôtées à l'aide d'un crochet spécial après avoir effectué des micro-incisions en divers endroits sur la jambe.

Ce type d'intervention est généralement long, nécessitant alors une anesthésie générale, sinon une péridurale. Il faut compter un ou deux jours d'hospitalisation.

La chirurgie des veines peut aussi utiliser la technique de l'endoscopie : on introduit une caméra miniature par une petite incision afin de ligaturer de l'intérieur les veines.

Enfin, certains chirurgiens proposent de forcer la veine à se rétracter en introduisant un laser dans celle-ci, parfois aussi depuis l'extérieur et donc sans aucune incision.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 23 Février 2009 : 01h00
Mis à jour le Mercredi 29 Juin 2016 : 12h41
Source : Manuel Merck, Editions Larousse.
A lire aussi
La fin des varices ?Publié le 28/01/2011 - 10h04

Dernier cri en matière d’ablation des varices : la phlébectomie ambulatoire, sans incision, donc sans cicatrices. On s’en retourne chez soi le jour même en marchant normalement, avec un pansement et une contention de quelques jours sur la jambe.

Des jambes légèresPublié le 16/04/2007 - 00h00

Jambes lourdes, crampes, fourmillements… Tous ces symptômes ne sont pas à prendre à la légère. La maladie veineuse, maladie évolutive, peut devenir très vite une maladie à risques. Aujourd'hui, une nouvelle technique propose une solution encore moins invasive.

Plus d'articles