Trop d’ibuprofène pourrait rendre les hommes impuissants

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Lundi 08 Janvier 2018 : 12h08

Une étude menée par l'Inserm conclut que la prise soutenue d'ibuprofène chez de jeunes hommes provoquerait un déséquilibre hormonal habituellement observé chez des hommes plus âgés.

© Istock

Les jeunes hommes sportifs qui prennent beaucoup d'ibuprofène subissent un déséquilibre hormonal que l'on retrouve habituellement chez les hommes âgés sous le nom d'andropause. C'est en tout cas ce qu'une nouvelle étude menée par l'Inserm suggère. Ce médicament aurait des effets négatifs sur la production de testostérone ainsi que sur la production de deux autres hormones testiculaires.

Des risques d'altération des muscles et des os

L'ibuprofène est un anti-inflammatoire vendu sans ordonnance en pharmacie, il fait partie des médicaments les plus consommés par la population, rappelle l'Inserm dans un communiqué du 8 janvier 2018. Il est utilisé en cas de maux de tête, de dents, de douleurs chroniques, d'états grippaux, de fièvre et pour certaines maladies rhumatismales. De plus, ce médicament est particulièrement utilisé chez les athlètes et le plus souvent en automédication. Une grosse erreur à en croire les résultats des chercheurs. "Il existe des sous-populations d’hommes qui prennent de façon continue de l’ibuprofène, notamment des hommes ne souffrant d’aucune maladie chronique comme des athlètes de haut niveau. Si cet état d’hypogonadisme compensé* s’installe, le risque pour eux est d’accroître les risques déjà liés à ce médicament, mais aussi d’altérer leur condition physique (muscles et os), d’hypothéquer leur santé reproductive et même psychologique" préviennent Bernard Jégou, directeur de recherche à l'Inserm et directeur de la recherche de l'école des hautes études en santé publique et coordinateur de cette étude, avec Christèle desdoits-Lethimonier, ingénieure de recherche à l'Université de Rennes 1 et co-première auteure. 

Leur étude s'est appuyée sur un essai clinique de 31 hommes volontaires et sportifs tous âgés entre 18 et 35 ans dont la moitié prenant de l'ibuprofène. Ils ont également fait des cultures de fragments de testicules humains qui ont été exposés à l'ibuprofène et des cultures d'une lignée de cellules humaines.

PUB

Des résultats inquiétants pour les hommes

Les résultats montrent que les hommes prenant de l'ibuprofène de façon prolongée et à des doses importantes (1200mg/jour durant 6 semaines) ont des niveaux d'hormones hypophysaire (hormone lutéinisante) qui sont plus élevés. Cette hormone joue un rôle important dans le contrôle dans la production de testostéroneDe plus, l'ibuprofène bloque la production de prostaglandines. Les effets sont similaires à ceux de perturbateurs endocriniens et conduisent à "l'hypogonadisme compensé" que l'on observe chez environ 10% des hommes âgés. Un état souvent associé à des risques pour la reproduction et la santé en générale.

Les chercheurs de l'Inserm avaient déjà montré les effets néfastes de l'aspirine et du paracétamol sur les testicules ainsi que l'ibuprofène sur le développement des testicules pendant la grossesse.

On retrouve de l'ibuprofène dans de nombreux médicaments 

L'ibuprofène est présent dans Advil®, Advilcaps®, Advilgel®, Advilmed®, Adviltab®, Antarene®, Antarenne codéiné®, Bruffen®, Cliptol®, Dolgit®, Exgix®, Expanfen®, Gelufene®, Hemagene tailleur®, Ibufetum®, Ibupradoll®, Ibuprofene® sous forme générique, Iubtabs®, Ibutop®, Intralgis®, Nureflex®, Nurofen®, Nurofancaps®, Nurofenem®, Nurofenflash®, Nurofenpro®, Nurofenrhume®, NurofenTabs®, Pedea®, Rhinadvil®, Rhinureflex® , Spedifen®, Spifen® et le Upfen®.

*Défaut de fonctionnement des testicules avec sécrétion plus faible de testostérone. Cet état peut être associé à une baisse du désir sexuel, des troubles érectiles, une fatigue, des troubles de l'humeur.

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Lundi 08 Janvier 2018 : 12h08
Source : Ibuprofen alters human testicular physiology to produce a state of compensated hypogonadism. David Møbjerg Kristensen, Christèle Desdoits-lethimonier, Abigail Mackey, Marlene Dalgaard, Federico De Masi, Cecilie Hurup Munkbøl, Bjarne Styrishave, Jean-Philippe Antignac, Bruno Le Bizec, Christian Platel, Anders Hay-Schmidt, Tina Jensen, Laurianne LESNE, Séverine Mazaud-Guittot, Karsten Kristiansen, Søren Brunak, Michael Kjaer, Anders Juul, Bernard Jégou, Proceedings of the National Academy of Sciences.
Attention à la prise soutenue d'Ibuprofène, Bernard Jégou et Christèle Desdoits-Lethimonier, Inserm, 8 janvier 2018
Attention à la prise d'Ibuprofène pendant la grossesse, Bernard Jégou, Inserm, 10 Mars 2017

A lire aussi
Plus d'articles