Troubles psychiques : les thérapeutiques comportementales et cognitives sont efficaces !

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 29 Mars 2005 : 02h00
-A +A
Nous sommes très nombreux à nous poser cette question : quelles sont les thérapeutiques efficaces en psychiatrie ? Un rapport INSERM a été demandé par le gouvernement. Sa conclusion est que, sur les 16 pathologies étudiées, l'efficacité des thérapies comportementales et cognitives est validée pour 15 d'entre elles. C'est donc la méthode de choix dans la très grande majorité des cas.

Les thérapeutiques comportementales et cognitives permettent de guérir de nombreux symptômes psychiques, en modifiant nos comportements et nos cognitions (conscience de notre environnement). En pratique, c'est en nous aidant à agir, que le thérapeute nous habitue à oublier nos symptômes. Ainsi, quand nous avons réussi à vivre une situation antérieurement anxiogène sans ne plus éprouver d'angoisse, notre cerveau mémorise ce nouvel état de fait et ne déclenche plus les symptômes comme il le faisait auparavant, à la vue d'une foule, d'un avion, d'une araignée, etc.

Dans quelles situations les thérapeutiques comportementales et cognitives ont démontré leur efficacité ?

Un groupe de travail piloté par l'Inserm a publié fin 2004 un rapport sur ce sujet. Plusieurs centaines d'études ont été analysées, dont plus de 700 pour les seules thérapies comportementales et cognitives (TCC). La liste des situations cliniques dans lesquelles les TCC ont démontré leur efficacité est la suivante :

  • agoraphobie (peur des foules),
  • attaques de panique,
  • phobies sociales,
  • anxiété généralisée,
  • stress post traumatique,
  • trouble obsessionnel compulsif,
  • états dépressifs de faible intensité,
  • états dépressifs d'intensité moyenne,
  • états dépressifs aigus,
  • prévention des rechutes et des récidives des dépressions ambulatoires,
  • dépression hospitalisée,
  • réhabilitation sociale de la schizophrénie,
  • personnalité borderline chez les femmes (à la limite de la schizophrénie),
  • personnes alcoolo-dépendantes,
  • boulimie.

Pour toutes ces maladies, les TCC représentent la thérapeutique de choix. Elles sont proposées par des psychiatres ou des psychologues ayant suivi une spécialisation de trois années. Ils sont regroupés dans l'association française de thérapie comportementale et cognitive (AFTCC).

Ce rapport Inserm n'a pas plu à tout le monde et des pressions ont été exercées sur le gouvernement pour qu'il le retire du site du ministère de la Santé. Cette décision a été très contestée ces derniers jours par de nombreux psychiatres. Heureusement, le rapport reste disponible sur le site de l'Inserm et sur celui de l'AFTCC. Qu'il y ait des pressions, c'est inévitable, mais l'information du grand public doit rester prioritaire. C'est la vocation d'e-santé et nous y tenons !

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 29 Mars 2005 : 02h00
Source : Rapport INSERM http://www.inserm.fr/fr/home.html, mars 2005.
A lire aussi
Dépression : guérir et ne pas rechuter grâce aux TCC Publié le 17/12/2012 - 10h12

Pourquoi, face à un même événement pénible ou à la même catastrophe, certains feront une dépression et d’autres pas ? C’est que chez les uns ce type de circonstance entraîne des idées négatives, des ruminations, qui font le lit de la dépression.Les thérapies comportementales et...

Quelle psychothérapie choisir ? Publié le 19/08/2011 - 07h28

Psychanalyste, thérapeute comportementaliste, thérapeute "humaniste"... Choisir un psy, c'est compliqué ! Quelles sont les particularités des principales psychothérapies et comment faire le bon choix ?

Plus d'articles