Vaccins contre les gastroentérites : surveiller les nourrissons !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 01 Avril 2015 : 14h53
Mis à jour le Mercredi 01 Avril 2015 : 15h52
L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) signale un risque d’effets indésirables rares mais potentiellement graves chez les nourrissons vaccinés contre les gastroentérites avec le Rotarix® ou le RotaTeq®. En attendant d’en savoir plus, les parents sont invités à surveiller leurs enfants nouvellement vaccinés et à consulter dès l’apparition de signes anormaux, notamment digestifs, pouvant évoquer une invagination intestinale.
© Istock

L’invagination intestinale, un effet secondaire rare mais grave lié aux vaccins contre les rotavirus

Dans son point d’information, l’Ansm rappelle que le Rotarix® et le RotaTeq® sont des vaccins oraux destinés aux nourrissons dès l’âge de 6 semaines afin de les protéger contre les infections à rotavirus responsables de gastroentérites. Disponibles depuis mi-2006 et début 2007 respectivement, ces deux vaccins ont déjà permis de vacciner 1 million d’enfants. Au total, 508 cas d’effets indésirables « médicalement confirmés », dont 201 graves ont été documentés. Parmi ces cas graves, 47 cas d’invagination intestinale (repli d'un segment d'intestin) aiguë sont survenus dans le mois suivant la vaccination, dont deux ont mené au décès.

PUB

Surveiller les nourrissons nouvellement vaccinés durant un mois

Selon les experts de l’Ansm, l’invagination intestinale aiguë est un effet indésirable très rare (moins de 1 cas sur 10.000 nourrissons vaccinés) mais aussi très grave, qui nécessite « une prise en charge immédiate, dès les premiers signes cliniques ».

En pratique, les parents dont les nouveau-nés viennent d’être vaccinés doivent bénéficier durant un mois suivant l’acte vaccinal d’une surveillance afin de détecter très précocement tout signe d’invagination intestinale aiguë. Des douleurs abdominales, des pleurs répétés et inhabituels, des vomissements, la présence de sang dans les selles, des ballonnements abdominaux et/ou une fièvre élevée sont des symptômes qui doivent amener à consulter sans délai son médecin.

Parallèlement, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a prévu « de réexaminer dans les prochains jours ses recommandations relatives à la vaccination des nourrissons contre les infections à rotavirus ».

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 01 Avril 2015 : 14h53
Mis à jour le Mercredi 01 Avril 2015 : 15h52
Source : Point d’information de L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm), « Vaccins contre les rotavirus (RotaTeq et Rotarix) et rappel sur la prise en charge de l’invagination intestinale aiguë du nourrisson », 31 mars 2015,http://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Vaccins-contre-les-rotavirus-RotaTeq-et-Rotarix-et-rappel-sur-la-prise-en-charge-de-l-invagination-intestinale-aigue-du-nourrisson-Point-d-Information.  

A lire aussi
Alerte à l'épidémie de gastro-entérite Publié le 10/12/2007 - 00h00

Le 2 décembre, le nombre de cas de diarrhées aiguës a dépassé le seuil épidémique dans 7 régions, et plus particulièrement en Lorraine, en Corse et dans le Nord-Pas-de-Calais. Selon les prévisions, l'épidémie de gastro-entérite s'étendra à toute la France dès cette semaine.

Gastro-entérite : La prévention tous azimutsPublié le 03/12/2015 - 13h21

Prévenir la gastro-entérite, c’est avant tout dans l’optique d’éviter les cas sévères entraînant une déshydratation grave chez le nourrisson. Le grand enfant ou l’adulte n’en subissent pour leur part que quelques "désagréments" comme la diarrhée ou les douleurs abdominales. Parmi...

Plus d'articles