Trotteur et youpala

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 05 Mai 2004 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 19 Novembre 2015 : 16h55
-A +A

Les avis concernant le trotteur, ou youpala, restent partagés. Mais de la théorie à la pratique, il y a certainement une façon de s'arranger... Ce qu'il faut savoir, ce qu'il faut faire.

Les détracteurs du youpala l'accusent de retarder l'apparition de la marche et de favoriser une mauvaise position, néfaste pour le dos. En effet, on reproche au trotteur de placer bébé dans une situation de facilité. Grâce à lui, il peut déambuler sans faire l'effort de se tenir debout, et risque donc d'y prendre goût. Cette hypothèse ne peut pas être rejetée, et les résultats de quelques études sur ce sujet tendent plutôt à la confirmer. Mais attention, lorsqu'on parle de retard, il ne s'agit que de quelques semaines. Comme l'a démontré l'équipe du Dr Garrett dès 2002, les adeptes du trotteur ont un retard de trois semaines dans l'acquisition des différentes étapes de la marche, sans autre répercussion sociale, motrice ou psychologique (1).

Pour certains parents, le youpala est une aubaine. Notamment, il les rassure en mettant hors de portée de l'enfant, les prises électriques, les bibelots, le téléphone, etc. Pour l'enfant aussi, car il lui ouvre un formidable champ de découvertes, auquel il n'aurait pas accès, même à quatre pattes. C'est ainsi que pour certains, le trotteur serait plutôt un stimulant en donnant à nos petits aventuriers l'envie d'aller encore plus loin en marchant seuls sur leurs propres pieds. Pour d'autres, le youpala muscle les jambes de bébé, car il peut se propulser, sans avoir à porter le poids de son corps.

Au final, le compromis est très simple

  • Ne l'utilisez pas avant ses 7/8 mois. En effet, attendez que bébé sache se tenir assis tout seul, car passé ce stade, il saura tenir son dos bien droit dans son youpala.
  • Ne le laissez pas dans son trotteur plus d'une heure par jour.

Respectez ces quelques règles de sécurité

  • Surveillez les pas de votre bébé en délimitant son parcours. Bloquez les accès aux escaliers, fermez certaines portes, attention aux pentes, comme celles qui mènent au garage, etc., et prudence, souvent au-début, ils vont à reculons !
  • Une fois dans son trotteur, la tête de bébé n'est plus à la même hauteur. Vérifiez qu'il ne risque pas de se cogner la tête sur un coin de table, sur un meuble, etc.
  • De même, une fois bien dressé sur ses jambes, les petites mains de bébé peuvent avoir accès à de nouveaux objets jusque là inaccessibles. Réajustez son périmètre d'accès (cuisine interdite, attention à la porte chaude du four, à la vitre de l'insert...), et le cas échéant, déplacez tout objet dangereux.
  • Réglez bien la hauteur du trotteur en fonction de sa taille. Il doit toucher le sol de la pointe des pieds et non avec la plante des pieds.
  • Dès que vous sentez qu'il est fatigué, sortez-le du trotteur, car ainsi debout, il ne peut pas reposer ses muscles.
  • Choisissez un modèle conforme à la norme de sécurité CE.

On retiendra qu'il faut limiter les risques d'accident (les chutes sont fréquentes) et le temps passé dans le youpala.

Guide: 

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 05 Mai 2004 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 19 Novembre 2015 : 16h55
A lire aussi
Premiers pas, début d'indépendance... Publié le 02/06/2004 - 00h00

Le plus important est de ne jamais le forcer. Il marchera à son heure. Chaque bébé est différent et ne marchera pas au même âge qu'un autre. Ceci étant dit, on peut décrire les principales étapes et la façon dont on peut l'aider à acquérir cette motricité qui mène à l'indépendance…

Vivre avec une maladie veineuse Publié le 04/08/2008 - 00h00

Varices et jambes lourdes font partie des maladies veineuses. Au quotidien, elles imposent le respect de certaines règles. L'objectif : freiner leur évolution. Le risque : la maladie veineuse peut finir par déboucher sur des affections plus compliquées, comme des thromboses veineuses...

Mal de dos, ce qui marche vraiment ! Publié le 15/04/2011 - 07h58

Sciatiques, lombalgies, lumbagos, torticolis, dorsalgies…, les maux de dos ont de multiples causes. En fonction de la douleur et de sa localisation, certaines thérapies sont plus efficaces que d’autres. Comment s’y retrouver ? Suivez le guide…

Plus d'articles